Morozov: La présence d’un tableau d’un oligarque russe sanctionné à un salon à Paris met la France devant un dilemme | Culture

Les 200 chefs-d’œuvre exposés temporairement à la Fondation Louis Vuitton à Paris à partir de septembre 2021 ne sont pas étrangers aux temps agités. Les pièces exposées appartiennent à la collection Morozov, un héritage qui a été victime de nombreuses crises et revirements dans l’histoire européenne depuis que les frères russes Ivan et Mijaíl Morozov ont commencé à acquérir, au début du XXe siècle, ce qui est rapidement devenu l’un des premières collections monde impressionniste et moderne. Nationalisé en 1918 par Lénine, il fut réparti entre plusieurs musées de ce qui allait devenir l’Union soviétique. Un siècle plus tard, son sort semble à nouveau incertain, toujours par dessein historique : l’invasion de l’Ukraine par la Russie a mis au centre de la tempête une exposition rendue possible uniquement par l’approbation du Kremlin et en son sein. au moins une œuvre appartenant à un oligarque russe désormais agréé par l’Union européenne. Son retour dans une Russie de plus en plus isolée politiquement et économiquement est également évoqué.

L’ouvrage en question est Autoportrait de Piotr Kontchalovski (1912) et provient de la collection privée de Petro Olegovich Aven, qui figure sur une liste noire d’oligarques proches de Poutine dont les avoirs ont été condamnés au gel par l’Union européenne. C’est un problème car la France soutient fortement les sanctions économiques internationales contre le Kremlin et son entourage le plus proche. L’État français peut-il conserver voire confisquer tout ou partie des échantillons ?

Pas au départ. La collection, comme toute œuvre prêtée à la France, bénéficie de protections particulières : une loi de 1994 interdit la confiscation des œuvres prêtées par « des puissances étrangères, des collectivités publiques ou des institutions culturelles étrangères » à leur arrivée en France. Le règlement est né juste après un incident avec d’autres peintures originaires de Russie en 1993 : les héritiers de Matisse ont tenté – sans succès – de saisir certaines de ses peintures ancestrales de la collection du roi Sergei Shchukin qui avaient été prêtées au Centre Pompidou. Depuis lors, chaque fois qu’une œuvre remise temporairement par un autre pays arrive, un décret doit être pris pour garantir « l’inéligibilité du bien culturel » prêté jusqu’à la fin de son exposition sur le territoire national. Dans le cas de la collection de Morozov, la protection juridique dure jusqu’au 15 mai.

‘Autoportrait’ de Piotr Kontchalovski (1912) est une œuvre exposée à Paris appartenant à l’oligarque russe Petro Olegovich Aven.SA

Selon Olivier de Baecque, avocat spécialisé en droit des arts, la présence d’un oligarque sanctionné pose un dilemme : « S’il s’agit d’un prêt d’une personne physique, une priorité pas fermé [por el decreto]. Mais généralement, la collecte se fait dans des organisations telles que des fondations. Oui [el préstamo] ça se fait à travers une fondation culturelle privée, c’est fermé », a-t-il expliqué à EL PAÍS. Le sort d’autres œuvres sera également suspendu, endroit favori, de Jacques Drésa, prêté par le Musée d’art occidental et oriental d’Odessa, si cette ville côtière ukrainienne tombe aux mains des Russes.

Toute la culture qui vous accompagne vous attend ici.

client

Cependant, a souligné Baecque, la crise ukrainienne ne devrait pas conduire à des changements dans la loi de 1994 car cela créerait un dangereux précédent. L’objectif est « d’apporter des garanties aux prêteurs en difficulté pour soutenir les prêts pour les expositions. Si nous commençons à ne pas postuler [esta ley] dans certains cas, nous inquiéterons les prêteurs en général. Il s’agit d’une question de politique culturelle plus large que la question ukrainienne.

L’exposition est le dernier engagement culturel de la Fondation Louis Vuitton, portée par le magnat du luxe Bernard Arnault. File d’attente pour voir des joyaux comme Tour de prisonnier de Van Gogh ou triptyque marocain d’Henri Matisse n’a pas été diminué par les attentats en Ukraine. La collection Morozov, qui jusqu’à présent n’a pas quitté la Russie, « est toujours très appréciée et visitée par beaucoup » malgré l’invasion, renforçant la Fondation. La valeur totale du tableau est estimée à environ 2 000 millions d’euros, selon le magazine connaissances artistiques.

Bien qu’Arnault ait décidé, comme d’autres grandes maisons de luxe, de suspendre les ventes de la marque LVMH en Russie, la Fondation n’envisage pas pour l’instant de fermer prématurément l’exposition parisienne. Initialement prévu pour le 22 février, son accueil a été écrasant par le public – il compte déjà un million de visiteurs et aspire à battre le record de l’institution (et de n’importe quel musée français) de 1,3 million de visites que la collection du mécène également russe Sergei Shchukin dans l’année 2017 – conduisant à le prolonger jusqu’au 3 avril, une décision prise bien avant l’entrée des troupes russes sur le territoire ukrainien.

'Portrait de Jeanne Samary en robe décolletée' (1877), d'Auguste Renoir, l'une des œuvres de la collection de Morozov.
‘Portrait de Jeanne Samary en robe décolletée’ (1877), d’Auguste Renoir, l’une des œuvres de la collection de Morozov.Avec l’aimable autorisation du Musée national des beaux-arts Pouchkine, Moscou

Bien que la Fondation soit privée et que, par conséquent, ses décisions n’aient pas le même poids politique que celles des musées d’État, la continuité de l’exposition, très discutable sur les réseaux sociaux, pourrait finir par mettre le gouvernement Emmanuel dans une situation que Macron n’est pas à l’aise, puisque l’intervention du président français et des candidats à la réélection dans moins d’un mois sont déterminants pour l’arrivée de la collecte russe à Paris, ainsi que de son homologue russe, Vladimir Poutine, avec qui Macron est désormais gardant ses distances et pour qui l’Elysée accuse d’avoir des discours « paranoïaques » sur l’Ukraine. Le couple a scellé l’accord lors de la visite de Poutine à l’été 2017 à Versailles, le même endroit où les dirigeants européens se sont rencontrés cette semaine pour discuter de la crise.

Preuve de ce lien présidentiel, le catalogue des collections de Morozov, dans lequel Macron et Poutine, dans une lettre, célèbrent « les ponts que les artistes et les amateurs d’art ont créés entre nos pays » (Macron) et ceux qui « les rapprochent symboliquement ». écrit le président à ses « amis français », aux deux pays.

Le ministère de la Culture n’a pas révélé pour l’instant s’il prévoyait de prolonger, comme il l’a déjà fait, le décret protégeant la collection de Morozov au-delà du 15 mai. La Fondation Louis Vuitton a également fait profil bas et a renvoyé toute question à la seule déclaration faite à ce jour par le conseiller d’Arnault, Jean-Paul Claverie, le 25 février à Le Figaro: « Notre responsabilité est de protéger les œuvres. Nous veillerons, comme convenu, à leur retour dans leur musée. Si les conditions pour qu’ils puissent voyager en toute sécurité s’avèrent insuffisantes, nous attendrons. « L’attente qui s’annonce longue et tendue.

Raimund Michel

"Tombe beaucoup. Passionné de télévision généraliste. Fan de zombies incurable. Solveur de problèmes subtilement charmant. Explorateur amateur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.