Meloni et Pécresse pourraient diriger l’Italie et la France à partir de 2022

Valérie Pécresse a été choisie comme la première femme candidate à la présidentielle de son parti, républicains conservateurs, et fait désormais face à un défi encore plus grand : se préparer à battre Emmanuel Macron à élections en avril.

Le conservateur modéré qui, étonnamment, a battu tous ses rivaux beaucoup plus accrédités qu’il ne l’était le soir de la primaire et se prépare maintenant pour défier le président Macron à la prochaine élection présidentielle en 2022.

Il propose un modèle de conservatisme moderne, libéral dans l’économie mais sévère pour l’ordre public, ce que tente vraiment de faire le président Macron lui-même, qui espère avoir à affronter Zemmour ou Marianne Le Pen. , peur des modérés. Le pragmatisme de Pécresse. « j’ai de bonnes nouvelles« Pécresse a déclaré lors d’un récent rassemblement de partisans conservateurs »,Les droits républicains sont de retour, à droite [che difende] sa confiance est revenue et la France ne peut plus attendre».

Pécresse, 54 ans, s’est engagé à fournir « tout, sa force et sa déterminationPour mener le parti à la victoire. Pécresse se décrit comme « un tiers Thatcher, deux tiers MerkelIl a promis de relever l’âge de la retraite à 65 ans et de supprimer des milliers d’emplois dans le secteur public s’il sera élu président. De plus, comme la plupart des candidats de droite, l’immigration est devenue plus stricte, reflétant l’influence de la droite sur les partis traditionnels. Il a promis de « restaurer la fierté française » et de maintenir les « valeurs familiales ».

Valérie Pécresse semble-t-il candidat le plus fort défier le président Emmanuel Macron. En effet, les autres challengers, Eric Zemmour et Marianne le Pen, ont tendance à se voler l’approbation sur le même champ de bataille, tandis que Valérie Pécresse représente un visage plus modéré et convaincant de la droite conservatrice, qui pourrait fournir un fil de cruauté au président, qui ne manquera pas d’être favorisé par une rivalité avec l’un des deux challengers de droite Le Pen et Zemmour. « Arrière droit. Il s’est uni et a rejoint la bataille avec une volonté implacable », se dit-il.

Pécresse dit que son premier acte en tant que président a été de mettre fin à la semaine de travail de 35 heures en France pour que les salariés travaillent et gagnent plus. Il a également adopté une position ferme sur l’immigration, déclarant que les personnes qui étaient entrées illégalement dans le pays devaient être expulsées. Bref, cela semble indiquer directement le caractère concret des actions qui, à l’heure actuelle, influencent le plus la bourgeoisie française. Les questions liées à l’immigration et au terrorisme islamique, si chères et fidèles au programme électoral des deux candidats d’extrême droite Zemmour et Le Pen, peuvent être moins pertinentes à cet égard face à la crise économique et à l’urgence sanitaire que traverse le pays.

En Italie, par contre, la bonne chose est de parier Giorgia Meloni. La semaine dernière a reçu le patronage de l’influent économiste, qui dans un numéro spécial « Le monde vers 2022« La mettre parmi les personnalités à surveiller en 2022. Selon l’hebdomadaire britannique, le leader des Frères d’Italie « pourrait devenir la première femme Premier ministre d’Italie ».

Ce n’est pas la première fois que Giorgia Meloni est désignée comme la prochaine Premier ministre éventuel par la presse internationale. En 2020, c’est arrivé par exemple avec le Times, qui dans son classement des dix personnages qui peuvent « façonner le monde », a désigné Giorgia Meloni comme le seul nom italien, prédisant sa possible ascension au Palazzo Chigi. Il est donc clair que lorsqu’un journal international de cette taille s’engage dans un tel soutien, cela devient une sorte de légitimité internationale des dirigeants politiques.

Une légitimité qui n’a pour l’instant pas été obtenue par l’actuel dirigeant italien. Comment ne pas oublier la couverture du célèbre Economist qui a déclaré en juin 2011 le Premier ministre italien Silvio Berlusconi inapte au pouvoir.

Meloni, d’autre part, grâce à l’autorité, au leadership et aux relations internationales qu’elle a créées, a en fait pu devenir la première femme à devenir présidente de l’histoire du pays. Tout comme Pecresse en France, où elle partage aussi les caractéristiques de ne pas être féministe, mais plutôt de considérer le fait d’être une femme comme une incitation à s’engager davantage.

«Je ne veux pas d’opportunités roses, car je veux que tout ce que j’obtienne soit réalisé grâce à mes compétences et non par courtoisie» a déclaré Giorgia Meloni il y a quelque temps dans une interview.

Ce n’est pas un hasard si Valérie Pécresse a été évoquée dans son discours après la victoire contre Eric Ciotti dans les deux principales femmes les plus titrées en politique internationale, évidemment issues des partis conservateurs, ces dernières années qui ne peuvent certainement pas se définir comme féministes. Bref, du moins à droite, comme Meloni le cite souvent, l’histoire a montré que les femmes peuvent avoir le même espace que les hommes, pourvu qu’elles sachent le mériter, tout comme Valérie Pecresse et Giorgia Meloni semblent savoir le faire.

Qui sait, les deux ne se parleront pas un jour en tant que présidents de leurs pays respectifs. Ce sera la première fois dans l’histoire et jamais auparavant une possibilité aussi concrète.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.