Macron-Scholz fait pression sur Poutine – Politique – Nouvelle Europe

(ANSA) – BOLOGNE, 12 MARS – Olaf Scholz et Emmanuel Macron se sont entretenus à nouveau au téléphone avec Vladimir Poutine et l’ont exhorté à parvenir à un « cessez-le-feu immédiat ». Le Kremlin, puis la chancelière allemande, qui a souligné la demande d' »entrer dans une solution diplomatique » de la guerre en Ukraine, ont donné des nouvelles de la réunion d’environ 75 minutes.

Dans une déclaration du porte-parole Steffen Hebestreit, il a également été fait référence au « contenu » de l’appel téléphonique dans lequel les trois dirigeants « ont accepté de garder le silence ». Scholz a également entendu le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans la matinée pour s’enquérir de la situation, et les deux resteront en contact. Kiev fait à nouveau pression sur l’Allemagne depuis des jours pour obtenir une aide plus substantielle au niveau militaire et des sanctions encore plus sévères. Poutine, a rapporté Tass, a accusé les troupes de Kiev de « violations flagrantes » du droit international humanitaire dans le conflit en Ukraine et a appelé les dirigeants français et allemands à « user de leur influence » sur les autorités locales pour y mettre fin. Environ 20 000 personnes se trouvaient sur la Piazza Santa Croce de Florence et dans 100 villes liées pour dire non à la guerre en Ukraine lors de la manifestation de paix « Villes avec l’Ukraine » organisée par Eurocities, l’organisation qui unit les villes européennes. Parmi les interventions prévues, à propos ou en rapport avec le message vidéo envoyé à Florence, l’intervention de divers maires européens. « Cette guerre n’est pas seulement contre l’Ukraine mais contre les valeurs qui nous unissent, contre notre mode de vie » en Occident, a déclaré Volodymyr Zelensky, s’exprimant dans le lien vidéo et répétant son appel : « Dites à vos politiciens de fermer l’Ukraine ciels ».

« Cette guerre n’a pas été déclenchée par nous, c’est une invasion cynique et cruelle de la Russie. » Zelensky a annoncé pour la première fois des pertes parmi ses troupes depuis le début de l’invasion russe : selon le président, environ 1 300 soldats ukrainiens ont été tués jusqu’à présent. Au niveau diplomatique, la situation devient de plus en plus tendue. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a déclaré que l’Occident avait déclaré la guerre économique et que « les propositions de la Russie aux États-Unis et à l’OTAN sur les garanties de sécurité ne s’appliquent plus, car la situation a changé ». Moscou a également menacé de représailles si la Suède et la Finlande rejoignaient l’OTAN. Les troupes russes occupant Melitopol, dans le sud de l’Ukraine, se sont arrêtées et ont emmené Olga Gaisumova, organisatrice d’une manifestation organisée ce matin pour exiger la libération du maire de la ville, Ivan Fedorov, qui a été enlevé hier, dans un lieu inconnu. Ukrainska Pravda l’a rapporté, citant la page Facebook de l’activiste. Alors que le président de l’Association qui gère la mosquée Suleiman à Marioupol, Ismail Haciogl, a déclaré que la zone était attaquée, mais a nié que la mosquée ait été touchée comme l’a affirmé dans la matinée le gouvernement ukrainien. Face à face à Antalya, en Turquie, entre le représentant de l’UE pour la politique étrangère et le haut-commissaire aux droits de l’homme Filippo Grandi. « Réunion importante avec Grandi, le corridor humanitaire est nécessaire de toute urgence. Les Ukrainiens n’ont pas accès à la nourriture, à l’eau, au chauffage, aux températures glaciales, à cause des pluies de bombardements russes. 2,5 millions de personnes ont fui vers l’UE. Borrell a écrit dans un tweet. Alors que Kiev était assiégée et que les bombes russes tombaient sur de nombreuses villes ukrainiennes, les attaques progressaient également au sol. L’armée russe annonce la prise de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia.

Les occupants ont informé le personnel que la centrale n’appartenait plus à l’Ukraine et qu’elle devait désormais fonctionner sous le contrôle de Moscou et conformément aux règles de Rosatom, la société d’État russe chargée de l’énergie atomique. Moscou a envoyé 11 de ses ingénieurs sur le site. C’est la plus grande centrale électrique d’Europe. La ville est située le long du fleuve Dniepr, non loin du Dnipro, la troisième ville la plus peuplée du pays. Ainsi, la question de l’énergie devient de plus en plus importante dans la gestion des conflits. Pendant ce temps, la « petite fille aux bonbons » parcourt le monde. Photo d’une fillette ukrainienne de 9 ans, avec une sucette dans la bouche, un fusil à double canon à la main.

Assis sur le rebord de la fenêtre d’un immeuble secoué par le feu russe : symbole de l’enfance niée dans un pays envahi par Moscou, mais avec une expression de défi, pas de terreur, comme pour montrer la fierté du peuple ukrainien dès son plus jeune âge. La photo, prise par le père de la jeune fille, Oleksii Kyrychenko, et publiée sur Facebook sous la légende « La fille aux bonbons » juste pour « attirer l’attention du monde sur l’agression russe », est apparue sur les réseaux sociaux après avoir été prise par Donald Tusk, l’ancien président du Conseil de l’Europe.

(ANSA).

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.