Lipavský pour Blesk : Poutine poussera plus de gens vers des morts inutiles. Et je parlerai au Conseil de sécurité de l’ONU

« Je crois que la dernière fois qu’un représentant tchèque a pris la parole au Conseil de sécurité de l’ONU, c’était en 1994, lorsque nous étions membres du Conseil de sécurité, et depuis lors, cela a été impossible. Je suis très heureux de cela, je considère que c’est un grand succès. de la diplomatie tchèque sous ma direction, qu’en fait, après presque 30 ans, la voix tchèque sera à nouveau entendue sur la scène mondiale et nous pourrons nous exprimer sur ce qui nous brûle, nous pourrons nous exprimer sur le fait que la Russie est l’agresseur, nous pourrons montrer la situation sécuritaire actuelle en Europe sur la plate-forme de sécurité la plus importante du Conseil de sécurité… Et le coupable est clairement la Russie », Jan Lipavský rapporte pour Blesk.

La déclaration de mobilisation partielle et de pseudo-référendum dans les territoires occupés a accru l’agression impériale russe et a conduit à la mort supplémentaire de l’Ukraine et de la Russie. Le ministère des Affaires étrangères l’a déclaré sur Twitter aujourd’hui en réponse à un discours du président russe Vladimir Poutine.

« Le monde entier doit voir et entendre clairement que la Russie est l’agresseur, que la Russie mène une guerre coloniale, et c’est aussi ce que je dirai au monde entier aujourd’hui à l’Assemblée générale de l’ONU, et c’est aussi ce que je dirai jeudi devant le Conseil de sécurité de l’ONU », a poursuivi Lipavský pour Blesk.

Poutine a annoncé ce matin une mobilisation partielle. Lors d’apparitions à la télévision, il a déclaré que c’était pour se défendre contre l’Occident qui, disait-il, tentait d’affaiblir, de diviser et de détruire la Russie.

La mobilisation, qui touchera principalement les citoyens russes en réserve et ayant une expérience militaire, commencera prochainement, selon le président. Selon le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, l’armée fera appel à 300 000 réservistes dans le cadre de la mobilisation.

« L’affirmation selon laquelle la Russie est menacée est un mensonge dégoûtant. Le monde voit que la Russie a attaqué une démocratie voisine qui ne défend que ses libertés », a répliqué la diplomatie tchèque.

« Des gens désespérés prennent des mesures désespérées. La Russie conduira plus de gens à des morts inutiles. La mobilisation de Poutine peut prolonger la guerre, mais cela ne changera pas la détermination de l’Occident à défendre la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Nous n’arrêterons pas de soutenir l’Ukraine. Il s’agit de nous , la sécurité tchèque et européenne. » a ajouté Lipavský dans l’après-midi.

Lipavský : les personnes désespérées prennent des mesures désespérées

L’annonce d’une mobilisation partielle en Russie constitue-t-elle une menace pour l’Occident et la République tchèque ?

« De toute évidence, des gens désespérés prennent des mesures désespérées. Poutine a longtemps prétendu qu’il n’y aurait pas de mobilisation, maintenant il tourne le coin. La seule chose qui va changer, c’est que cela va pousser beaucoup d’autres à des morts involontaires. Il semble nécessaire. se sentent faibles et menacés, mais en même temps, il est vrai que l’Occident ne devrait pas renoncer à son soutien à l’Ukraine, car il s’agit aussi de notre sécurité, il s’agit de la sécurité européenne. Et cela ne fera que prolonger le conflit.

Dans ce discours, Poutine a menacé de mener une frappe nucléaire. La position de l’Occident ne devrait-elle pas changer d’une manière ou d’une autre à ce stade ?

« Quoi qu’il en soit, ne cédez pas aux menaces, nos alliés les plus importants – les États-Unis et le président Biden – commentent cela en termes assez clairs. Nous sommes membres de l’Alliance de l’Atlantique Nord, ne nous laissons pas être la cible de peur inutile ici. Notre soutien à l’Ukraine signifie un soutien à la sécurité tchèque, car les plans impériaux russes ne s’arrêtent pas en Ukraine, ils se poursuivent plus loin en Europe. Nous le faisons aussi pour nous-mêmes.

Cela signifie-t-il accélérer le prochain train de sanctions contre la Russie ?

« Nous discutons actuellement de la réunion du conseil extraordinaire des ministres des affaires étrangères, mais je ne veux pas être prévenu. Il est important que le monde entier voie et entende clairement que la Russie est l’agresseur, qu’elle mène des guerres coloniales, et c’est aussi ce dont je vais vous parler au monde entier à l’Assemblée générale des Nations unies, et c’est aussi ce que je vais dire devant le Conseil de sécurité des Nations unies jeudi.

Bien sûr, outre les guerres classiques, la Russie a également mené une guerre des matières premières et de l’énergie. Peut-on s’attendre à une augmentation de la pression ici aussi ?

« Je n’ai pas d’autres nouvelles à ce sujet. Je pense que les mesures prises par la Russie aujourd’hui ont clairement montré qu’elle est un fournisseur peu fiable de matières premières. Et l’Europe et la République tchèque devraient en être indépendantes dès que possible. Ce n’est pas un situation simple. Le gouvernement se prépare intensivement à l’hiver, nous avons pris un certain nombre de mesures, à la fois économiques et sociales. Maintenant, toutes les lois pertinentes doivent être approuvées et, bien sûr, la société doit s’y préparer. C’est le devoir de tous Je crois que nous y parviendrons et nous ne permettrons pas que la démocratie soit détruite simplement parce que Poutine a fermé le robinet.

Comme vous l’avez dit, vous prendrez la parole au Conseil de sécurité de l’ONU. Je ne me souviens pas de la dernière fois qu’un représentant tchèque a pris la parole sur cette tribune.

« Je crois que la dernière fois que nous avons été membres du Conseil de sécurité, c’était en 1994, et cela n’a pas fonctionné depuis. Je suis très heureux de cela, je considère que c’est un grand succès de la diplomatie tchèque sous ma direction, qu’en fait, après presque 30 ans, la voix tchèque sera de nouveau entendue sur la scène mondiale et nous pourrons exprimer nos préoccupations et démontrer la situation sécuritaire en Europe, alors que le coupable est clair, c’est la Russie.

Comment un tel succès diplomatique a-t-il été obtenu ?

« Nous avons des diplomates de qualité, une opportunité s’est présentée et nous l’avons saisie. Cela aide certainement que nous dirigeons également l’Union européenne. Nous serons là dans le cadre d’un briefing organisé par la partie française sur le thème de l’Ukraine. D’autres pays y apparaîtront , mais je suis très heureux que nous ayons réussi à assurer une place à la République tchèque. »

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.