Les sanctions contre la Russie ne défendent que les droits des « petits groupes »

« QUELes sanctions imposées ont exacerbé l’impact économique du conflit et ont eu un impact de plus en plus prononcé sur les chaînes d’approvisionnement des produits essentiels. Les sanctions imposées visent à préserver les intérêts directs d’un petit groupe de pays, tout en lésant une grande partie de la communauté internationale, en particulier dans les pays en développement », a déclaré Carlos França, lors d’une audition publique à la Commission des affaires étrangères et Défense nationale de la Chambre des députés.

Les responsables brésiliens ont une fois de plus réitéré la position du Brésil, qui a défendu des négociations pour la paix et un cessez-le-feu immédiat.

« Il n’y a qu’une seule alternative aux négociations : la victoire totale d’une partie sur l’autre. La poursuite de la victoire militaire augmente le risque que toute l’humanité soit vaincue », a-t-il souligné, selon l’agence Câmara de Notícias.

Des responsables brésiliens ont également déclaré que lors de la visite du ministre turc des Affaires étrangères à Brasilia le mois dernier, le président brésilien Jair Bolsonaro s’était rendu disponible pour rejoindre le groupe de dialogue avec des responsables russes et ukrainiens.

Néanmoins, Carlos França a réitéré que l’objectif principal du Brésil est d’assurer l’approvisionnement en engrais du Brésil, un intrant dont le pays dépend fortement.

Le Brésil ne soutient pas les sanctions imposées à la Russie et cherche même à faire en sorte que les ventes d’engrais russes ne soient pas incluses dans les sanctions.

Le Brésil est l’un des plus grands exportateurs mondiaux de produits agricoles, mais il dépend à plus de 80 % des importations d’engrais, dont environ 20 % proviennent de Russie et plus de 10 % de la Biélorussie.

Le 18 avril, le Brésil a demandé le soutien du directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour défendre l’exemption des engrais russes et biélorusses des sanctions internationales, qui sont nécessaires pour que les pays produisent et exportent des aliments, une demande qui a été acceptée.

Le gouvernement brésilien a eu une approche ambiguë de la Russie depuis qu’il a lancé son offensive militaire en Ukraine.

D’une part, il a voté au Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) contre la Russie dans une résolution condamnant les actions de Moscou.

En revanche, il s’est abstenu de voter la résolution suspendant la Russie du Conseil des droits de l’homme pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité présumés en Ukraine.

Quelques jours avant l’attaque russe, le président brésilien Jair Bolsonaro a rencontré le président russe Vladimir Poutine.

Lisez aussi: Bolsonaro lance une nouvelle attaque contre un juge de la Cour suprême fédérale

News by the Minute nominé pour les Marketeer Awards

QUE Nouvelles par minute fait partie des nominés pour l’édition 2022 Prix ​​du marketeurdans la catégorie médias numériques. Le vote dure jusqu’au 31 mai.

Pour nous aider à gagner, il vous suffit d’accéder au site de l’initiative hébergé par le magazine Commerçanten cliquant iciet continuez en remplissant le formulaire, en sélectionnant Nouvelles par minute dans la catégorie médias numériques puis formaliser le vote. Merci pour votre préférence !

Soyez toujours le premier informé.
Le Consumer Award et le Five Star Award pour la sixième année consécutive pour la presse en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.

Télécharger l'AppleStore

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.