Les principaux dictionnaires français introduisent la définition du pronom neutre

En France, la semaine dernière, il y a eu beaucoup de discussions sur le choix du célèbre éditeur de vocabulaire Le Robert d’ajouter la définition de « iel », un pronom neutre utilisé de manière analogue à la terminaison en schwa en italien. Il se crée en contractant le pronom masculin « cette », français pour « il », et féminin « il », « Il » ou « il ». Définition sur le site Le Robert . a déterminé que l’utilisation de ce mot était encore rare et se lit comme suit : « Le pronom singulier de la troisième personne est utilisé pour parler d’une personne sans distinction de sexe ».

Mardi, le ministre français de l’Éducation, Jean-Michel Blancquer il critique le choix de dire que l’écriture est inclusive – c’est-à-dire qui ne fait pas triompher le genre grammatical masculin sur le féminin – « n’est pas l’avenir de la langue française ». Directeur général de l’éditeur Le Robert Charles Bimbenet au lieu de cela, il défend et explique inclusion de « iel » dans le dictionnaire en ligne :

Au cours des derniers mois, le chercheur Le Robert a noté une augmentation de l’utilisation du mot « iel ». La fréquence d’utilisation d’un mot est étudiée en procédant à une analyse statistique d’une large collection de textes, issus de différentes sources. Cette attention constante nous permet de voir l’émergence de nouveaux mots, idiomes et significations.

Le mot « iel » a été évoqué début octobre lors de la réunion de rédaction Le Robert, où il a été décidé de l’ajouter à notre dictionnaire en ligne : il est vrai que son usage est encore restreint (nous l’avons souligné dans la définition, en utilisant le terme « rare »), mais il a augmenté rapidement au fil des ans. plusieurs mois.

« Iel » et son pluriel « et« Elle a commencé à circuler au début des années 1910 et son utilisation a été proposée au sein de la communauté LGBT+ française comme un moyen de rejeter la grammaire binaire, reflet de la conception binaire de l’identité de genre humaine. En effet, au cours des dernières décennies, dans un champ d’études interdisciplinaire mêlant psychologie, sociologie et philosophie, l’idée est née et s’est répandue que les gens peuvent se reconnaître dans d’autres genres que masculin et féminin. Souvent, cette nouvelle approche du genre est résumée par l’expression « le genre est un spectre », c’est-à-dire un éventail de possibilités qui s’étend sur de nombreux extrêmes des hommes et des femmes. Ce concept est utilisé par de nombreuses personnes pour décrire leurs expériences.

Le pronom « iel » (e la variante « cri « , « il « , « aelPar conséquent, « etc) est utilisé non seulement pour échapper à la convention linguistique où le féminin est subordonné au masculin (comme dans la salutation italienne « bonjour à tous », qui dans l’usage courant peut s’adresser indifféremment à un groupe d’hommes ou seulement des hommes et femmes) mais parle aussi de personnes qui ne se définissent pas comme femme ou homme. Il en va de même dans les contextes où l’anglais est parlé avec des pronoms « elles ou ils« Utilisé au singulier et d’autres nouveaux pronoms.

L’expression du genre des personnes non binaires est une question qui concerne la langue de différentes manières : en anglais, comme en français, une attention particulière est portée à l’identification des pronoms neutres, puisque les pronoms doivent être explicités dans la plupart des structures syntaxiques. . En Italie, où les pronoms sont très souvent sous-entendus, le problème se situe principalement au niveau des terminaisons des noms, des adjectifs et des participes passés. Pour surmonter le suffixe binarisme, certains linguistes proposent schwa. Le dernier problème est un problème que l’anglais n’a pas, mais le français : un débat similaire avec l’italien est en cours à ce sujet.

Bimbenet a nié toute considération de militantisme politique faite par la rédaction du Robert dans le choix de la définition du pronom « iel ». En plus des critères d’usage, le fait que pour beaucoup de gens le sens de « iel » peut être inconnu est pris en compte : « Il semble utile de le définir pour ceux qui rencontrent ce mot, qu’ils souhaitent l’utiliser ou non. souhaite rejeter son utilisation ». Bimbenet prévient également que la tâche du dictionnaire est d’expliquer les mots afin qu’ils puissent être compris, et de documenter l’évolution de la langue, sans exprimer « l’approbation ou l’adhésion au sens des mots eux-mêmes ».

Il s’est ensuite félicité du fait que la définition de « iel » avait suscité un débat, car il y voyait un signe que la langue française était très importante.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.