Les négationnistes et les anti-vaccins sont en route pour Paris malgré l’interdiction. La police arrête une centaine de personnes

Malgré l’interdiction de l’événement, des milliers d’opposants ont des certificats de vaccination et restrictions associées selon le site de la télévision et de la radio BFMTV ils se sont rassemblés en convois venus de toute la France et ont campé la veille de la manifestation prévue aux portes de Paris. La police était déterminée à empêcher le blocus. La préfecture a déployé 7 200 policiers et gendarmes.

Le Premier ministre Jean Castex à la télévision il a exhorté les forces de l’ordre à prendre des mesures intransigeantes et sévères contre toutes les tentatives de blocage de la circulation dans la métropole.

Les autorités n’autorisent pas les manifestations

Pour la première fois depuis la manifestation des partisans du mouvement dit des gilets jaunesdes véhicules blindés de gendarmerie ont également été mobilisés, a précisé l’AFP. Selon le préfet Didier Lallement, des dizaines de dépanneuses étaient en attente. La police a estimé à 3 300 le nombre de véhicules en convois aux portes de Paris.

Pourtant, ils ont quitté un parking près de Chartres, à 90 kilomètres de Paris, samedi matin Le chauffeur de Brittany, qui s’était rassemblé ici toute la nuit, a été encerclé par la police et s’est dirigé vers Paris à une vitesse très lente. Selon un journaliste de l’AFP, l’épuisement et la tension étaient palpables.

L’interdiction de collecter des colonnes a été confirmée vendredi par le tribunal, qui a rejeté deux recours.

Effet d'Omicron sur l'économie : il élimine un certain nombre de travailleurs, ralentissant la reprise après le verrouillage

Inspiration du Canada

« C’est une trahison. L’essentiel du décret (sur l’interdiction de manifester) non conformes à la loi, à la liberté de montrer,A déclaré à l’AFP la militante Sophie Tissier, qui a également été impliquée dans le mouvement des gilets jaunes et qui est aujourd’hui en train de manifester contre les vaccinations et la pandémie.

« Le droit de manifester et la liberté d’expression sont des droits garantis par la Constitution, mais le droit de gêner les autres et de ne pas les empêcher de transporter,« , a répondu le chef du gouvernement.

Les organisateurs du soi-disant convoi de la liberté se sont inspirés du mouvement contre les mesures épidémiques au Canada. Des centaines de camions, y compris des fourgonnettes et des remorques, ont bloqué la circulation au centre-ville d’Ottawa pendant deux semaines, et plusieurs passages frontaliers importants entre le Canada et les États-Unis sont infranchissables en raison du blocus.

Lorraine Mathieu

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.