Les groupes verts ne veulent pas de soutien pour le nucléaire et le gaz. En pleine crise, ils l’ont traduit en justice

Des organisations environnementales ont intenté une action en justice contre la Commission européenne pour l’inclusion de l’énergie nucléaire et du gaz parmi les investissements verts, a écrit le journal européen en ligne EUobserver. Leur décision intervient à un moment où une panne de courant nucléaire en France a déjà eu un impact sur les prix élevés de l’électricité sur le continent. L’Europe tente également de remplacer les approvisionnements énergétiques de la Russie, qui a envahi l’Ukraine en février. Si les militants obtiennent gain de cause devant les tribunaux, l’UE, par exemple, ne pourra pas soutenir financièrement la construction de blocs supplémentaires de centrales nucléaires.

Selon Greenpeace et d’autres organisations à but non lucratif ClientEarth, WWF, Transport & Environment et BUND, l’inclusion du gaz et de l’énergie nucléaire dans la taxonomie viole plusieurs normes de l’UE et l’Accord de Paris. Supprimer le noyau de la soi-disant taxonomie empêcherait Bruxelles de soutenir la construction d’un nouveau bloc de centrales nucléaires tchèques.

« La promotion du gaz, le combustible fossile actuellement au cœur de la crise du coût de la vie dans le bloc, sape l’objectif central de l’UE d’une énergie plus propre, moins chère et plus sûre », a déclaré une porte-parole de toutes les organisations.

L’avocate allemande Roda Verheyen, spécialisée en droit environnemental et international, travaille sur l’affaire. Verheyen soutient que l’inclusion de l’énergie nucléaire et du gaz parmi les « sources vertes » va à l’encontre des réglementations taxonomiques actuelles de l’UE. « L’inclusion de l’énergie nucléaire n’a de sens à aucun niveau » et « c’est aussi clairement une façon non scientifique de définir le type de projet gazier », a-t-il déclaré à EUobserver.

Le litige pourrait durer jusqu’à la fin de 2023, il est donc probable que la taxonomie de l’UE entrera en vigueur avant que les tribunaux ne prennent une décision.

La Commission a maintenant jusqu’en février pour répondre aux arguments de Greenpeace et d’autres ONG. Si la taxonomie quitte le label vert pour les projets gaziers et nucléaires sous leur forme actuelle, le groupe se tournera vers la Cour européenne de justice, a écrit l’EUobserver.

« L’étiquetage vert pour le gaz fossile et le nucléaire a été politiquement motivé depuis le début, mais cela n’aidera pas la Commission européenne devant les tribunaux », a déclaré Ariadna Rodrigo, militante de Greenpeace.

La taxonomie a provoqué le mécontentement même parmi certains pays de l’UE. Ils ont promis de poursuivre l’exécutif européen pour l’inclusion du gaz et du nucléaire dans la taxonomie. L’Autriche devrait intenter une action en justice. « Cela arrivera certainement », a déclaré un responsable autrichien à EUobserver.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.