Les États-Unis admettent que la réconciliation avec la France prendra du temps | Monde | DW

De hauts diplomates français et américains ont déclaré jeudi que la réparation des relations bilatérales prendrait du temps, alors que Paris exigeait des mesures pour apaiser sa colère suite à l’annulation de l’achat de sous-marins français.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, après quelques jours d’absence, a rencontré en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies avec le ministre des Affaires étrangères Antony Blinken pour discuter de la pire crise dans les relations entre les alliés depuis la guerre en Irak.

Le plus haut diplomate français a déclaré à Blinken que la conversation téléphonique du président américain Joe Biden, la veille avec son homologue français Emmanuel Macron, avait été le début d’un processus de rétablissement de la confiance.

« Il a rappelé que les premières mesures avaient été prises avec un appel entre les deux présidents, mais a souligné que la résolution de la crise entre les deux pays prendrait du temps et nécessiterait des actions », indique un communiqué du ministère français des Affaires étrangères.

La France était en colère lorsque l’Australie a annulé la semaine dernière un contrat de plusieurs milliards de dollars pour acquérir des sous-marins conventionnels français, décidant plutôt que l’Australie avait besoin d’une version américaine du nucléaire, au milieu des tensions croissantes avec la Chine.

Le Drian a accusé l’Australie d’un coup de poignard dans le dos et les États-Unis de trahison, qualifiant cette décision de rappel de la position unilatérale du prédécesseur de Biden, Donald Trump.

Blinken, qui a grandi principalement à Paris et parle couramment le français, s’est excusé lorsqu’il s’est adressé aux journalistes le lendemain d’une réunion à huis clos d’une heure à la mission française des Nations Unies.

Il a exprimé son respect personnel pour Le Drian et, répétant les déclarations de la Maison Blanche, a déclaré que l’épisode « bénéficierait de consultations ouvertes entre alliés ».

Blinken s’est engagé à travailler pour rétablir la confiance avec la France, le plus ancien allié des États-Unis, et a souligné des intérêts communs, y compris la campagne de la France contre le groupe extrémiste État islamique.

La France enverra une facture détaillée à l’Australie

« Je suis sûr que nos intérêts communs sont si forts, les valeurs que nous partageons sont si inébranlables, que nous allons aller de l’avant et faire du bon travail, mais ça va prendre du temps, ça va être un travail difficile « , a déclaré Blinken aux journalistes. .

Le chef de la diplomatie américaine a assuré qu’il s’entretiendrait avec Le Drian, bien que Biden ait accepté de rencontrer Macron à la fin du mois prochain.

Le Drian a cependant gardé ses distances avec ses homologues australiens et britanniques.

Macron a accepté de réintégrer l’ambassadeur de France qui a été expulsé de Washington en signe de protestation, mais n’a donné aucun signe que la France renverrait son représentant à Canberra.

Le groupe naval français a déclaré qu’il enverrait bientôt une facture détaillée à l’Australie pour annuler le contrat.

L’Australie est devenue le deuxième pays après la Grande-Bretagne à accéder à la technologie des sous-marins nucléaires américains et a annoncé de nouvelles alliances tripartites avec Washington et Londres.

Antony Blinken s’est engagé à travailler avec la France sur la stratégie indo-pacifique américaine, que l’administration Biden considère comme une priorité absolue au milieu de l’affirmation croissante de la Chine.

D’autres pays européens, dont l’Allemagne, ont exprimé leur solidarité avec la France et ont averti que la décision des États-Unis allait à l’encontre de la pression de Biden pour des liens plus étroits avec ses alliés.

Cependant, des responsables américains ont déclaré que la nouvelle alliance tripartite avait également reçu du soutien, notamment du Japon, un autre pays préoccupé de longue date par la Chine.

Biden a tenu quatre sommets à Washington pour la première fois vendredi avec les premiers ministres australien, indien et japonais.

mg (afp, Reuters)

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.