Les entreprises françaises versent des millions à l’État islamique

Un tribunal américain a reconnu le cimentier français Lafarge coupable d’avoir versé des millions de dollars à l’Etat islamique en échange d’autorisations pour maintenir opérationnelles des usines en Syrie. écrivez Sécurité. Le ministère américain de la Justice a qualifié l’affaire de première du genre. La société a accepté une amende de 778 millions de dollars (environ 19 milliards de couronnes).

Les plaignants allèguent que Lafarge a fermé les yeux sur le comportement du groupe militant et a payé pour eux en 2013 et 2014. À cette époque, l’Etat islamique occupait de grandes parties de la Syrie et certains de ses membres se livraient à la torture et aux enlèvements. En 2015, Lafarge a fusionné avec la société suisse Holcim pour créer la plus grande holding cimentière au monde.

Les paiements sont destinés à maintenir l’usine de 680 millions de dollars en activité, principalement pour protéger les travailleurs et maintenir un avantage concurrentiel. L’entreprise a construit l’usine en 2011 au début de la guerre civile syrienne.

Les djihadistes conquièrent le nord-ouest de la Syrie

La semaine dernière, des islamistes de l’organisation Hayat Tahrir al-Sham (HTS) ont pris le contrôle de l’ancienne ville kurde d’Afrin, qui était jusqu’à présent contrôlée par un groupe rebelle soutenu par la Turquie.

« Les accusés ont envoyé près de 6 millions de dollars de paiements illégaux à deux des organisations terroristes les plus notoires au monde, l’Etat islamique et le Front al-Nusra, à un moment où ces groupes persécutent des civils innocents en Syrie et prévoient activement de nuire aux Américains, a déclaré le procureur adjoint. Le général Matthew a déclaré dans un communiqué, Olsen, « Il n’y a aucune raison pour qu’une multinationale autorise des paiements à des organisations terroristes désignées. »

Les accusations ont été annoncées par des procureurs fédéraux à New York et de hauts responsables du ministère de la Justice à Washington. Le ministère de la Justice a déclaré que c’était la première fois que l’entreprise plaidait coupable de complot en vue de fournir un soutien matériel à une organisation terroriste étrangère.

L’infraction a précédé la fusion de Lafarge avec le géant suisse de la construction Holcim en 2015. Holcim a déclaré dans un communiqué que lorsqu’il a pris connaissance des allégations des médias en 2016, il a volontairement ouvert une enquête et a ensuite licencié les anciens dirigeants de Lafarge qui ont participé au paiement présumé.

« Cette action n’implique pas Holcim, qui n’a jamais opéré en Syrie, ni aucune des opérations ou employés de Lafarge aux États-Unis, et contraste fortement avec tout ce que représente Holcim », a déclaré la société.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *