« Le tchèque doit étudier. » En Russie, ils louent la Slovaquie pour son attitude envers la KHL, ailleurs ils la blâment

Le hockey slovaque va à contre-courant. Il n’a pas coupé les joueurs qui, malgré l’invasion russe de l’Ukraine, ont joué dans la KHL de l’équipe nationale. Certains observateurs ont approuvé la décision, mais elle a suscité un vif ressentiment parmi d’autres.

Si vous jouez dans la KHL russe, oubliez l’équipe nationale. Les Tchèques, la Suède, la Finlande, la Lettonie et plus récemment la France ont envoyé ce message à leurs joueurs de hockey.

Cependant, l’Association slovaque de hockey, dirigée par Miroslavatan, en a décidé autrement la semaine dernière. Il continuera d’inviter ses joueurs de la KHL dans l’équipe nationale; il a soutenu qu’ils n’avaient violé aucune loi ou traité international.

Il y a maintenant huit Slovaques dans la Ligue de l’Est, avec l’ajout du gardien Július Hudáček. La saison dernière, neuf d’entre eux y ont joué, il n’y a donc pas de changements significatifs. Le nombre de Tchèques est passé de vingt à quatre. Des baisses similaires se sont produites dans les cas de la Suède, de la Finlande et de la Lettonie.

Le secrétaire slovaque aux sports Ivan Husár du parti politique Sloboda a Solidarita a récemment critiqué l’intérêt incessant de la Slovaquie pour la KHL. « Vous servirez la propagande de Poutine », a-t-il dit aux joueurs de hockey. « Vous ferez la promotion d’une ligue dans un pays qui a mis votre patrie sur la liste des ennemis. Vous êtes des imbéciles sans cœur. »

Comme on le sait, la KHL, contrairement, par exemple, à la LNH à l’étranger, ne vit pas principalement de la vente de billets et des droits de télévision. Au lieu de cela, ils sont subventionnés par de grandes entreprises généralement proches du président Vladimir Poutine.

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, jouer dans cette ligue semble plus controversé que jamais. Satan et compagnie. cependant, contrairement à d’autres, ils ont décidé de ne pas sanctionner leurs joueurs de la KHL.

Ce ne fut pas sans une vive réaction. « Les Slovaques y sont vraiment parvenus », commenta-t-il ironiquement l’ancien attaquant Jiří Hrdina sur les réseaux sociaux. « Ils ont beaucoup d’autres joueurs, une nouvelle génération décente et ils vont attendre des gens désespérés qui décident de jeter leur colonne vertébrale pour de l’argent. »

Surtout, le sponsor slovaque du hockey, dirigé par la société de télécommunications Orange, s’y est opposé. Le ministère slovaque de l’éducation a, à son tour, menacé de sanctions, notamment le possible retrait des subventions.

Cependant, on ne peut pas dire que le syndicat slovaque s’opposera à la majorité. Sa décision a été saluée par un certain nombre de personnalités du cercle de hockey local, comme l’ancien président du syndicat Igor Nemeček. « L’équipe nationale n’a pas assez de joueurs de qualité pour miser sur leur potentiel sportif », a-t-il déclaré au quotidien slovaque.

« C’était définitivement la bonne décision de notre direction de hockey », a ajouté Dárius Rusnák, capitaine des champions du monde de Tchécoslovaquie de 1985. Des années de travail acharné.

La réaction favorable à l’approche slovaque vient naturellement aussi de la Russie. « La Slovaquie est formidable parce qu’elle ne mélange pas le sport et la politique, elle ne gêne pas ses joueurs », indique le site Web. Championnat.

« Les Tchèques, les Suédois, les Finlandais et les autres devraient apprendre des Slovaques et suivre leur exemple. C’est l’union slovaque qui progresse le plus précisément en Europe, c’est un fait incontestable », lit-on dans le texte, qui évite le mot guerre. Le terme «opérations spéciales» apparaît également dans la déclaration slovaque sur le hockey, bien qu’il ne figurait pas dans l’original.

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.