Le talent et la joie de Blanca Li entrent à l’Académie française | Culture et divertissement

Blanca Li siège ce mercredi dans la section chorégraphie de l’Académie française des beaux-arts, devenant ainsi la première de cette branche à être récemment inaugurée par l’une des plus anciennes institutions culturelles de France, dans un acte officiel où elle a été surprise par son talent et son enthousiasme.

Li, née Blanca Gutiérrez (Grenade, 1964), est aussi la onzième femme parmi près de soixante membres de l’Académie des beaux-arts, l’une des cinq appartenant à l’Institut français, dont l’élégant édifice et la célèbre coupole dominent la rive gauche. Paris, au sud de la Seine.

« C’est incroyable que ce soit la première fois que la danse entre à l’Académie française, et cela vient de mes mains, c’est très intéressant », a déclaré Li à EFE après l’événement.

Vêtue d’une jupe longue et d’une jaquette brodée de motifs Academy, dans un design sur mesure de Chanel, et portant des vêtements de cérémonie français et espagnols sur le col, Li avait l’air naturelle et joyeuse tout au long de la cérémonie. son mari et ses deux enfants.

De plus, il n’a pas voulu faire une seule présentation et a invité plusieurs dizaines de danseurs, parmi lesquels le danseur de Cordoue, Rubén Molina, qui combinait flamenco, danse classique et contemporaine sous supervision académique, n’était pas habitué à ce genre de représentation. en eux.

« Cette académie est beaucoup ouverte. Beaucoup d’artistes sont entrés, certains sont entrés dans la bande dessinée, maintenant la danse, ont compris que cela doit bouger avec des gens actifs », a déclaré la chorégraphe dont la section à l’institution rejoindra bientôt trois autres danseuses : Carolyn Carlson, Thierry Malandain et Angelin Preljocaj, portent son nom.

« TOUS dansent »

Traditionnellement, les nouveaux membres prononcent des discours en l’honneur de la personne qu’ils remplacent au sein de l’institution, mais dans le cas de Li, en tant que nouveau président, il a dédié ses paroles à la danse.

Maintenant, a déclaré Li, l’Académie sera la maison des chorégraphes, qui seront invités à parler de leur travail actuel.

« Pour moi, il y a la danse, tout danse. Je ne fais pas confiance aux cénacles et aux exceptions ; J’ai embrassé la danse dans sa diversité, sans jamais trouver ma place dans une case prédéterminée », a ajouté Li, qui a été présenté par l’ancien ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, neveu de l’ancien président socialiste François Mitterrand.

A l’intérieur de la salle, l’image d’enfance de Li de Grenade, une ville qui occupe la plupart des discours de Mitterrand, est projetée, ainsi que des extraits de travaux antérieurs du chorégraphe.

Mitterrand cite diverses influences qui ont façonné la carrière de Li, du hip-hop né dans les rues de New York à l’étudiante Martha Graham dans les années 80 ; la musique de ses années Movida avec le groupe Xoxonees ; puis son travail avec sa compagnie indépendante, made in Paris en 1993.

Depuis lors, dans la carrière de Li, il y a eu toutes sortes de chorégraphies, de longs métrages, de musique classique et ces dernières années, il a essayé les dernières technologies, y compris la réalité virtuelle dans son dernier spectacle, « Le bal de Paris », créé à Madrid et en France. capitale. .

Installée à Paris depuis 1992 avec son mari, le mathématicien franco-coréen Etienne Li, et leurs deux enfants, Li vit avec une jambe en France et l’autre en Espagne, notamment après avoir été nommée directrice artistique des Teatros del Canal de Madrid en 2019.

« J’ai toujours eu ma propre façon de faire, je n’ai jamais suivi le moule. J’ai été fidèle à mes besoins en tant qu’artiste malgré le fait que je suis souvent allé à contre-courant. Ce que je ressens aujourd’hui, c’est qu’un artiste doit être honnête avec lui-même et avec sa propre carrière. Et parfois, vous allez là où vous ne vous attendez pas », a défendu Li dans l’interview.

Son intention maintenant en tant qu’universitaire est de continuer à briser les schémas et à amener la danse dans les écoles, afin que ce ne soit pas l’art que les gens découvrent à vingt ans, mais qu’ils s’imprègnent dès le plus jeune âge, parce que c’est tellement libérateur et si important pour raisonner ».

Par Maria D. Valderrama

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.