Le roi des chaussettes de Lille prédit un choc électoral en France

Du Rapporteur spécial en France

« Il y a quelques jours, la maire de Paris, Anne Hidalg, nous a rendu visite, il y avait Valérie Pécresse, qui a pris une photo avec ses propres chaussettes, ric Zemmour nous a ensuite envoyé un mail, les chaussettes la chatouillent », raconte Maxime Lemersre, propriétaire de la boutique. Lill Chaussettes et compagnie.

Il vend maintenant des chaussettes au magasin d’en face parce que quelqu’un est entré dans la boutique la semaine dernière. « Ils ont pris les chaussettes et la caisse enregistreuse, » le propriétaire haussa les épaules. La police pense que les voleurs ont choisi la plus petite boutique de Lille, car M. Lemersre, précisément à cause de l’édition des chaussettes politiques.

Les chaussettes rouges et bleues avec des portraits de chaque candidat à la présidentielle se vendent bien, il faudra en attendre quelques-unes. Pour 13 euros la paire, vous recevrez des chaussettes en coton biologique, en plus des personnalités politiques célèbres, vous pourrez également voter pour des candidats qui peuvent difficilement se rendre aux urnes.

Dès le départ, Maxime Lemersre a décidé de voir combien vendait chaque candidat. Il a dit avec un sourire qu’il s’agissait d’une sorte d’enquête physique pré-électorale : « Si on vous demandait au téléphone, vous pouviez dire n’importe quoi. Mais vous êtes venu ici et vous venez d’acheter nos chaussettes.

Selon lui, il existe certaines tendances sociales dans les ventes et ne doivent pas être prises à la légère. Dans le même temps, il a souligné : « Je ne suis pas un analyste politique, juste un vendeur de chaussettes. »

Sentiers Le Pen, Zemmour mène

« Nous avons trois candidats qui se vendent très bien : ric Zemmour (qui détient 28 à 29 % dans notre pays), Emmanuel Macron moins de 24 %, et le troisième est Jean-Luc Mélenchon », a déclaré M. Lemersre. Il a eu l’idée de vendre des chaussettes avec le candidat une fois dans les transports en commun, où il a écouté une conversation entre deux femmes parlant de politique.

Maxime Lemersre avec ses trucs imaginatifs.

Après quelques semaines, les chaussettes sont devenues un succès et ont même fait partie d’une campagne. « Quand on peut profiter d’un produit banal comme les chaussettes, et qu’en conséquence on pense affaires publiques et démocratie, c’est une réussite. Parlons-en, là il faut rire », a déclaré le patron de Chaussettes et compagnie.

Il a souligné qu’il soutenait une pluralité d’opinions et que personne ne prédirait quelles chaussettes de candidats les commerçants préféreraient. Lorsqu’on lui a demandé pour qui il voterait, il a secoué la tête en s’excusant – en tant que passionné de politique, il irait certainement aux urnes, mais il ne voulait pas révéler ses favoris à cause de ses abonnés.

Cependant, cette hypothèse ne tient pas que l’électorat présidentiel actuel, par exemple, devrait acheter des chaussettes avec son portrait. « Il est intéressant de noter que les gens achètent des chaussettes pour diverses raisons – certaines parce qu’ils soutiennent un candidat, ou ils les achètent comme cadeau pour quelqu’un qui soutient ce candidat. Mais il y a aussi ceux qui achètent des chaussettes sur un coup de tête, peut-être pour taquiner un ami. .”

Les chaussettes sont vendues sur Internet dans toute la France, mais une partie de la production est également expédiée dans les pays limitrophes. Outre l’Allemagne, la Belgique et le Luxembourg, les clients se trouvent aux États-Unis et au Canada. Alors qu’au Canada les gens achètent le politicien le plus à droite Rik Zemmour, en Grèce, par exemple, l’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon est le plus commercialisable pour le changement.

La boutique de chaussettes a fermé après l’attaque du voleur, mais elles peuvent être achetées de l’autre côté de la rue.

Les clients peuvent être français travaillant à l’étranger. « Selon l’intérêt des médias étrangers, je vois que le potentiel est grand. Deux heures après vous, le personnel de Reuters viendra ici. Ils m’ont demandé une heure et demie. Alors je me demande à quoi ils veulent faire face depuis si longtemps ? Après tout, ce n’est qu’une affaire de chaussettes », a déclaré M. Lemersre.

Porter des femmes avec des chaussettes ? C’est ce que certaines personnes n’aiment pas

Lorsqu’on lui demande si les goûts de Lille diffèrent de ceux des autres pays, M. Lemersre n’a pas pu répondre – il a mené une enquête sur les ventes uniquement à l’échelle mondiale, pas par ville. Mais il a remarqué un autre fait : « Fait intéressant, les candidates vendent un peu moins que les hommes. C’est peut-être un rythme français – peut-être que c’est impoli de porter des chaussettes de femmes. »

En plus du portrait classique, créé avec l’aide de l’intelligence artificielle et de l’un des designers de Lill, des chaussettes avec des candidats voilés sont également disponibles. On dit que les gens avec des candidats qui ne veulent pas gagner les achètent parfois, mais au moins ils veulent se taire au moins symboliquement.

Le propriétaire de l’entreprise, Lill, a de grands projets pour son entreprise unique. Il y a une demande de chaussettes avec des candidats présidentiels d’autres pays, et il y a même une opportunité de les produire pour la prochaine élection américaine. Le propriétaire de l’entreprise envisage également des chaussettes similaires pour les clubs de football.

« La plus petite boutique de Lille peut ainsi pénétrer le monde entier et être un exemple pour d’autres entrepreneurs qui ont des idées ou des innovations et veulent les développer », a conclu M. Lemersre.

Nicole André

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.