Le prix des cinéastes en herbe revient à Cannes avec un duo de réalisateurs français

Le grand prix de la section Un certain des choses pour les cinéastes en herbe au Festival international du film de Cannes revient à Les Pires, créé par les réalisatrices françaises Lise Akoka et Romane Gueret. 20 films concourent dans la section.

L’intrigue du film primé se déroule dans une banlieue ouvrière de la ville de Boulogne-sur-Mer, dans le nord de la France, où l’arrivée d’une équipe de tournage, qui sélectionne les acteurs à tourner lors d’un casting de rue, agite l’eau.

Le prix du jury, présidé par l’actrice italienne Valeria Golinová lors du 75e festival, a été remporté par le film pakistanais Joyland (Land of Joy) du réalisateur Sáim Sádik. C’est le premier film pakistanais à concourir pour l’un des prix du Festival de Cannes.

La cinéaste palestino-israélienne Maha Hajj a remporté le prix du meilleur scénario pour Mediterranean Fever. Le jury a décerné un prix spécial au film français Rodéo de Lola Quivoron.

Le prix du meilleur réalisateur a été décerné au cinéaste roumain Alexandru Belc, qui a présenté son film Metronome à Cannes. L’actrice luxembourgeoise Vicky Krieps a remporté le prix pour son rôle dans Corsage et l’acteur franco-tunisien Adam Bessa a remporté sa performance dans Harka.

Cette année, le film ukrainien Butterfly, réalisé en coproduction tchèque, a également été projeté dans la section Certain Things. Le Festival de Cannes se terminera samedi soir par la remise des prix aux films des principales compétitions, dont la plus haute distinction – la Palme d’Or.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.