Le gouvernement français va continuer. Il a survécu à un vote de défiance

La proposition de la gauche française de se méfier de la Première ministre Elizabeth Borne et de son gouvernement a été rejetée au parlement aujourd’hui, a rapporté Le Monde. Une majorité de 289 voix est nécessaire pour un vote de défiance. Cependant, seuls 146 législateurs ont soutenu la proposition, l’opposition conservatrice et les membres de droite votant pour ne pas voter.

Le vote de défiance a été déclenché par le bloc de gauche NUPES (Nouvelle Union populaire, socialistes et écologistes). Les représentants du groupe ont déjà déclaré après les élections législatives de juin que le gouvernement nommé par le président Emmanuel Macron en mai devrait partir.

La coalition centriste Spolu de Macron a remporté 245 sièges aux élections à l’Assemblée nationale. Bien qu’il ait la plus forte représentation dans la chambre basse du parlement, qui compte 577 membres, il a perdu sa majorité. Par conséquent, il avait besoin du soutien de l’autre partie pour faire respecter la loi.

Choisir malgré les variantes

Macron a ensuite remplacé le gouvernement partiellement nommé en mai. Selon une règle non écrite, ses représentants au cabinet qui n’ont pas réussi aux élections ont pris fin. Les principaux ministères – finances, affaires étrangères, intérieur, défense et éducation – sont restés inchangés.

Le NUPES a déclenché un vote de défiance malgré le remaniement du gouvernement. Présentant la déclaration du programme du gouvernement la semaine dernière, Bornéo a demandé à l’opposition d’être ouverte au compromis.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.