Le French Varilux Film Festival revient à Salvador en face à face

Les festivals de cinéma ne se limitent pas à projeter des films sélectionnés. Un autre « charme » du spectacle est de favoriser le rassemblement de personnes ayant un intérêt commun : une passion pour le cinéma. Par conséquent, ils deviennent des points de rencontre importants pour la communauté intellectuelle. Maintenant, avec les vaccinations et la phase la plus critique de la pandémie est passée – bien que toutes les précautions soient nécessaires, surtout après l’émergence de nouvelles variantes – le festival se déroule à nouveau en direct.

A cet effet, le Festival du film français Varilux, dans sa 12e édition, se tient à nouveau à Salvador, à partir de demain. Les projections du long métrage auront lieu au Cinépolis Bela Vista et dans deux salles du Circuit Saladearte : MAM et Paseo, dont ce dernier rouvrira en exclusivité pour l’exploitation.

Encore une fois, la diversité marque le programme, avec le meilleur du cinéma français contemporain – il y a 17 nouveaux films de genres différents – et deux classiques avec Jean Paul Belmondo, décédé en septembre de cette année à l’âge de 88 ans : O Magnífico (de 1973, réalisé par Philippe de Broca) et Les Choses de la vie (à partir de 1970, réalisé par Claude Sautet). Rio – où le spectacle a débuté la semaine dernière – et São Paulo ont reçu une exposition consacrée à la star française, avec quatre autres productions en vedette.

La comédie musicale Tralala raconte l’histoire d’un chanteur qui se fait passer pour le fils d’une femme disparue il y a 20 ans.

« Nous sommes ravis de reconduire le festival cette année, avec plus de sécurité, avec la stabilisation de la pandémie et le retour des événements culturels dans toutes les villes », a célébré Christian Boudier, co-directeur et co-commissaire du festival.

« Pour nous, qui travaillons depuis des années pour faire découvrir le cinéma français au public dans des villes de toutes tailles et de tous lieux à travers le pays, c’est un plaisir de proposer à nouveau de la culture », a déclaré Emmanuelle Boudier, également co-directrice et co-commissaire de l’événement. .

Emmanuelle met en avant la capillarité de Varilux, qui a atteint cette année plus de 50 villes au Brésil : « Habituellement, nous atteignons plus de 80 villes, mais cette année de nombreux cinémas ont été fermés à cause de la pandémie ou il a fallu beaucoup de temps pour rouvrir. Nous sommes aussi dans les petites villes . , ce que le cinéma français n’a pas réalisé. Nos différences sont très importantes ». A Bahia, Vitória da Conquista accueillera également le festival.

Les co-commissaires soulignent également la diversité qui marque l’édition annuelle du Varilux. Pour lui, il était important de mélanger les réalisateurs les plus récemment révélés avec les plus expérimentés. Un vétéran et habitué de Varilux est François Ozon, qui a imaginé It’s All Well.

« Nous sommes ravis de faire venir un réalisateur qui vient tout juste de commencer sa carrière, car nous considérons qu’il est important de montrer la nouveauté et la créativité de notre cinématographie. Nous mélangeons aussi les genres : drame, comédie, aventure, documentaires… Chaque année, nous apportons de l’animation. , cette fois c’est A Crossing ».

Le thriller An Intruder in the Basement débat de questions d’actualité, telles que la négation de l’Holocauste et la montée de l’extrême droite

SERVIR

Festival du film français Varilux. Jeudi (2) au 15, au Cinépolis Bela Vista, Saladearte do MAM et Saladearte do Paseo. Les prix varient selon la chambre. Programme complet sur variluxcinefrances.com

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.