Le différend entre l’Angleterre et la France continue

Paris Il n’y a pas un jour sans un nouveau différend entre la France et la Grande-Bretagne. Les querelles sur la pêche et les migrations ont mis à rude épreuve les relations entre les deux pays à l’ère post-Brexit. Les relations sont bloquées car il n’y a pas encore de vraie solution.

La France et la Grande-Bretagne s’accusent mutuellement des deux problèmes. Le Premier ministre britannique Boris Johnson subit des pressions politiques intérieures et doit être ferme. La France veut renégocier le traité avec la Grande-Bretagne.

Après qu’un bateau de migrants a chaviré dans la Manche en route vers la Grande-Bretagne, faisant 27 morts mercredi, la situation est désormais encore plus tendue. De nombreux médias britanniques ont accusé la France d’avoir permis que cette situation se produise.

Boris Johnson a écrit une lettre de colère au président français Emmanuel Macron, qui a également été publiée. Il accuse la France de manque d’engagement et de pression croissante sur Paris pour empêcher le passage. Un accord bilatéral de 2004 donne mandat à la France de protéger les frontières britanniques : elle doit empêcher les réfugiés de passer.

Le meilleur travail d’aujourd’hui

Trouvez les meilleurs emplois maintenant et
notifié par e-mail.

Johnson veut des accords supplémentaires pour rapatrier les migrants. Cela devrait ruiner les affaires du contrebandier. Il a également appelé à des patrouilles conjointes avec la France, ce que Paris a refusé.

Le ministre de l’Intérieur britannique rétrogradé lors d’une réunion sur les migrations

La réglementation européenne sur le rapatriement des demandeurs d’asile ne s’applique plus au Royaume-Uni depuis le Brexit. La France a interprété la demande comme une insulte, et le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a invité la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, à assister dimanche à une réunion sur les migrations à Calais, dans le nord de la France, avec des ministres d’Allemagne, de France, de Belgique, des Pays-Bas et des représentants de l’UE. Commission. C’est le signe d’une forte colère, mais en même temps d’un retard dans les négociations sur les questions migratoires. La Grande-Bretagne a lancé un appel pour inviter le ministre à nouveau.

En Grande-Bretagne, des critiques sont émises quant à l’absence de possibilité légale d’immigrer – dans le même temps, le gouvernement rendrait l’immigration difficile. La question, cependant, est de savoir où les demandeurs d’asile doivent être contrôlés. La France ne voulait pas en être responsable, et l’Angleterre ne voulait pas d’abord une revue sur le sol britannique.

Macron a rejeté les demandes formulées par Johnson dans sa lettre : il s’attendait à ce que la Grande-Bretagne « s’abstienne d’exploiter la situation dramatique à des fins politiques ». Il doit y avoir une coopération pour surmonter la crise.

Londres et Paris viennent de signer un nouvel accord de coopération pour stopper le nombre croissant de migrants. Londres a promis 62,7 millions d’euros pour soutenir les autorités françaises. Selon les médias français, l’argent est venu en morceaux. La France, quant à elle, a besoin de 200 millions d’euros par an pour protéger un littoral d’environ 100 kilomètres.

Macron demande de l’aide à l’UE

Les relations anglo-françaises ont été difficiles en raison des droits de pêche contestés dans la Manche. Le bruit a culminé lorsque les pêcheurs français ont à nouveau bloqué l’Eurotunnel et dans plusieurs ports français vendredi. Ils ont exigé plus de ténacité du gouvernement français dans les négociations avec la Grande-Bretagne. Situation chaotique.

Blocage dans la Manche

Des bateaux de pêche français bloquent l’entrée du port de Saint-Malo.


(Photo : dpa)

Le président français Emmanuel Macron a appelé à l’aide de l’UE et a appelé au renforcement de la police des frontières de Frontex. La France n’est qu’un pays de transit pour les migrants, il faut donc plus de coopération européenne pour lutter contre l’immigration clandestine. Mais il a également annoncé qu’il augmenterait le contrôle de sa côte nord.

Pendant ce temps, il subit des pressions de toutes parts, car l’immigration est un enjeu important dans la campagne électorale présidentielle en France. Cependant, le ténor principal en France est que les frontières extérieures de l’Europe devraient être mieux protégées et que la pression devrait être exercée sur les pays d’origine et les passeurs.

Les conservateurs politiques disent que l’immigration illégale devrait être limitée. Le candidat conservateur à la présidentielle et ancien négociateur en chef du Brexit, Michel Barnier, a qualifié la demande de retrait des migrants de « nouvelle provocation » de Boris Johnson. En partant de la gauche, on dit que les migrants devraient être mieux logés en France. Mais jusqu’à présent, il n’y a pas de vraie solution. Pendant ce temps, de nouveaux navires étaient constamment en route vers la Grande-Bretagne.

Encore: Au moins 27 sont morts dans le naufrage d’un bateau de migrants dans la Manche – conseillent Macron et Johnson.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.