Le dernier survivant de l’Ordre de la Libération français décède à l’âge de 101 ans

Hubert Germain, dans une interview de 2017 (AFP)

Hubert Germain, le dernier survivant de Ordre français de la Libération, est décédée à l’âge de 101 ans, a annoncé mardi la ministre de la Défense Florence Parly.

« Tout d’abord je voudrais vous informer du décès d’Hubert Germain, nous le dernier compagnon de vie de la Libération. C’est un moment important de notre histoireParly a informé la commission sénatoriale de la défense. Le président Emmanuel Macron « s’est incliné devant la vie de cette figure de la France libre », a déclaré l’Elysée dans un communiqué rendant hommage à Germain.

Germain sera enterré au Mont-Valérien, principal site d’exécutions de la résistance et des soldats allemands en otage pendant la Seconde Guerre mondiale. L’ancien président Charles de Gaulle y a inauguré le Mémorial de la France combattante en 1960.

Le père de l’Armée française de libération (FFL), Charles De Gaulle a créé l’Ordre de la Libération en novembre 1940 pour « apprécier les personnes ou collectivités militaires et civiles à identifier dans l’œuvre de libération de la France et de son empire ».

Sa dernière apparition publique remonte à novembre, aux funérailles du dernier survivant de l'Ordre, Daniel Cordier (AFP)
Sa dernière apparition publique remonte à novembre, aux funérailles du dernier survivant de l’Ordre, Daniel Cordier (AFP)
Lieutenant Hubert Germain et capitaine Paul Arnault en 1942 (AFP)
Lieutenant Hubert Germain et capitaine Paul Arnault en 1942 (AFP)

Le total, 1 038 personnes, dont six femmes, ont reçu ce titre d’Amis de la Libération, ainsi que 18 unités militaires et cinq communes françaises.

Fils d’un général de l’armée coloniale, Germain s’enfuit en Angleterre au début de l’occupation pour rejoindre l’Armée française libre commandée par de Gaulle de Londres. En tant que membre de l’Armée française libre et de la Légion étrangère, participé aux batailles de Bir-Hakeim (Libye), d’El Alamein (Egypte) et de Tunisie.

Participant au débarquement dirigé par les Français sur la côte méditerranéenne en août 1944, il s’est battu pour la libération des villes méridionales de Toulon, de la vallée du Rhône et de Lyon dans le centre de la France, se déplaçant vers les Vosges et les montagnes d’Alsace à l’est. , et mit fin à la guerre dans les Alpes du Sud.

Macron officiera une cérémonie pour Germain le 11 novembre – Journée du souvenir marquant la fin de la Première Guerre mondiale et des victimes du conflit – à l’Arc de Triomphe puis ses funérailles au Mont-Valérien, a indiqué son bureau.

Après une courte période en tant que cadre dans une entreprise privée, est entré en politique, d’abord au niveau de la ville, et a atteint le poste de ministre deux fois entre 1972 et 1974, sous la présidence de Georges Pompidou.

Germain, pendant son mandat de ministre des Communications (AFP)
Germain, pendant son mandat de ministre des Communications (AFP)

Germain sera enterré avec 16 autres héros français au Mémorial de la Francia Combattant, situé dans un lieu à grande valeur symbolique : le Mont Valérien, une ancienne forteresse militaire à deux kilomètres à l’ouest de Paris.

C’est là que les envahisseurs nazis ont exécuté plus d’un millier de résistants et d’otages (dont plusieurs Espagnols), et c’est là que les Français ont érigé un mémorial pour rendre hommage à tous ceux qui sont morts dans le conflit.. Un donjon spécial abrite les dépouilles de 16 soldats et guerriers, hommes et femmes, français de la métropole ou de la colonie, soldats ou résistants, tant contre les Allemands que contre les Japonais en Indochine.

Le dernier tombeau de la crypte du Mont Valérien était réservé au dernier survivant de l’Ordre des Amis de la Libération, qui fut finalement Germain. Alors, Avec sa mort, le dernier symbole important de cette génération a également disparu, même s’il restait encore quelques ex-soldats ou opposants survivants, tous ayant déjà cent ans ou près d’un siècle..

L’avant-dernier ordre tardif est l’histoire de la résistance française : Daniel Cordier, décédé le 20 novembre 2020 à l’âge de 100 ans. À 19 ans, Cordier s’enfuit également en Angleterre pour rejoindre la France libre. De Londres, il est renvoyé opérer dans la clandestinité et devient le secrétaire particulier de Jean Moulin, le chef historique de la résistance française à l’intérieur jusqu’à sa capture en juin 1943 et sa torture aux mains de la Gestapo. .

Lors de la cérémonie d’État qui Président, Emmanuel Macron, tenue en l’honneur de Cordier le 26 novembre aux Invalides, Germain a été vu, en fauteuil roulant et vieillissant, portant un béret militaire vert et portant ses décorations.

(AFP)
(AFP)

(Avec les informations de l’AFP et de l’EFE)

Continuer à lire:

Emmanuel Macron annonce un investissement de 34,6 milliards de dollars pour la réindustrialisation de la France
Eddie Jaku, survivant de l’Holocauste et auteur de « L’homme le plus heureux sur Terre » est décédé le 101

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.