Le dernier jubilé de l’équipe de Hruda – Tylko Podlasia

Récemment, le Ritual and Singer Group de Hruda a célébré son 25e anniversaire. Pendant un quart de siècle, il a développé les traditions folkloriques du sud de la Podlasie et les membres du groupe ont remporté de nombreux prix dans des revues et des concours. Ils ont eu beaucoup de moments amusants ensemble, dont ils se souviennent bien aujourd’hui. Cependant, c’était le dernier anniversaire commun du groupe, car avec la célébration du 25e anniversaire, ses activités ont pris fin.

Le 27 février, l’un des plus anciens groupes en activité au Centre culturel municipal de Biała Podlaska – le groupe de chanteurs rituels de Hruda a célébré son 25e anniversaire.

La cérémonie s’est déroulée en présence de représentants des autorités locales, présidée par l’administrateur en chef de la commune Wiesław Panasiuk et le trésorier de la commune, Krzysztof Radzikowski. Parmi les invités, des délégués d’autres groupes de la ville sont apparus pour exprimer leurs souhaits et chanter « Happy Birthday ». L’ensemble du groupe, cependant, était le groupe « Zorza » de Cicibor Duży, avec qui le groupe de Hruda a organisé des événements et s’est produit ensemble à plusieurs reprises. Il y a aussi des cadeaux et des photos souvenirs, et chaque membre de l’équipe reçoit un collage avec ses photos du spectacle. Cependant, c’était la dernière chance de célébrer ensemble, car après 25 ans d’activités, le groupe de Hruda a mis fin à ses activités.

L’épine dorsale des activités culturelles

Les femmes qui ont déjà des années, ont également des problèmes de santé qui les empêchent de poursuivre leurs activités dans leur périmètre actuel.

– L’équipe a été dissoute à cause de l’âge des femmes, la plupart étaient octogénaires, l’une d’elles n’avait que 90 ans, donc elles n’avaient pas assez de force, des maladies sont apparues, la composition s’est effondrée, d’où la décision d’arrêter les activités – a-t-il dit Jolanta Zającchef d’équipe et instructeur GOK à Biała Podlaska.

Il a également rappelé que l’équipe de Hruda a été formée en même temps que la création d’un club culturel dans la ville.

– C’était en juin 1996, puis j’ai commencé à travailler ici, et à la fin de cette année-là, nous avons commencé notre première répétition avec le groupe, le line-up s’est clarifié. Exactement le 8 janvier 1997, la première du rite « Christmas Eve » a eu lieu et depuis lors, nous datant des activités du groupe à Hruda. Au fil des ans, les groupes ont été l’épine dorsale de mes activités culturelles, mais pas seulement, nous organisons divers festivals et événements. Les femmes sont toujours impliquées dans l’aide, la cuisine et l’assistance à l’organisation lors des différentes célébrations – explique l’instructeur du GOK. Elle a souligné que les activités du groupe ne sont pas seulement le chant, mais aussi le tissage, célèbre pour le club culturel Hruda, où les femmes donnent des cours. – Nous avons traversé beaucoup de choses ensemble. Il y a des moments de joie et d’émotion. Travailler avec l’équipe me manquera certainement et de nombreux bons souvenirs resteront – a déclaré Jolanta Zając.

L’instructeur du GOK a annoncé qu’un groupe pour les enfants serait créé à la place de l’équipe sortante, ajoutant que des efforts étaient faits par le centre culturel et que plusieurs réunions d’organisation avaient donc eu lieu.

– Pour le moment, nous pensons travailler et chanter avec autant d’enfants que possible et avec le temps, nous pourrons en faire un groupe, en préservant bien sûr les traditions folkloriques – explique-t-il.

« Nous sommes comme une famille »

Avec Jolanta Zając, il est le fondateur du groupe Marianna Jówko.

– Depuis le début du club culturel à Hruda, Jola et moi avons commencé à travailler, nous avons eu beaucoup d’idées. Parmi eux, un pour monter un groupe. Sans hésiter… j’ai enfourché ma moto et j’ai commencé à chercher des gens pour rejoindre l’équipe. Plusieurs personnes se sont rassemblées. Ce que j’ai trouvé à l’époque était dans le groupe jusqu’à aujourd’hui. C’était l’été, alors nous avons fait une couronne de la fête des récoltes et composé une chanson pour l’occasion. Je me souviens que nous n’étions pas invités à la fête cette fois-là, mais on peut dire que nous avons eu notre première représentation devant un public – se souvient-il.

Ensuite, il était temps pour le City Carol Christmas Festival à Woskrzenice Duże, où le groupe a interprété la pièce « Christmas Eve ».

– C’était un dîner de famille de trois générations, et j’ai joué la grand-mère cruelle. Il s’est avéré que nous avons vraiment aimé notre performance et nous avons été dirigés vers la réunion inter-voïvodie des orchestres de chant à Ostrołęka, où le comité du concours a également apprécié notre authenticité, le fait que nous ayons montré trois générations, il y avait beaucoup d’enfants, nous avions aussi un repas de réveillon. C’est comme ça que ça a commencé et ça a continué d’une manière ou d’une autre – a-t-il dit. Au fil du temps, l’ensemble, en plus des rituels, a également commencé à chanter. – On nous a donné des musiciens, on chante beaucoup mieux à l’accordéon. Après la mort de sa mère, mon gendre avait des métiers à tisser à vendre, alors Jola et moi avons décidé de les emmener au club culturel de Hruda. C’est alors que l’atelier de tissage a été fondé. Même des groupes d’outre-mer viennent chez nous pour des spectacles et nous allons en cours ailleurs – explique Marianna. Il avoue que ses activités au sein de l’équipe et du groupe, qui sont toujours comme une famille, vont lui manquer. – C’est dommage que ce soit la fin, car c’était tellement amusant, je chanterai dans quelques années, mais c’est la vie. Cependant, l’homme a déjà atteint son âge et il laisse sa santé se détériorer – dit-il.

Première visite à Seym et sushi?

Vous nous parlez aussi de vos souvenirs liés aux activités du groupe Maria Harwackaassociés au groupe depuis le début. ‘

– Grâce à l’équipe, nous avons visité la majeure partie de la Pologne, nous sommes allés à divers concours et revues, incl. à Płock, Lublin, Zakopane. Nous avons également participé au Festival international des chants de Noël slaves orientaux à Terespol. Nous avons également travaillé plusieurs fois avec Wisma Zaborek. Bien qu’il existe de nombreux cours à domicile, l’entraînement en équipe et les voyages sont une évasion agréable des tâches quotidiennes, vous faites toujours quelque chose de plus et ne restez pas assis – dit-il. Il s’est souvenu que, même si l’entraînement n’était parfois pas une question de petites querelles, l’atmosphère était presque toujours amicale. – Ça nous manquera beaucoup, car en plus de chanter ensemble, il y a aussi des conversations, des échanges de nouvelles, des blagues, du thé ensemble et du gâteau. C’était tellement amusant – a ajouté Maria.

Il a mentionné, entre autres, une visite au Sejm, où l’équipe a été invitée par l’ancien député Franciszek Jerzy Stefaniuk.

– D’abord, nous avons entendu quelqu’un « o wiocha is coming », mais quand nous avons commencé à chanter, beaucoup de gens sont venus et nous avons reçu une salve d’applaudissements. Après le spectacle au Seym, nous avons été invités dans un restaurant de sushi. Mme Danuta, qui n’est malheureusement plus en vie, a pris une cuillerée de wasabi dans sa bouche, sans savoir ce que c’était. Il a dû courir dehors pour haleter car il a failli suffoquer. Nous avons également visité le cinéma en trois dimensions à cette époque. Il existe de nombreuses attractions – at-il dit.

Mauvaise photo dans Word

L’équipe a également participé à la cérémonie d’inauguration de l’ancien aéroport de Białystok sous le grand aéroport, dont l’investisseur était Turek Vahap Toy, qui, comme vous le savez, n’a jamais été construit.

– Nous nous sentions alors comme de vraies stars. C’était une grande fête. Nous avons également essayé le kebab pour la première fois, je me souviens que c’était très épicé. Ce qu’ils vendent maintenant dans la ville, c’est une sorte de voyage – rit Maria Harwacka. Il a également admis qu’une des photos prises lors de l’événement pour l’équipe par le photojournaliste de longue date Adam Trochimiuk et qui a été publiée dans notre journal a causé ses problèmes domestiques. – Sur la photo, nous embrassons un homme avec une autre femme. Comment mon mari l’a vu dans le journal… ce qu’il m’a donné alors ! J’étais un peu touché à l’époque, mais j’ai toujours le journal d’aujourd’hui – se souvient-il en riant.

photo : Adam Trochimiuk / Archives

Il a rappelé qu’avec le reste de l’équipe, ils ont organisé des cours de tissage et des spectacles, entre autres, pour les jeunes du Voluntary Labour Corps à Roskosz.

À la fin, il a admis qu’il regrettait le plus que les livres avec des chansons que l’ensemble avait dans le répertoire soient conservés dans un tiroir.

– Or les jeunes ne connaissent pas vraiment ces chants et chants. Avec des groupes comme nous, ce « style folk » va disparaître. Quand notre génération était jeune, nous nous retrouvions avec des amis, nous n’avions pas besoin de grand-chose, nous pouvions nous amuser sans alcool, nous étions ravis de chanter. Maintenant, les jeunes ont une approche légèrement différente – s’inquiète-t-il.

Il a annoncé qu’il n’abandonnerait pas ses propres activités culturelles. Elle avait déjà préparé des travaux pour le concours traditionnel de dentelle « Peint à l’aiguille », et avec son petit-fils, des oeufs de Pâques pour le concours de Pâques.

Histoire du groupe

L’ensemble Ritual-Singers de Hruda a fait ses débuts le 8 janvier 1997 lors des réunions communales de chants de chant à Woskrzenice Duże avec une représentation sur le thème de Noël, qui un an plus tard lors de la réunion provinciale des ensembles de chants de chant à Drelów, ils ont reçu des deuxièmes prix, et pendant Lors de la réunion provinciale du théâtre rituel de Komarówka Podlaska, le jury a décerné le troisième prix au joueur de Hruda. Deux ans plus tard, le groupe prépare un autre spectacle appelé « Odwitki », faisant référence à la tradition de la visite d’une mère après la naissance de son enfant. Le spectacle a remporté le deuxième prix lors de la présentation du théâtre rituel rural à Drelów. En 2000, les représentations théâtrales ont été remplacées par des chants folkloriques, qui ont été développés par l’ensemble avec l’instructeur Roman Makarski. Le groupe a reçu plusieurs fois des notes élevées au Festival de la chanson mariale à Leśna Podlaska. Il s’est également produit en Biélorussie et en France.

Pour le 10e anniversaire, le groupe a reçu la médaille « Pour le mérite à la commune de Biała Podlaska » et la médaille « Pour l’hommage à la commune de Biała Podlaska ». L’équipe est gardée par Jolanta Zając. Le répertoire du groupe comprend plus de 200 chansons, dont des chansons folkloriques, des chants de Noël, des chansons patriotiques, sacrées, festives et occasionnelles.

Équipe actuelle: Marianna Jówko, Maria Harwacka, Regina Nestoruk, Zofia Jówko, Zofia Guzarów, Marianna Sawczuk, Józef Guzarów et Tadeusz Panasiuk. Ils ont également joué avec le groupe : Jerzy Kukawski, Józef Jówko, Aneta Jówko, Marta Jówko, Paulina Panasiuk, Justyna Chełstowska, Kamil Filipiuk, Krzysztof Harwacki, Ukasz Rogala, Maria Chełstowska, Maria Szczygielska, Marianna Jówgala.

Nicole André

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.