Le confinement double le nombre de jeunes déprimés en France

/Photographee.eu, stock.adobe.com

Paris – La pandémie a affecté la santé mentale des jeunes en France. Après le premier couvre-feu au printemps 2020, le nombre de jeunes souffrant de troubles dépressifs a doublé, selon un rapport publié aujourd’hui sur les droits de l’enfant. Plus de 20 pour cent des enfants âgés de 15 à 24 ans sont touchés.

Plus de jeunes développent également une anxiété sociale et une phobie que jamais auparavant, selon le rapport. Les fermetures d’écoles – qui durent moins longtemps en France que dans d’autres pays – ont accru le risque de dépendance aux écrans.

« On dit aux jeunes de ne pas passer autant de temps devant les écrans, et en même temps ils ont des cours sur les écrans, ça va contre lui-même », a déclaré la médiatrice aux droits de l’enfant, Claire Hédon, animatrice. France Inter. Les conséquences d’une consommation accrue de médias à l’écran incluent des troubles du sommeil et de l’alimentation, ainsi que des problèmes d’attention.

Les travailleurs des droits de l’enfant demandent un meilleur accès à l’aide psychologique pour les enfants et les jeunes. Une période d’attente de six à douze mois pour un rendez-vous avec un psychologue est inacceptable.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance Unicef le mois dernier a décrit les effets de la pandémie de coronavirus et des restrictions connexes sur le psychisme des jeunes du monde entier comme « graves ».

Cela s’est vu « au fil des ans », a prévenu l’Unicef ​​dans un rapport, pointant du doigt un énorme écart dans le monde entre le besoin d’offres d’aide et les fonds disponibles pour le traitement des problèmes et troubles de santé mentale chez les jeunes. © afp / aerzteblatt.de

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *