Le Chili se prépare à l’élection présidentielle la plus importante depuis trois décennies

Première modification :

Environ 15 millions de Chiliens ont été appelés aux urnes ce dimanche pour élire le prochain président du pays. Dans la course électorale, deux candidats de pôles opposés se disputent leur arrivée à La Moneda : l’ailier droit José Antonio Kast et le leader de gauche, Gabriel Boric. Le vainqueur mettra fin à 30 ans d’alternance politique entre les deux blocs centraux qui se sont partagés le pouvoir après la fin de la dictature militaire en 1990.

Dans les maisons, dans les cafés et dans les rues du Chili, il semble n’y avoir plus rien à dire. José Antonio Kast et Gabriel Boric sont des sujets de conversation pour les Chiliens qui, dans quelques heures, entameront le processus de vote pour élire le successeur du président Sebastián Piñera.

Au total, 2 500 centres de vote ouvriront à travers le pays ce dimanche 19 décembre à 8h heure locale et fermeront à 18h. Les résultats devraient arriver assez rapidement dimanche soir.

Les deux candidats à la présidentielle chilienne ont émergé en dehors du principal parti politique chilien. Alors que Kast, du parti républicain, est perçu comme un défenseur des politiques menées sous la dictature militaire d’Augusto Pinochet (1973-1990), Boric, du parti Frente Amplio, est un ancien leader étudiant qui a menacé d’enterrer l’économie néolibérale. modèle de pays.

Les Chiliens hésitent encore pour le vote de ce dimanche

Kast et Boric sont les deux candidats antagonistes en lice pour le président chilien ce dimanche dans une élection « très serrée » en termes de résultats, a confirmé le ministre chilien de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Rodrigo Delgado.

Dans le dernier sondage, Boric aurait remporté le scrutin avec une avance comprise entre 5 et 14 points, mais le panorama reste incertain, la gauche étant arrivée deuxième au premier tour avec 25,8% des voix, tandis que Kast a obtenu 27,9%.


Mais, selon une enquête menée par le groupe de conseil AtlasIntel auprès de 2 218 électeurs potentiels, Kast avait 48,5% des intentions de vote, devant Boric avec 48,4%.

Lors du premier tour, le 21 novembre, seulement 47% de la population s’est qualifiée pour participer et, selon les dernières estimations, il y avait un grand pourcentage d’indécis dans ce second tour.

« Je n’y vais pas, j’aime le Chili tel qu’il est maintenant, et les deux candidats n’arriveront à rien. Ils sont très extrêmes », a déclaré Melany Cavieres, une étudiante chilienne, interrogée par l’institut EFE.

« Rien ne représente mes idées. Je voterai, mais seulement pour empêcher ceux que je ne veux pas de sortir », a déclaré Luis Felipe, un habitant de Santiago.

Bastion économique ou État-providence ?

José Antonio Kast, 55 ans, comparé au politicien brésilien Jair Bolsonaro, ils disent qu’il est un fan de Donald Trump et même qu’il est aligné sur le pinochet en raison des liens que les membres de sa famille ont avec l’ancien dictateur militaire, Augusto Pinochet.

La polarisation entre les Chiliens était évidente lorsque, d’une autre banque, des partisans de Gabriel Boric, 35 ans, l’ont défendu pour ses propositions inclusives avec divers secteurs de la société, et avec l’idée de mettre fin au modèle néolibéral de longue date. jusqu’à la dictature.


De discours agressifs et nationalistes, les deux candidats sont devenus plus modérés à mesure que la compétition électorale s’intensifie.

« Les deux candidats ont apporté des ajustements importants à leurs programmes, ils ont introduit les concepts de prudence et de réalisme », a déclaré cette semaine le président de la Banque centrale chilienne, Mario Marcel.

Cette semaine, le Chili choisira entre deux visions très différentes de l’avenir. Le monde verra si la nation sud-américaine est plus déterminée à continuer d’être un rempart de stabilité économique ou vice versa, se laissant tenter par une série de « changements majeurs » pour faire du pays une nation de rêve. de l’État-providence.

Avec Reuters, EFE et les médias locaux

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.