L’Arménie accuse l’Azerbaïdjan d’« envahir » le territoire

BJe dirais que cela nécessite juste une armée de « places de parking ».

« L’invasion des forces armées azerbaïdjanaises, qui a commencé le 24 mars dans la ville de Paruj, région d’Askeran, dans la zone de responsabilité des casques bleus russes, se poursuit », a déclaré le ministère arménien des Affaires étrangères dans un communiqué.

Selon Erevan, « la situation au Haut-Karabakh reste tendue ».

Le ministère de la Défense de la République du Haut-Karabakh a déclaré sur son compte Twitter officiel que les forces armées azerbaïdjanaises avaient ouvert le feu sur ses unités de défense avec des armes à feu et des drones suicides.

Il a ajouté que deux soldats arméniens et cinq soldats azerbaïdjanais avaient été tués, mentionnant également que cinq soldats russes avaient été blessés lors de combats avec les troupes azerbaïdjanaises jeudi soir.

La diplomatie arménienne considère que la partie russe, garante du cessez-le-feu dans la région, devrait prendre des mesures pour le « retrait immédiat des unités des forces armées azerbaïdjanaises » dans la zone de responsabilité du contingent russe.

Erevan a également demandé à la Cour européenne des droits de l’homme de prendre des mesures immédiates contre l’Azerbaïdjan pour ce qu’il considère comme une violation des droits du peuple du Haut-Karabakh.

De son côté, Bakou a nié dans un communiqué que des combats avaient eu lieu dans la zone avec l’utilisation de drones et assuré qu’ils menaient un processus « précis » de stationnement des troupes « sans recours à la force ».

« Les rapports provocateurs publiés par la partie arménienne sur les affrontements militaires présumés avec l’utilisation d’engins sans pilote sur le territoire de l’Azerbaïdjan, où le contingent russe de maintien de la paix était temporairement stationné, et la mort de soldats azerbaïdjanais, sont faux », indique le communiqué. Ministère des Affaires étrangères à Bakou.

La situation dans la région a également été discutée jeudi soir entre le ministre arménien de la Défense Suren Papikyan et le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, qui s’est également entretenu cette semaine avec son homologue azerbaïdjanais Zakir Hasanov.

De nouvelles tensions dans la région étaient également au centre des contacts téléphoniques de jeudi entre le chef de la diplomatie arménienne, Ararat Mirzoyan, et la secrétaire d’État adjointe américaine Karen Donfried.

Après la guerre à l’automne 2020, Erevan a perdu le contrôle de plus des deux tiers du territoire dans et autour du Haut-Karabak, qu’il détenait depuis les années 1990.

Selon la clause 1 de l’armistice, qui a été signé entre la Russie et l’Arménie avec la médiation russe, les pouvoirs des deux parties doivent rester dans la position qu’ils occupaient au moment de la signature du document.

Selon Erevan, les initiatives militaires actuelles de Bakou dans la région constituent une violation flagrante de l’accord conclu en novembre 2020.

Cette semaine, l’Arménie a accusé l’Azerbaïdjan d’avoir endommagé un gazoduc transportant du carburant vers le Haut-Karabakh, laissant 120 000 personnes sans accès au gaz.

« En plus d’autres mesures visant à exercer une pression psychologique sur la population locale et à empêcher les représentants d’organisations humanitaires d’entrer dans le Haut-Karabakh, l’Azerbaïdjan sabote également délibérément le fonctionnement normal d’infrastructures vitales » dans la région, a dénoncé Erevan.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan, anciennes républiques soviétiques du Caucase du Sud, ont déclaré leur indépendance en 1991.

Le Haut-Karabakh, une région d’Azerbaïdjan, désormais habitée presque exclusivement par des Arméniens (chrétiens orthodoxes), a déclaré son indépendance de l’Azerbaïdjan musulman après les guerres du début des années 1990 qui ont fait environ 30 000 morts et des centaines de milliers de réfugiés. .

Après la guerre, un armistice est signé en 1994 et la médiation est acceptée par le groupe de Minsk (Russie, France et États-Unis), qui se forme au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), mais les combats armés continuent de se produire fréquemment.

La récente escalade des tensions illustre l’équilibre précaire qui prévaut entre les deux nations rivales, malgré la présence de troupes de la force russe de maintien de la paix dans la région, déployée en novembre 2020 dans le cadre d’un cessez-le-feu négocié par le président Vladimir Poutine.

Lire aussi : La Cour des droits de l’homme condamne l’Azerbaïdjan pour l’expulsion de 4 Turcs

News by the Minute nominé pour les Marketeer Awards

SALUT Nouvelles par minute fait partie des nominés pour l’édition 2022 Prix ​​du marketeurdans la catégorie médias numériques. Le vote dure jusqu’au 31 mai.

Pour nous aider à gagner, il vous suffit d’accéder au site de l’initiative hébergé par le magazine agent de commercialisationen cliquant iciet continuez en remplissant le formulaire, en sélectionnant Nouvelles par minute dans la catégorie médias numériques puis formaliser le vote. Merci pour votre préférence !

Soyez toujours le premier informé.
Le Consumer Award et le Five Star Award pour la sixième année consécutive pour la presse en ligne.
Téléchargez notre application gratuite.

Télécharger l'AppleStore

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.