L’Allemagne est présidente du G7 pour un an

L’Allemagne assume ce jour-là et tout au long de l’année la présidence du Groupe des Sept (G7), qui rassemble les grandes puissances économiques de l’Occident et du Japon, et qui se réunira sous le nouveau commandement du chancelier social-démocrate Olaf Scholz. en juin dans la région bavaroise.

Le G7, créé en 1975, s’appelait autrefois G8, mais en 2014, suite à l’annexion de la Crimée, il a suspendu la participation de la Russie. De plus, il n’inclut pas les puissances économiques telles que la Chine, l’Inde, l’Afrique du Sud ou le Brésil.

Selon l’agence de presse allemande DPA, le nouveau chancelier Scholz recevra les chefs d’État et de gouvernement du G7 du 26 au 28 juin au château d’Elmau, dans les Alpes bavaroises, lors d’une réunion dont l’ordre du jour portera sur le changement climatique, la lutte contre la pandémie. et le renforcement de la coopération internationale et de la démocratie dans le monde.

« Nous utiliserons notre présidence pour faire de ce groupe de nations un pionnier, un pionnier de l’économie climatiquement neutre et un monde juste », a promis Scholz dans son discours du Nouvel An, ajoutant : « La coopération internationale est importante. Dans un monde qui comptera bientôt 10 milliards d’habitants, nos voix ne seront entendues que si nous agissons de concert avec beaucoup d’autres.

Il n’est pas encore clair si le gouvernement allemand maintiendra la même direction que le Royaume-Uni lui a donnée lors de sa présidence de 2021.

Avec l’administration Boris Johnson aux manettes, le G7 veut se présenter comme l’autre côté de la Russie et de la Chine, deux puissances que les États-Unis ont explicitement identifiées comme des rivales majeures de leurs intérêts nationaux et de leurs alliés.

Pour cette raison, Johnson a invité d’autres puissances telles que l’Inde, la Corée du Sud, l’Afrique du Sud et l’Australie au sommet final, comme un geste pour élargir, bien qu’informellement et temporairement, le groupe sélectionné.

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a annoncé dans une récente interview avec le DPA qu’elle inviterait les pays « qui maintiennent le développement économique ainsi que des valeurs partagées telles que la liberté et l’état de droit » à la précédente réunion des ministres des Affaires étrangères. Il n’a pas donné de noms, bien qu’il ait déclaré qu’il pouvait s’agir de pays de la région Afrique et Pacifique.

La réunion de juin marquera non seulement le point culminant de la présidence allemande du G7, mais sera également la plus grande réunion internationale présidée par le social-démocrate Scholz, qui vient de prendre la direction du gouvernement allemand, après environ une décennie. et le temps partiel ininterrompu de la conservatrice Angela Merkel.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *