La Slovénie passe le relais à la France à la tête de l’UE

La Slovénie a dit au revoir aujourd’hui à la présidence du Conseil de l’Union européenne (UE), qui reviendra à la France au cours des six prochains mois, après six mois avec Ljubljana comme modérateur du débat sur le dossier communautaire dans l’instance qu’elle représente en l’Union européenne à ses États membres. Sa deuxième présidence depuis son entrée dans l’Union européenne en 2004 en provenance de la minuscule ex-république yougoslave, avec 2,1 millions d’habitants et un PIB par habitant légèrement supérieur à celui de l’Espagne, a débuté par les fameuses frictions entre Bruxelles et le Premier ministre slovène, Janez Jansa, un homme politique, admirateur vétéran de Donald Trump et proche du leader nationaliste hongrois Víktor Orban. Lors de la première du semestre à Ljubljana, le vice-président exécutif de la Commission européenne, Frans Timmermans, a évité de joindre les photos officielles après que Jansa ait vivement critiqué deux juges et législateurs lors de leur réunion à huis clos.

Les atteintes à la liberté d’expression, avec l’affrontement criant entre le gouvernement et l’agence de presse publique slovène STA, les insultes de l’exécutif slovène au nouveau Parquet européen ou l’agressivité de Jansa sur les réseaux sociaux ont assombri politiquement la présidence. Mais la dissidence, qui n’a pas disparu, a diminué d’intensité tout au long du semestre et n’a pas entravé le développement technique d’une présidence correcte, pour laquelle les corps diplomatiques et bureaucratiques ont travaillé étroitement et avec discipline. « Ils l’ont fait à merveille », a déclaré à Efe un diplomate d’un autre État membre, qui a particulièrement apprécié le nombre d’accords que les Slovènes ont réussi à conclure en six mois.

Ljubljana a également travaillé sur des questions européennes importantes pour le pays, telles que la diplomatie dans les Balkans ou les progrès vers l’adhésion à l’espace Schengen de la Croatie, rejoignant plus récemment un club communautaire, en 2013.

Accord sur la table

Entre juillet et décembre, 21 trilogues de négociations législatives entre le Conseil, la Commission et le Parlement européen se sont achevés. Parmi eux, le dossier de la création de l’Union européenne de la santé, du renforcement du rôle de l’Agence européenne des médicaments et de l’extension du mandat du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

La poursuite de la suppression du « roaming » dans l’Union européenne jusqu’en 2032 a également été convenue et des progrès ont été réalisés sur deux lois majeures visant à réguler et limiter le pouvoir des grandes plateformes Internet telles que Google, Facebook ou Amazon, qui devraient fermer au premier semestre 2022.

Les bénéfices sont plus importants si l’on considère que la présidence slovène est devenue la quatrième développée pendant la pandémie, ce qui complique le fonctionnement normal des institutions de la société.

météo, extérieur et arrière-plan

Sur la politique climatique, alors que d’importants débats législatifs commencent à peine, Ljiubljana peut se vanter que l’UE est arrivée avec une position unifiée lors de la conférence sur le climat COP26, qui s’est tenue à Glasgow en novembre.

Du point de vue de la politique étrangère, le semestre slovène a été marqué par le retrait des troupes d’Afghanistan, des affrontements avec la Biélorussie et la montée des tensions à la frontière entre la Russie et l’Ukraine.

Sur le plan économique, la présidence slovène a été caractérisée par une hausse des prix de l’énergie, dont la solution possible a conduit à une lutte politique intense à Bruxelles qui n’a pas encore été résolue.

De plus, il a coïncidé avec le décaissement de 53 milliards d’euros dans le cadre des plans de relance des 22 États membres, seuls cinq autres acceptant leurs transferts.

Plus de contrôle. Après six mois de présidence slovène au Conseil de l’Union européenne, c’est désormais la France dirigée par Emmanuel Macron, en pleine période électorale pour les élections d’avril, qui va prendre le relais de la Slovénie, avec l’objectif affiché par Paris d’atteindre un objectif plus l’Europe souveraine, avec un plus grand contrôle sur ses propres frontières et ses défenses. Elle recherchera également des modèles économiques conciliant croissance et préservation de la planète.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.