La Russie provoque le biathlon de Zoff : Pidruche : Fourcades « va au diable »

La Russie fournit le biathlon de Zoff
Pidruchyi : Fourcades « va au diable »

Peu de temps après les Jeux olympiques d’hiver, le biathlète ukrainien Dmytro Pidruzhnyi est devenu un soldat forcé pendant la guerre. Il est prêt à défendre son pays – même avec des mots tranchants. Sur Instagram, il a repris l’icône du biathlon français Martin Fourcade.

Le biathlète ukrainien Dmytro Pidruchnyi a vivement critiqué la star française Martin Fourcade et son frère de quatre ans Simon Fourcade après une interview avec Simon Fourcades, 37 ans. « Martin et Simon, allez en enfer. J’espère que vos enfants ne ressentiront jamais la douleur que vivent les enfants ukrainiens », a notamment écrit Pidruchnyi sur Instagram.

Pidrichnyi, qui, comme d’autres athlètes de son pays natal, a combattu dans l’armée contre les envahisseurs russes, était furieux des déclarations de Simon Fourcade sur la chaîne de télévision russe Match. Il y a décrit l’exclusion du sport russe comme une « grosse erreur ».

De plus, l’entraîneur-chef du biathlon français junior aux Championnats du monde juniors à Soldier Hollow, aux États-Unis, qui se sont terminés dimanche, a coupé le drapeau français pour protester contre l’interdiction du drapeau russe et l’a attaché au lustre russe, qui est utilisé uniquement aux championnats du monde connaissant l’interdiction initiale.

Martin Fourcade se défend

« Je suis désolé d’avoir voté pour Martin au sein du comité du CNO et qu’un si grand athlète se soit avéré être une personne aussi laide », a écrit Pidrushnyi, 30 ans. Le quintuple médaillé d’or olympique, qui a été élu à la commission des athlètes du CIO aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin, a répondu sur Instagram en répondant : « Je comprends votre colère et votre tristesse, mais ne vous permettez pas d’offenser qui que ce soit pour être en désaccord avec ce que son frère a dit ! Au cas où vous l’auriez oublié, je m’appelle Martin et je n’ai pas eu d’entretien récemment ! »

Simon Fourcade a également commenté sur les réseaux sociaux, où il a reçu de nombreux commentaires haineux : « Je ne soutiens pas la guerre et je ne soutiens pas le gouvernement russe ! » Dans le même temps, il a déclaré que l’exclusion des athlètes russes était « absolument contre-productive et une énorme hypocrisie ».

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.