La Russie paie des obligations et flotte en défaut Mais S&P voit noir

Standard & Poor’s est prêt à nommer la Russie avec les initiales « SD ». L’abréviation désigne le « défaut sélectif », une sorte de faillite partielle qui est déclenchée en cas de manquement du débiteur à certaines de ses obligations. Pour l’instant, l’agence américaine a abaissé la note de la dette souveraine de la Russie (à la fois en devise étrangère et en devise locale) à « CC », mais a averti que les deux notes restent « sous observation avec des implications négatives ». En pratique, une rétrocession ultérieure n’est pas exclue.

Le refus de S&P a suscité un mystère sur le paiement effectif par Moscou du coupon de 117 millions de dollars, qui a expiré mercredi dernier. Bien que Bloomberg d’abord, puis le Wall Street Journal aient révélé que des paiements avaient été effectués, l’argent avait été déposé sur des comptes Citigroup puis remis aux détenteurs d’obligations grâce à une dispense de sanction accordée par l’Office of Foreign Assets Control du Trésor américain. L’exception permettra à la Banque de Russie et au ministère russe des Finances d’honorer leurs engagements financiers en dollars jusqu’au 25 mai. Après cela, des licences spéciales approuvées par le Trésor seront nécessaires pour continuer à recevoir des intérêts, des dividendes ou des paiements d’échéance sur la dette du Kremlin. Ni le ministère dirigé par Janet Yellen ni Citi n’ont confirmé la nouvelle.

Cependant, la volonté de Moscou de payer sa dette internationale devrait bientôt être mise à l’épreuve. Le 31 mars, les intérêts pour l’équivalent de 615 millions de dollars expirent, tandis que le véritable test de solvabilité pourrait arriver le 4 avril, date à laquelle les obligations de deux milliards de dollars doivent être remboursées. La possibilité de durcir les mesures punitives contre Poutine pourrait inciter Moscou à forcer, comme il l’a déjà menacé, à rembourser ses obligations en roubles. Même avec des frais de défaut, car les obligations émises avant 2014 ne peuvent pas être remboursées dans une devise autre que la devise émise.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Paolo Gentiloni, a souligné hier que « la voie des sanctions n’est pas fermée. Du point de vue de la Commission, le principe est qu’en principe rien n’est exclu. Mais nous devons moduler les sanctions en sachant qu’il s’agit d’utiliser des méthodes plus dommageables pour l’économie russe que celles qui peuvent nuire à l’économie européenne. Cela suggère que le pétrole et le gaz russes resteront hors de la liste compte tenu de la dépendance du Vieux Continent vis-à-vis des approvisionnements énergétiques russes.

Bien que Gentiloni ait exclu qu’une stagnation soit imminente, si le scénario économique se détériorait, « une réponse systémique sera nécessaire ». Et cette réponse pourrait remettre la question des eurobonds au centre du débat sur l’absorption des coûts énergétiques et le financement des dépenses de défense. Cependant, la proposition, lancée par le président français Emmanuel Macron avec le soutien tacite de Mario Draghi, s’est jusqu’à présent heurtée à la résistance de l’Allemagne et du Nord. « Je n’exclus pas ce genre de question de l’horizon des débats futurs – a déclaré l’ancien Premier ministre -, même si ce n’est pas un sujet en discussion et n’a pas été discuté lors du dernier sommet ». Pendant ce temps, Bruxelles est sur le point de finaliser son régime de réduction des aides d’État. Il sera présenté la semaine prochaine et, comme l’avait prévu Gentiloni, il sera « plus limité qu’il ne l’était pour la pandémie et ciblé sur les entreprises touchées », notamment celles qui sont énergivores et celles qui ont le plus souffert de l’impact des hausses dans les prix des matières premières.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.