La Pologne et la France d’une seule voix sur le nucléaire






© PAP / EPA
illustration de photos

Sur l’énergie nucléaire et le gaz naturel, la Pologne et la France, qui président le Conseil de l’Union européenne depuis janvier, se sont exprimées d’une seule voix. Pour atteindre ses objectifs climatiques ambitieux, l’UE a besoin des bons instruments financiers pour cela ; nous comptons sur eux, a déclaré Andrzej Sadoś, représentant permanent de la Pologne auprès de l’UE dans un entretien avec PAP.

À LIRE AUSSI : L’Allemagne ferme trois centrales nucléaires. Ils abandonneront le nucléaire d’ici fin 2022. « C’est un crime »

Le 1er janvier, la France a succédé à la Slovénie à la présidence du Conseil de l’Union européenne. Comme le dit Sadoś, les sujets importants de la présidence parisienne sont la protection des frontières, la sécurité et la réforme de l’espace Schengen.

La proposition d’établir un leadership politique pour l’espace Schengen à travers des réunions régulières des ministres en charge des affaires intérieures sera discutée. La question de l’avancement des pactes migratoires et d’asile sera bien entendu également abordée. La Pologne est ouverte à une discussion constructive sur cette question. Cependant, nous soulignons que si des réformes sont mises en œuvre, elles sont globales, c’est-à-dire qu’elles s’appliquent à tous les éléments du pacte. Ce poste est occupé par (…) d’autres États membres

Il pointa du doigt.

Politique de défense

En ce qui concerne la politique de défense – comme le dit Sadoś – la discussion actuelle concerne, entre autres, la soi-disant boussole stratégique. Il s’agit d’un document en cours d’élaboration qui vise à fournir une orientation stratégique commune aux activités de l’UE dans le domaine de la sécurité et de la défense. Il vise également à accroître le niveau de mise en œuvre des ambitions de l’UE dans ce domaine. La version finale de la boussole stratégique devrait être adoptée par le Conseil au cours du premier semestre 2022.

Des travaux sont également en cours pour adopter une nouvelle déclaration sur la coopération entre l’Union européenne et l’OTAN. Les discussions porteront sur les Balkans occidentaux, le partenariat oriental et les initiatives pour l’Afrique. Les préparatifs du sommet UE-Afrique sont en cours. La Pologne est active dans les discussions sur l’autonomie stratégique, qui ont commencé pendant la pandémie, et qui ont également une dimension défensive. La Pologne a souligné que l’UE peut compléter ce que fait l’OTAN, en particulier dans les régions voisines – dans les Balkans occidentaux, au Moyen-Orient, dans les pays du Partenariat oriental ou en Afrique du Nord, mais ne peut pas dupliquer le rôle de l’Alliance de l’Atlantique Nord. Il s’agit d’augmenter le potentiel des moyens de défense

– explique Sadoś.

Nul doute également que les travaux sur la loi climat seront un enjeu important pour la Présidence française.

Les objectifs climatiques ambitieux doivent être soutenus par des instruments spécifiques qui permettront la mise en œuvre de ces objectifs. La Pologne a considérablement réduit la part du charbon dans son bouquet énergétique – d’environ 90 %. jusqu’à environ 70 pour cent Cependant, pour continuer à poursuivre des objectifs climatiques ambitieux, nous devons disposer des instruments financiers nécessaires. Nous avons également besoin d’actions juridiques, telles que la taxonomie, pour permettre le développement du gaz et de l’énergie nucléaire. Cela fait deux ans que nous attendons cela. En matière d’énergie nucléaire et de gaz naturel, la Pologne et la France parlent d’une seule voix

– montre Sadoś.

Actions de la Russie contre l’Ukraine

L’ambassadeur de Pologne auprès de l’Union européenne a souligné que le sujet numéro un de la politique étrangère était les actions agressives de la Russie contre l’Ukraine.

Non seulement la mobilisation et le transfert d’unités militaires (Russie – PAP) à la frontière avec l’Ukraine, mais aussi le problème de l’arrêt des approvisionnements par le système de gazoduc, mais aussi la question de la certification de Nord Stream 2. Cela recoupe les conséquences des événements survenus en Biélorussie. La nouvelle étape des sanctions pour les mesures hybrides biélorusses affectera beaucoup plus de personnes que le paquet récemment adopté

Il pointa du doigt.

Sadoś a souligné qu’il existe de nombreux points d’interrogation concernant les projets présidentiels de la France au Conseil de l’Union européenne, y compris dans le contexte de la pandémie et de la nouvelle variante du coronavirus, l’Omikron.

Nous verrons dans quelle mesure cette nouvelle option affectera le fonctionnement de la Présidence française. Il y a un certain nombre de questions sur la façon dont Paris veut aborder le sujet de la récupération de la pandémie. Certains pays attendent toujours que Bruxelles se prononce sur un plan national de reconstruction, dont la Pologne. Une convention sans décision sur les KPO polonais sera politique. Nous espérons qu’il existe des conditions pour que nous puissions poursuivre de manière constructive notre travail au sein de l’Union européenne

– elle dit.

ml / PAP

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.