La liste des atrocités russes en Ukraine s’allonge

La Russie a longtemps nié les actes répréhensibles, mais des photos, des vidéos et des témoignages de citoyens indiquent les crimes de guerre présumés de ses soldats en Ukraine. Depuis le début de la guerre, l’Ukraine a reçu des informations sur 15 000 violations présumées des Conventions de Genève, auxquelles s’ajoutent chaque jour 200 à 300 cas supplémentaires.

Nouveau record pour les journalistes à La Haye il dit Iryna Venediktová, procureur général de l’Ukraine. Selon lui, les autorités ont identifié environ 600 suspects et lancé 80 poursuites pénales. La liste des auteurs présumés comprend de hauts responsables militaires, des politiciens et des « agents de propagande russes ».

crimes de guerre

Les crimes de guerre comprennent les soi-disant violations graves des Conventions de Genève et de leurs Protocoles additionnels. L’un des catalogues de crimes de guerre reconnus les plus complets se trouve à Article 8 Statut de Rome de la CPI :

  • meurtre intentionnel
  • la torture ou les traitements inhumains, y compris les expériences biologiques
  • expulsion ou transfert illégaux ou privation illégale de liberté
  • otage
  • attaque intentionnellement la population civile ou contre des civils qui ne sont pas directement impliqués dans les hostilités ;
  • attaquer délibérément des biens civils, à savoir des biens qui ne sont pas des biens militaires
  • attaquer ou bombarder des villes, des villages, des résidences ou des bâtiments qui ne sont pas défendus et qui ne sont en aucun cas des objectifs militaires

Plusieurs milliers de ces crimes potentiels se sont produits dans le Donbass, la région séparatiste orientale de l’Ukraine. La zone est actuellement le principal site de combats entre les forces russes et ukrainiennes. Cependant, des soupçons de culpabilité à l’égard des lois de la guerre proviennent également d’autres régions du pays.

Selon Venedict, la liste des crimes de guerre de l’Ukraine comprend des transferts forcés vers diverses parties de la Russie, la torture de personnes, le meurtre de civils ou la destruction d’infrastructures civiles. Cependant, les autorités ukrainiennes n’ont pas accès aux zones contrôlées par la Russie, de sorte que les enquêteurs ont obtenu des détails grâce à des entretiens avec des réfugiés et des prisonniers de guerre.

La Cour pénale internationale (CPI) de La Haye a ouvert début mars une enquête officielle sur les crimes de guerre. Celui-ci est dirigé par le procureur Karim Khan, dont le bureau a envoyé une équipe d’enquêteurs et d’experts légistes en Ukraine, qui a déclaré mardi que la CPI « travaillait à ouvrir un bureau à Kiev » pour soutenir l’ensemble de l’enquête.

Pour une corde

L’équipe d’enquête internationale se joint désormais également rejoindre les trois autres pays et l’actuel trio polono-lituanien-ukrainien rejoindront l’Estonie, la Lettonie et la Slovaquie. Ensemble, ils veulent aider à coordonner le partage des preuves d’atrocités possibles par l’intermédiaire de l’Agence de coopération judiciaire de l’Union européenne Eurojust.

Selon Khan, ce travail d’équipe souligne l’engagement de la communauté internationale envers l’état de droit. « Je pense que cela montre qu’il existe une certaine ligne de conduite de l’application de la loi qui est absolument nécessaire. Non seulement pour l’Ukraine, mais aussi pour le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde », ont déclaré les procureurs cités par l’agence de presse AP.

Cependant, La Haye n’est pas le seul organisme à rechercher la responsabilité de ce qui se passe sur le territoire ukrainien. Les procureurs de Pologne, d’Allemagne, de Lituanie, de Lettonie, d’Estonie, de France, de Slovaquie, de Suède, de Norvège et de Suisse ont lancé leurs propres enquêtes.

Les appels se multiplient également pour qu’un tribunal spécial juge la Russie pour crimes d’agression en Ukraine. Il ne peut pas poursuivre la CPI car ni la Russie ni l’Ukraine n’en sont membres.

Première croyance

Cependant, le premier verdict lié à la guerre a été rendu la semaine dernière lorsqu’un tribunal ukrainien a condamné pour la première fois un prisonnier russe à la prison à vie pour avoir tué un civil. Dans les premiers jours de la guerre, Vadim Shishimarin, 21 ans, a abattu Olesander Shelipov, 62 ans, dans la région de Soumy, dans le nord-est de l’Ukraine. Ses avocats ont annoncé qu’il allait probablement faire appel de la décision.

Mardi, un tribunal ukrainien a condamné deux soldats russes – Alexander Bobykin et Alexander Ivanov – à 11,5 ans de prison pour avoir tiré sur des bâtiments civils. Les deux hommes faisaient partie d’une unité d’artillerie qui a tiré sur des cibles à Kharkov depuis la région russe voisine de Belgorod. La fusillade a détruit l’école de Dergachi, mais personne n’est mort. Bobykin et Ivanov auraient été arrêtés après avoir traversé la frontière et poursuivi l’attaque.

Long terme

Les analystes ont averti que le processus judiciaire sera long et compliqué, car les enquêteurs devront rassembler des preuves médico-légales et autres. Cependant, avec leur aide, ils doivent ensuite découvrir qui a ordonné ou était au courant des atrocités alléguées et n’a pas été en mesure de les empêcher ou de les punir.

« Comme nous le savons, la Cour pénale internationale ne pourra pas tout gérer. Enquêter sur les crimes de guerre est complexe par nature et peut prendre beaucoup de temps. Je pense donc que nous aurons une situation en Ukraine pendant de nombreuses années, comme c’est le cas en Bosnie-Herzégovine, où les crimes de guerre du conflit de 1992-1995 sont toujours jugés. » a dit pour Toby Cadman d’Al Jazeera, spécialiste du droit international.

« Quant à savoir si nous serons en mesure de traduire les auteurs en justice, ce sont généralement les personnalités militaires et politiques russes qui n’ont pas besoin de coopérer à l’enquête. Par conséquent, la documentation de ces crimes doit être faite maintenant. Pour obtenir des preuves. Donc, même si nous ne pouvons pas traduire Vladimir Poutine en justice maintenant, un jour nous pourrons y faire venir des délinquants de haut niveau », estime Cadman.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.