La France ne veut pas construire une centrale nucléaire polonaise avec les États-Unis. « Seul EPR concerné » [ANALIZA]

En août 2021, le site Internet Energetyka24 a annoncé un nouveau concept de pourparlers avec les soumissionnaires de technologie nucléaire qui sera mené par le gouvernement de Varsovie. Il consiste à faire appel à deux contractants – américain et français – pour un projet nucléaire. Il s’agit d’optimiser les processus et de relier les deux puissances étrangères à une centrale nucléaire polonaise. Aujourd’hui, nous avons réussi à contacter quelqu’un qui connaît les dispositions prises jusqu’à présent dans le processus de négociation concernant le projet nucléaire. Selon ses informations, la partie française n’était pas d’accord avec Varsovie et ne serait vraisemblablement pas intéressée par un tel tandem nucléaire.

« Autant que je sache, pour éviter tout risque de mise en œuvre d’un point de vue budgétaire ou échéancier, d’un point de vue français, seule une offre 100 % basée sur la technologie EPR est en jeu. Les projets nucléaires restent difficiles, et ce sera encore plus difficile si l’une des entreprises est censée travailler sur des offres basées sur des technologies non conventionnelles », a déclaré au site Energetyka24 l’auteur de la réservation qu’il a souhaité garder anonyme.

« EDF dans sa communication a confirmé qu’elle déposerait une offre basée sur la technologie EPR, qui est une technologie 100 % européenne. Également autorisé par trois régulateurs nucléaires en Europe et un en Chine, notamment pour assurer la souveraineté et l’indépendance énergétiques. de l’argument français est que tous les brevets qu’il utilise sont européens, et tous les composants seront produits en Europe, et plus encore en Pologne. On sait que plusieurs entreprises polonaises travaillent déjà sur des projets EPR, et il est également possible que l’exploitant polonais de centrales nucléaires puisse à l’avenir faire partie de l’exploitant EPR, ce qui signifie qu’ils bénéficieront de l’expérience d’autres entités exploitant ces réacteurs. A terme, il s’agit d’optimiser le fonctionnement de ces unités et leur sécurité. En d’autres termes, bien qu’en théorie tout soit possible. et il est possible de scinder le projet nucléaire en deux fournisseurs, mais en pratique ce serait un risque ovale et injustifié « – a-t-il ajouté.

Publicité

Les interlocuteurs d’E24 ont également évoqué la faiblesse du concept américano-français. « C’est difficile pour moi d’imaginer. La Pologne veut un partenaire éprouvé et une technologie éprouvée. En attendant, un tel projet divisé sera unique, appelé premier du genre. D’après mes informations, EDF n’entretient pas et n’entretient pas avec des entreprises concurrentes », a-t-il souligné.

Interrogé sur la date limite potentielle de soumission d’une offre ferme par la France, il a déclaré : « Pour l’instant, des discussions sont en cours avec le gouvernement. Afin de faire une offre ferme, le FED exige certaines données qui doivent être fournies par le gouvernement. Pendant ce temps, le calendrier gouvernemental de la Pologne recueille des offres l’année prochaine. »

Selon les informations des interlocuteurs E24, la France pourrait préparer une offre assez rapidement pour respecter l’échéance donnée par le programme nucléaire polonais (c’est-à-dire fin 2021). « Cela dépend de la rapidité du dialogue entre les gouvernements français et polonais. S’ils reçoivent les données nécessaires, je ne vois aucune raison pour qu’ils n’arrivent pas à temps », a-t-il souligné, précisant que la date de mise en service du premier réacteur en 2033 est faisable pour le FED. »Selon la partie française, oui, c’est possible si la décision est prise rapidement « – a-t-il souligné.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.