La France interdit la vente de chats et de chiens dans les animaleries | dernière Europe | DW

Le législateur français a approuvé jeudi un projet de loi pour « contrer la maltraitance animale », qui interdirait la vente de bébés chiens et chats dans les animaleries et qui limiterait progressivement la présence d’animaux errants dans les cirques.

Les animaux de compagnie ne sont pas « des jouets, des biens ou des produits de consommation », selon le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, qui a célébré sur Twitter « des progrès importants » dans la lutte contre le délaissement de ces animaux. Un Français sur deux possède un animal de compagnie, mais environ 100 000 animaux sont abandonnés chaque année. La proposition approuvée ce jeudi par le Sénat, suite à l’approbation du Parlement, alourdit ainsi les sanctions en cas de mauvais traitements ou de négligence.

Le fait de tuer volontairement un animal de compagnie serait considéré comme un crime et non comme un simple délit. Les personnes reconnues coupables de mauvais traitements doivent suivre des cours de pleine conscience. Pour éviter les achats impulsifs, les futurs propriétaires d’animaux doivent obtenir un « certificat d’engagement et de connaissance ». La Fondation Brigitte Bardot, l’une des associations les plus mobilisées pour la défense des droits des animaux en France, s’est félicitée d’une loi qu’elle a qualifiée d' »historique » et qui a selon elle permis au pays de ne plus être dans un fourgon en Europe.

L’Assemblée nationale française a approuvé la loi, qui a recueilli 332 voix au Sénat, une contre et dix abstentions.

Cependant, d’autres organisations environnementales jugent la loi insuffisante, tout comme le Parti Animaliste, les écologistes et certains groupes de gauche. « Il y a encore beaucoup à faire, notamment contre le bétail », a déploré le sénateur écologiste Daniel Salmon. Le député de gauche radicale Bastien Lachaud a pour sa part pointé du doigt la chasse, qui a été « choyée ». Loïc Dombreval, rapporteur des textes au Parlement et membre du parti au pouvoir, a indiqué cette semaine qu’il y aurait aussi un débat sur la tauromachie.

La vente de chatons, de chiens et de chats en animalerie sera interdite à compter du 1er janvier 2024. Ceux-ci ne pourront plus être exposés en vitrine et leurs ventes en ligne seront mieux encadrées. Dans le cas du delphinarium en France, qui compte 21 dauphins et 4 orques, ils ne pourront plus avoir ces cétacés d’ici cinq ans. L’élevage de visons élevés pour leur fourrure sera également bientôt interdit.

La principale pierre d’achoppement du texte, négocié pendant près d’un an entre les deux chambres, était l’avenir des mille animaux sauvages présents dans les 120 cirques ambulants, qui ne pourraient plus les exposer dans deux ans ni les posséder. en sept ans. . « C’est une législation arbitraire car il n’y a pas de maltraitance animale dans notre cirque », a protesté William Kerwich, président du syndicat du secteur, qui a annoncé la « mobilisation » lundi.

(afp/efe)

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.