La France fournira de l’énergie à jusqu’à la moitié de ses citoyens

Les premiers versements seront reçus par les salariés de l’entreprise fin décembre. Les fonctionnaires, étudiants et retraités recevront l’argent début 2022. Le montant de 100 euros (2550 CZK) sera exonéré d’impôts et le Premier ministre Jean Castex a déclaré que l’ensemble de l’événement coûterait au gouvernement 3,8 milliards d’euros. Selon lui, c’est beaucoup moins que le coût de la réduction de la taxe sur les carburants.

Les contributions incluront les personnes à revenus faibles et moyens, environ la moitié des Français y parviendront, a écrit l’agence. AFP.

« Nous pensons que ces augmentations de prix sont temporaires, mais nous ne pouvons pas les laisser ralentir la reprise économique. C’est une réponse extraordinaire à une urgence », a déclaré Castex dans une interview à la télévision. TF1. Castex a ajouté que 2 000 € (51 000 CZK) seraient calculés par personne, et non par ménage, et que le gouvernement atteindrait son objectif de déficit budgétaire de 2022 de 5 % du PIB en indemnisant les personnes avec de nouveaux revenus et des économies budgétaires.

La France est confrontée à la hausse des prix des carburants depuis le milieu de l’année. Leur hausse de prix, comme ailleurs en Europe, est le résultat de la hausse des prix du pétrole sur les marchés mondiaux et aussi de la hausse du dollar, dans laquelle s’expriment les prix du pétrole sur les marchés mondiaux. Dans le même temps, les Français sont de plus en plus mécontents de la hausse des prix de l’énergie, qui touche également les marchés mondiaux. Dans le même temps, de nombreux ménages sont toujours confrontés à la crise économique causée par la pandémie.

L’annonce des contributions intervient également six mois avant l’élection présidentielle. L’actuel chef de l’Etat, Emmanuel Macron, devrait vouloir conserver son mandat. Dans une éventuelle campagne, le président s’appuiera principalement sur l’évolution positive du chômage, mais il ne peut pas supporter la baisse de popularité due au scrutin à venir, rappelle l’AFP.

La hausse des prix des carburants, à laquelle la République tchèque n’échappe pas non plus, est un sujet très sensible en France depuis 2018. A cette époque, le mouvement dit des gilets jaunes était descendu dans la rue. BBC étant donné que les manifestations des gilets jaunes sont passées de protestations contre les prix du carburant à une plus grande insatisfaction à l’égard du gouvernement et des inégalités économiques.

Castex a déclaré que le plafonnement des prix du gaz pour les ménages resterait en place jusqu’à la fin de 2022, car les prix mondiaux de l’énergie devraient progressivement baisser. Parmi ceux qui toucheront 100 €, il y aura environ 13 millions de retraités et deux tiers d’étudiants. Environ la moitié des travailleurs en bénéficieront également, car 2 000 euros sont le revenu mensuel net médian en France.

Les prix du diesel en France ont augmenté de 29% cette année et ont battu dimanche un record à 1 5583 euros le litre, a écrit l’AFP. Le prix de l’essence sans plomb a augmenté de 25 % au cours des 12 derniers mois, atteignant un sommet en dix ans de 1,6567 euros le litre.

Alors que les prix de l’essence ont continué d’augmenter ces dernières semaines, le gouvernement fait face à une pression croissante pour réduire les taxes dans les stations-service. vous selon l’agence Reuters ils peuvent gagner jusqu’à 60 pour cent de ce que paient les conducteurs. Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a fait valoir que cette décision nuirait aux finances publiques et équivaudrait en même temps à des subventions aux combustibles fossiles alors que le gouvernement luttait pour les éliminer.

Lors d’un sommet de deux jours à Bruxelles, les présidents et premiers ministres des pays de l’Union européenne se sont mis d’accord sur un plan commun pour lutter contre la hausse rapide des prix de l’énergie et leur impact sur la population.

Le débat principal du sommet s’est concentré sur l’énergie chère et les récentes recommandations de la Commission européenne sur la manière de réduire son impact immédiat et d’empêcher des augmentations similaires à l’avenir. Les chefs d’État européens ont convenu que ces pays devraient immédiatement profiter des possibilités offertes par la commission, y compris des allégements fiscaux ciblés et à court terme ou un soutien financier aux citoyens ou aux entreprises. Des mesures à long terme, telles que des achats conjoints de gaz et la constitution de réserves stratégiques, devraient conduire à de meilleurs prix de l’énergie, à la sécurité d’approvisionnement et à l’aide à la transition vers la neutralité climatique.

A la demande du Premier ministre tchèque Andrej Babi, qui a bloqué jeudi la conclusion d’une réunion de quelques heures en soirée, les dirigeants ont demandé à la commission d’examiner le fonctionnement des marchés de quotas d’émission. Selon Babi, la spéculation avec leurs achats et leurs ventes a conduit à des augmentations de prix, qui se sont traduites par des prix de l’énergie plus élevés. Selon la commission, l’indemnité a peu d’effet sur les prix de l’électricité ou du gaz.

La semaine dernière, la Commission européenne a publié une « boîte à outils » décrivant les actions que les gouvernements nationaux pourraient prendre. Selon un projet de conclusion du sommet, mis à la disposition de Reuters, les pays utiliseront bientôt l’outil pour « apporter une aide à court terme aux consommateurs les plus vulnérables et pour soutenir les entreprises européennes ».

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.