La France exige de l’OMS qu’elle tienne ses promesses en matière de scandale sexuel

Le gouvernement français a demandé mercredi au chef de l’Organisation mondiale de la santé de tenir sa promesse d’un « plan d’action » pour lutter contre le harcèlement sexuel et l’exploitation des employés de l’OMS après que des enquêteurs indépendants ont reçu des centaines de plaintes découlant de la réponse de l’entité à l’épidémie d’Ebola au Congo. .

Un panel commandé par l’OMS a rapporté mardi avoir identifié plus de 80 personnes accusées de harcèlement sexuel et confirmé que 21 d’entre elles travaillaient pour l’agence de santé des Nations Unies pendant l’épidémie. Certains observateurs disent que le Congo est le théâtre du plus grand scandale de l’histoire des missions de l’ONU sur le terrain.

Le ministère français des Affaires étrangères a exigé que le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, prenne des mesures dans les 10 jours, moins d’une semaine après que la France, l’Allemagne et d’autres pays de l’Union européenne l’ont nommé pour un deuxième mandat de cinq ans. .

La nouvelle de la candidature a été annoncée peu de temps après la date limite de soumission des candidatures, le 23 septembre.

Le rapport d’enquête d’un an publié mardi indique que 21 employés de l’OMS ont été accusés de harcèlement ou d’exploitation sexuelle au Congo, sur un total de 83 auteurs présumés des mêmes crimes liés à la mission 2018-20.

Malick Coulibaly, membre du panel qui a publié le rapport, a déclaré que les enquêteurs avaient trouvé neuf chefs d’accusation de viol.

Dans un message interne au personnel de l’OMS, consulté par l’Associated Press, Tedros s’est engagé à adopter une «approche centrée sur les victimes et les survivants» du harcèlement et de l’exploitation sexuels.

Il a déclaré qu’il prendrait des mesures pour corriger les lacunes de la direction et du personnel et lancerait « une réforme générale de notre structure et de notre culture pour lutter contre l’EAS (exploitation et abus sexuels) ».

Dans le même temps, il a reconnu que l’OMS n’était pas toujours sûre de la nature de l’abus.

« Nous avons la responsabilité d’apprendre ce qu’est l’ESG et comment l’éviter », a-t-il écrit dans un message également signé par le directeur régional de l’OMS pour l’Afrique, Matshidiso Moeti. « Je vous rappelle que tout le personnel a l’obligation de signaler tout soupçon qu’il a. »

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *