La France et les pays européens, dont la République tchèque, vont retirer leurs troupes du Mali, ils veulent rester dans la région

Renouveler: 17/02/2022 17:26
Délivré par:

Paris – La France, les partenaires européens et le Canada retireront leurs troupes du Mali en Afrique de l’Ouest, où ils combattent les milices islamistes dans le cadre de l’opération Barkhane et de la mission Takuba. La raison en est la détérioration des relations diplomatiques avec la junte au pouvoir au Mali, a indiqué l’agence de presse AFP, faisant référence à une déclaration conjointe des deux pays aujourd’hui. Selon la ministre de la Défense Jana Ernochová, la République tchèque retirera également ses soldats travaillant sur la mission Takuba au Mali.

En même temps, ces pays veulent vivre dans la région, notamment au Niger et dans les États du Golfe de Guinée. Ils entendent présenter un plan de réorganisation d’ici juin 2022.

« Le cœur de cette opération militaire n’est plus le Mali, mais le Niger », a déclaré le président français Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse aujourd’hui. Selon lui, il faudra quatre à six mois pour fermer la dernière base française au Mali. Dans le même temps, il a souligné que les troupes françaises resteraient déployées au Burkina Faso voisin, où la junte militaire est également au pouvoir depuis janvier de cette année. Macron a également nié que la France ait échoué au Mali.

Les médias ont récemment spéculé sur l’annonce d’un retrait des troupes du Mali dans un avenir proche. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré plus tôt cette semaine qu’il n’y avait plus de conditions au Mali pour continuer à combattre les milices islamistes.

Des soldats d’autres pays qui y travaillent dans le cadre de la mission Takuba quitteront également la République ouest-africaine. Selon le ministre tchèque de la Défense, toute la coalition des pays concernés a accepté à l’unanimité. « Nous étions même censés diriger cette mission à l’automne, malheureusement cela ne se reproduira plus », a déclaré ernochová aux journalistes aujourd’hui après une réunion avec des collègues de l’OTAN à Bruxelles. Selon lui, le retrait des troupes tchèques commencera dans les prochaines semaines.

Le ministre n’a pas exclu le déploiement de troupes tchèques de Takuba dans d’autres pays de la région, mais devait d’abord être approuvé par le gouvernement et le parlement. Les Tchèques n’ont pas reçu de demande pour opérer dans la région, a ajouté Ernochová.

Selon Ernochová, le retrait des troupes européennes de Takuba était une réaction aux développements politiques au Mali. Le ministère de la Défense a déclaré dans un communiqué de presse qu’en raison des activités du gouvernement de transition malien, les conditions de fonctionnement pour fonctionner efficacement faisaient défaut. L’armée veut maintenant planifier un retrait du Mali, cela prendra des semaines ou des mois.

La France combat les groupes islamistes au Sahel depuis neuf ans. Les relations entre Bamako et Paris se sont progressivement détériorées depuis août 2020, lorsque l’armée a lancé un coup d’État dans le pays africain. Le report des élections, qui auraient dû conduire à un retour à la démocratie, a également suscité des critiques. Fin janvier, la junte a expulsé l’ambassadeur de France de Bamako et demandé au Danemark de retirer immédiatement ses troupes du pays.

La mission Takuba dans ce pays d’Afrique de l’Ouest fonctionne à l’initiative de la France depuis 2020, avec la participation d’environ 14 pays européens, dont la République tchèque. L’armée tchèque y a envoyé plusieurs dizaines de membres des forces spéciales de Prostějov, l’armée n’a pas précisé le nombre déployé. Cependant, selon un mandat approuvé par le gouvernement et la RPD, jusqu’à 60 soldats peuvent opérer sur la mission. Dans le même temps, environ huit douzaines de soldats tchèques participent à la mission de formation de l’Union européenne (EUTM) et quatre font partie de l’état-major international de la mission onusienne MINUSMA. Selon Ernochová, le retrait des troupes tchèques n’affecte pas la mission de l’Union européenne et des Nations Unies. En juin, l’armée tchèque prendra le commandement de la mission EUTM pour six mois.

Mais la poursuite de la mission de l’UE est incertaine pour le moment. Les envoyés du bloc discutent maintenant avec la junte malienne des conditions et des garanties, a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrech, a déclaré qu’elle était sceptique quant au maintien des troupes allemandes dans les missions de l’ONU et de l’UE.

Il est important que la mission de l’ONU au Mali continue de fonctionner même après le retrait des troupes françaises, a déclaré aujourd’hui le président ghanéen Nana Akufo-Addo depuis Paris. Les dirigeants des pays européens et africains se sont rencontrés dans la capitale française mercredi soir avant un sommet de deux jours de l’Union européenne et de l’Union africaine (UA).

Le président sénégalais Macky Sall, qui dirige l’UA, s’est dit confiant dans la poursuite de la lutte contre les groupes islamistes au Sahel. Selon lui, les représentants régionaux rencontreront les dirigeants maliens la semaine prochaine.

Troupes diplomatiques maliennes françaises

Lorraine Mathieu

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.