La France et le Royaume-Uni restent dans l’impasse de la pêche et les tensions sur le Brexit s’intensifient

La Grande-Bretagne a menacé vendredi d’aborder des navires de pêche français et la France a maintenu son intention d’imposer des sanctions aux navires britanniques dans le cadre d’un différend croissant sur les droits de pêche post-Brexit.

Le différend de longue date a pris de l’importance cette semaine après que la France a énuméré les mesures qu’elle prendrait contre la Grande-Bretagne si Londres n’autorisait pas davantage de chalutiers français à pêcher dans les eaux britanniques, puis a saisi un navire britannique dans ces eaux.

La Grande-Bretagne s’est opposée à l’explication de la France selon laquelle les dragues à pétoncles n’étaient pas autorisées à pêcher dans les eaux françaises et a répondu en menaçant de représailles et en demandant vendredi à l’ambassadeur de France à Londres un dialogue pour expliquer les actions de Paris.

La dispute fait partie d’un différend plus large concernant un accord commercial post-Brexit entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne, qui pourrait dégénérer avant Noël s’il n’est pas contrôlé.

Le secrétaire britannique à l’Environnement, George Eustice, a déclaré que Londres pourrait riposter si la France imposait des sanctions, y compris des contrôles douaniers supplémentaires sur les marchandises britanniques à partir de mardi (2). La perspective que Paris augmente également les tarifs de l’énergie pour le Royaume-Uni est également en suspens.

« De toute évidence, la possibilité nous a toujours été ouverte d’augmenter la surveillance que nous exerçons sur les navires français, d’en limiter davantage si c’est ce qu’ils font avec nos navires », a déclaré Eustice à la télévision de la BBC.

Évidemment, il nous est toujours possible d’augmenter les inspections que nous faisons sur les navires français, d’en limiter davantage si c’est ce qu’ils font avec les nôtres.

George Eustice à la BBC British Television

« Il y a d’autres questions administratives que nous pouvons exiger du navire », a-t-il déclaré.

Le ministre français de l’Agriculture, Julien Denormandie, a déclaré à la télévision France 2 qu’il n’y avait aucun progrès dans les négociations pour davantage de permis de pêche en Grande-Bretagne et a déclaré que la France avait le droit d’envisager des sanctions contre la Grande-Bretagne.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.