La France et d’autres pays retireront leurs troupes du Mali, et les Tchèques opèrent également dans ce pays




CTK

Mise à jour 17. 2. 2022 10:58

La France, les partenaires européens et le Canada retireront leurs troupes du Mali en Afrique de l’Ouest, où ils combattent les milices islamistes dans le cadre de l’opération Barkhane et de la mission Takuba. La raison en est la détérioration des relations diplomatiques avec la junte au pouvoir au Mali, a écrit l’agence de presse AFP, faisant référence à la déclaration conjointe des pays. Les troupes tchèques ont également participé à la mission Takuba au Mali.

« En raison de divers obstacles de la part des Maliens Gouvernements de transition du Canada et des pays européensLa France) l’opération Barkhane et dans le cadre de la mission Takuba, considèrent que les conditions n’y sont plus conformes à l’engagement militaire actuel de lutte contre le terrorisme au Mali. Par conséquent, ils ont décidé d’initier un retrait coordonné des forces concernées du territoire malien », indique un communiqué publié par l’Elysée.

Dans le même temps, des pays souhaitent rester dans la région, notamment au Niger et dans le golfe de Guinée. Le plan de réorganisation devrait être présenté en juin 2022.

« Le cœur de cette opération militaire n’est plus le Mali, mais le Niger », a déclaré le président français Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse. Selon lui, la fermeture de la dernière base française au Mali prendra quatre à six mois. Il a également souligné que les troupes françaises resteraient déployées au Burkina Faso voisin, où la junte militaire est également au pouvoir depuis janvier de cette année.

Macron a également nié que la France ait échoué au Mali.

Les médias ont récemment spéculé sur une annonce anticipée du départ des troupes du Mali. En début de semaine, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré que les conditions pour poursuivre la lutte contre les milices islamistes n’étaient plus au Mali.

La France combat les groupes islamistes au Sahel depuis neuf ans. Les relations entre Bamako et Paris se sont progressivement détériorées depuis août 2020, lorsque les troupes ont organisé un coup d’État dans le pays africain. Le report de l’élection, qui aurait dû conduire au retour du système démocratique, a également suscité des critiques. Fin janvier, la junte a expulsé l’ambassadeur de France de Bamako et demandé au Danemark de retirer ses troupes immédiatement.

La mission Takuba dans ce pays d’Afrique de l’Ouest fonctionne sur une initiative française depuis 2020, impliquant quelque 14 pays européens, dont la République tchèque. Des troupes sont déployées au Mali, y compris en République tchèque, ainsi qu’au sein de la mission de formation de l’Union européenne et de la mission onusienne MINUSMA.

Il est impératif que la mission de l’ONU au Mali continue de fonctionner après le retrait des troupes françaises, a déclaré aujourd’hui à Paris le président ghanéen Nana Akufo-Addo. Les dirigeants des pays européens et africains se sont rencontrés dans la capitale française mercredi soir avant le sommet de deux jours UE-UA.

Le président sénégalais Macky Sall, qui dirige l’UA, a déclaré qu’on lui avait assuré que la lutte contre les groupes islamistes au Sahel se poursuivrait. Selon lui, les représentants régionaux rencontreront les dirigeants maliens la semaine prochaine.

Nicole André

"Créateur sympa pour les hipsters. Gourou de la musique. Étudiant fier. Mordu de bacon. Amoureux du Web passionné. Spécialiste des médias sociaux. Gamer."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.