La France cherche à reconfigurer l’islam dans son pays

NICE, France (AP) – Le gouvernement français a lancé samedi un nouvel organisme pour remodeler l’islam en France, dans le cadre du plan du président Emmanuel Macron pour le débarrasser de l’extrémisme.

La direction du Forum islamique en France sera composée de clercs et de laïcs pour aider la plus grande communauté musulmane d’Europe occidentale. Tous ses membres seront élus par le gouvernement et au moins un quart seront des femmes.

Parce que la France a été frappée par des attaques d’extrémistes islamistes et parce que des centaines de ses citoyens ont combattu des djihadistes en Syrie ces dernières années, peu de gens contesteraient que la radicalisation soit un danger. Cependant, les critiques voient également l’effort comme un stratagème politique pour attirer les électeurs d’extrême droite vers le parti centriste de Macron avant l’élection présidentielle du 10 avril.

Les partisans affirment que l’agence protégera le pays et ses cinq millions d’habitants musulmans et veillera à ce que la pratique musulmane en France adhère aux valeurs de laïcité qui sont défendues dans la vie publique.

Mais les critiques, dont de nombreux musulmans qui considèrent la religion comme faisant partie de leur identité française, affirment que la dernière initiative du gouvernement est une nouvelle étape dans un processus de discrimination institutionnalisée qui rend des communautés entières responsables d’attaques violentes par quelques-uns et qui sert à nouveau de dissuasion. dans la vie publique.

Il a remplacé le Conseil français du culte musulman, un groupe fondé en 2003 par l’ancien président Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. Le conseil sert de liaison entre le gouvernement et les chefs religieux.

« Il faut tourner la page », a déclaré samedi le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin lors de la réunion d’ouverture du Forum au Conseil économique, social et environnemental à Paris. « Nous relançons les relations entre l’État et la religion… (basées sur) une nouvelle forme de dialogue qui sera plus ouverte, plus inclusive et plus représentative de la diversité de l’islam en France. »

L’islam est la deuxième religion en France, sans chef unique et avec de nombreux groupes représentés, des modérés aux salafistes avec des interprétations strictes et radicales de la religion.

Le projet de Macron comprend des mesures telles que la formation des imams en France au lieu de les faire venir de Turquie, du Maroc et d’Algérie, un plan sur lequel de nombreuses communautés musulmanes sont d’accord. Il a également brisé la direction centralisée des oulémas.

___

Nicolas Garriga à Paris a contribué à ce reportage.

Lorraine Mathieu

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.