La France annule les pourparlers sur l’immigration et Macron dit que Johnson n’est pas « sérieux »

Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré vendredi 26 que le Premier ministre britannique, Boris Johnson, devait « prendre au sérieux » la crise migratoire en Manche ou « garder le silence ». Le jour des vacances de Macron a commencé après que Johnson a publié un plan d’action en cinq points sur Twitter au lieu d’utiliser les canaux diplomatiques traditionnels. « La communication entre un leader et un autre, sur une affaire aussi grave, ne peut pas être effectuée par un tuteur », a démenti le Français.

Dans le plan, Johnson a suggéré que la France reprenne tous les immigrants capturés sur les côtes britanniques après avoir traversé la Manche. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement français, a qualifié la lettre du Premier ministre britannique de « médiocre dans son contenu et inappropriée dans sa forme ». « Nous sommes fatigués de ces petites discussions et de l’externalisation des problèmes britanniques », a déclaré Attal dans une interview TV BFM.

L’irritation de Macron a fait monter le ton de l’agressivité entre les deux voisins hier. Mais ce n’est pas que de la rhétorique. La France a également retiré dimanche l’invitation du ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, à participer à des discussions multi-pays sur la question. Le ministre français de l’Intérieur, Grald Darmanin, a déclaré que les réunions avec les Pays-Bas, la Belgique et l’Allemagne étaient terminées, mais sans la présence du Royaume-Uni.

TRAGDIA

Les dernières accusations entre les deux pays ont débuté mercredi, après la mort de 27 immigrés qui se sont noyés près de Dunkerque en route vers le Royaume-Uni. Paris se plaint que la Grande-Bretagne attire des immigrants illégaux avec des politiques d’application laxistes. Londres a déclaré que les autorités françaises ne voulaient pas retenir les navires au départ de ses côtes.

Macron et Johnson, selon les analystes, profitent de la crise pour marquer des points politiques. Le président français est candidat à sa réélection en avril et devra étouffer les avancées de l’extrême droite, qui doit explorer les questions migratoires dans la campagne.

Le Premier ministre britannique a fait face à des tirs nourris de radicaux conservateurs et de nationalistes comme Nigel Farage. Pour eux, l’objectif du Brexit est de reprendre le contrôle de la frontière. Au lieu de cela, des milliers d’immigrants ont afflué vers les côtes du pays sous la vue perdue de Johnson.

L’opposition a profité de la crise pour attaquer les lieux. Nick Thomas-Symonds, l’un des dirigeants travaillistes, a déclaré que la publication de la lettre sur Twitter était une « grave erreur de jugement ». « Révoquer l’invitation du ministre de l’Intérieur est une insulte au Premier ministre, qui a complètement perdu le contrôle de la situation dans la Manche », a-t-il déclaré.

CONTESTATION

La question des migrations n’est qu’un chapitre de la relation qui se détériore rapidement entre les deux voisins. Ces derniers mois, la France et la Grande-Bretagne ont été à couteaux tirés sur les différends liés au Brexit, en particulier sur les permis de pêche.

Ce vendredi, des pêcheurs français ont menacé de bloquer l’accès à trois ports de la Manche, ainsi qu’à l’Eurotunnel, pour exiger l’octroi rapide des permis de pêche, qui ont été accordés à la suite de la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE.

Macron n’a pas non plus souscrit à l’accord militaire que Johnson a conclu avec les États-Unis pour fournir des sous-marins nucléaires à l’Australie. La France, qui a un contrat de vente de sous-marins conventionnels en Australie, a perdu 66 millions de dollars. Paris a qualifié l’épisode de « coup de poignard dans le dos ». (avec les agences internationales)

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.