La culture, un autre champ de bataille dans la guerre d’Ukraine

Divers pays et entreprises ont montré leur résistance à l’offensive militaire de la Russie contre l’Ukraine voisine.

Les vetos allaient des blocages économiques et politiques aux retraits du secteur des affaires, mais ils ont maintenant été étendus aux industries de la culture et du divertissement.

Quelques jours après que le gouvernement russe a décidé de lancer une attaque contre son pays frère, les artistes russes ont commencé à être touchés par l’annulation de leurs présentations dans les pays occidentaux.

Cet « isolement culturel » a commencé avec la sortie d’une délégation du cinéma russe à l’un des septièmes festivals d’art les plus importants au monde : le Festival de Cannes, en France.
je

Pendant ce temps, une autre plateforme faisant de même est la plateforme de streaming Netflix, qui a suspendu ses services en Russie pour protester contre l’invasion russe de l’Ukraine. Le géant de la vidéo en ligne a stoppé son acquisition dans le pays, ainsi que la production de l’émission originale.

« Compte tenu des circonstances sur le terrain, nous avons décidé de suspendre nos services en Russie », a déclaré un porte-parole au magazine américain Variety. Leader mondial du streaming avec 221,8 millions d’utilisateurs fin 2021, Netflix a décidé de suspendre quatre super-productions à thématique russe.

Parmi celles-ci, la série « Anna K », basée sur le célèbre roman Anna Karenina, de Leon Tostói.

Michelin a précisé que son guide des restaurants de Moscou ne serait pas mis à jour cette année et que « les projets de développement en Russie sont pour l’instant gelés ».

Une autre méga-production à gros budget a également été suspendue : Zato, se déroulant dans la chute de l’Union soviétique et racontant les aventures policières d’un journaliste et d’un policier essayant de résoudre une affaire, alors que le pays se retrouve sans une partie de son identité nationale. .

« La culture est le troisième front de la guerre en Ukraine », a déclaré Nadine Dorries, secrétaire d’État britannique à la Culture, aux Médias et aux Sports, à la Chambre des communes de son pays. Avec ces mots, il conclut la campagne qu’il a commencé à augmenter la pression sur la Russie par le biais du « soft power », une décision qui s’est propagée à travers le continent et les États-Unis.

Cela explique pourquoi Valery Gergiev, l’un des grands chefs d’orchestre vivants, a été banni des grands théâtres du monde en raison de sa proximité apparente avec le président russe Vladimir Poutine.

La même chose s’est produite avec la célèbre soprano Anna Netrebko, une habituée des festivals européens et des applaudissements sur les scènes aux États-Unis, qui est accusée de condamner la guerre, mais pas Poutine.

« Je suis contre cette guerre. Je suis russe et j’aime mon pays, mais j’ai beaucoup d’amis en Ukraine et la douleur et la souffrance en ce moment me brisent le cœur », a-t-il écrit sur son profil Instagram, dans un post qui ne semblait pas assez critique pour le New Metropolitan Opéra Liceo de Barcelona, ​​​​où le pianiste Denis Matsuev a également été refusé pour une prétendue « tiédeur ».

En temps de guerre, s’est installée une pratique qui rappelle en partie la culture de l’annulation, un concept utilisé dimanche dernier par le Russe Tugan Sokhiev dans une lettre annonçant sa démission de la direction musicale du Théâtre du Bolchoï de Moscou et de l’Orchestre national du Capitole de Toulouse. : « Je ne vois pas mes collègues menacés, traités avec mépris et transformés en victimes d’une culture de l’annulation… Mais est-ce la même chose ? Ces démarches sont-elles justifiées ? Ou sommes-nous en train de transformer la culture en une autre arme, déformant sa nature ?

Et pour continuer la liste de veto, un autre pour arrêter ses opérations en Russie est le géant des médias sociaux TikTok, qui a annoncé qu’il suspendait la publication de tout contenu vidéo en provenance de Russie pour assurer la sécurité de ses employés et se conformer à la nouvelle loi du pays contre les « fake news ». « .

A noter que si de nombreuses multinationales américaines – du géant de la tech Apple au jean Levi’s – ont décidé de suspendre leurs activités en Russie, certaines entreprises sont restées dans le pays malgré les risques pour leur réputation. Mais ils font face à une pression croissante : des hashtags comme #BoycottMcDonalds et #BoycottPepsi circulent sur les réseaux sociaux.

La maison de couture italienne Prada a été l’une de celles qui ont décidé de suspendre ses ventes en Russie, rejoignant d’autres marques de luxe prenant les mêmes mesures. « Notre principale préoccupation concerne nos collègues et leurs familles, touchés par la tragédie en Ukraine et à qui nous continuerons à garantir notre soutien », a ajouté l’organisation.

Il faut dire que, contraints par les sanctions, pressés par des défis logistiques ou des soucis d’image, les multinationales et autres acteurs commerciaux, culturels et de divertissement multiplient les annonces de départ ou de suspension des activités en Russie, du groupe pétrolier BP à l’ameublement suédois. géant. Ikea, en contournant Microsoft.

« Faire des affaires avec la Russie deviendra de plus en plus incorrect et politiquement déraisonnable. En revanche, le risque de réputation augmente au-delà du risque géopolitique lié au conflit et du risque économique posé par les sanctions », a déclaré à l’AFP Sylvie Matelly, directrice adjointe de l’IRIS.

Et même le guide gastronomique français Michelin a annoncé le week-end dernier la suspension de ses activités en Russie : ils ne recommanderaient pas ses restaurants. Des plats froids qui ne seront pas bien accueillis.

Autre région

Les hauts responsables sportifs ont maintenu des mesures restrictives contre les événements ou les athlètes russes, à tel point que le Comité international olympique (CIO) a demandé aux fédérations du monde entier de ne pas admettre d’athlètes russes ou biélorusses dans leurs compétitions.

L’UEFA et la Formule 1 ont également décidé de supprimer la finale et le Grand Prix de la Ligue des champions de la région. Le championnat de football des meilleurs clubs d’Europe a été déplacé à Paris après avoir été programmé le 28 mai à Saint-Pétersbourg. Pétersbourg.

La célèbre plateforme d’hébergement « Airbnb » a également été l’une de celles qui ont suspendu ses opérations en Russie et en Biélorussie.

Lorraine Mathieu

"Pionnier du café. Analyste. Passionné de musique généraliste. Expert du bacon. Organisateur dévoué. Ninja incurable d'Internet. Entrepreneur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.