La Cour suprême de Russie ordonne la dissolution de la plus ancienne ONG de défense des droits humains du pays – Observateur

La Cour suprême de Russie a ordonné mardi la dissolution de Memorial, la principale organisation de défense des droits humains du pays et gardienne de la mémoire des victimes du camp de travaux forcés soviétique (goulag).

La décision est conforme à la demande du ministère russe des Affaires publiques, qui accuse les organisations non gouvernementales (ONG) de créer « »fausse image de l’Union soviétique en tant qu’État terroriste« .

La dissolution s’applique aux organisations de mémoire historique et aux défenseurs des droits humains qui composent Memorial International, selon les agences de presse internationales.

Considéré comme l’un des piliers de la société civile russe depuis la chute de l’Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS) il y a 30 ans, Memorial fait face à deux procès d’extinction distincts pour avoir été accusé d’être un « agent étranger ». Ce statut est accordé aux individus ou aux organisations qui, selon les autorités russes, sont financés par des pays étrangers pour servir des intérêts qui sont en conflit avec les intérêts russes.

pub • CONTINUEZ À LIRE CI-DESSOUS

Cette ONG a été fondée en 1989, par un groupe de dissidents soviétiques dont le prix Nobel de la paix 1975, le physicien nucléaire Andrei Sakharov. L’objectif initial était documenter les crimes du régime de Joseph Staline en Union soviétique, en particulier les victimes des camps de travaux forcés (goulags).

Les ONG enquêtent également Délits russes pendant la guerre en Tchétchénie et, récemment, Action paramilitaire du groupe Wagner, est considérée comme la branche armée de la Russie à l’étranger. Le régime du président Vladimir Poutine rejette cette version.

En 2009, la directrice de l’ONG dans la région du Caucase, Natalya Estemirova, a été tué, mais le crime n’a jamais été élucidé.

Lundi, un historien d’ONG, Youri Dmitriev, avait vu sa peine de prison augmentée de 13 à 15 ans dans des affaires d' »agressions sexuelles », qu’il a dénoncées comme un piège pour le punir de ses enquêtes sur le terrorisme soviétique. .

Cependant, l’ONG a promis de rechercher des « moyens légaux » pour poursuivre ses activités. « Memorial n’est pas une organisation, pas même un mouvement social. C’est une nécessité pour les citoyens russes de connaître la vérité sur son passé tragique, sur le sort de plusieurs millions de personnes. Et rien ne peut nier ce besoin », a déclaré l’ONG dans un communiqué cité par l’agence de presse France-Presse.

Devant le tribunal, le procureur Alexei Zhafyarov a accusé Memorial d’avoir déformé le souvenir de la victoire sur l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale (1941-1945) et de réhabiliter des criminels nazis, « dont les mains sont le sang de citoyens soviétiques ».

Les partisans des ONG pensent que le gouvernement Poutine veut faire pression sur Memorial pour qu’il fasse taire l’histoire de la répression de l’ère soviétique. Selon les critiques du Kremlin (présidence), le gouvernement préférerait célébrer l’héritage de l’héroïsme de l’Union soviétique contre l’Allemagne nazie plutôt que de commémorer les millions de victimes de Staline.

Après avoir lu la phrase, plusieurs personnes ont crié « Honte ! honte! » devant le tribunal et la police a expulsé des partisans d’ONG et des journalistes du bâtiment. Au moins six personnes ont été arrêtées, avant et après le verdict, rapporte l’AFP.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.