La coalition de Macron a perdu sa majorité à l’Assemblée nationale

Renouveler: 20/06/2022 12:28
Délivré par:

Paris – La coalition centriste du président français Emmanuel Macron a remporté 245 sièges à l’Assemblée nationale. Il découle de résultats législatives, publié hier soir par le ministère français de l’Intérieur. La coalition Spolu aurait ainsi la représentation la plus forte dans la chambre basse du parlement de 577 membres, mais pas la majorité. Par rapport à la fin de la période électorale, le bloc présidentiel a perdu environ 100 sièges.

La coalition de gauche NUPES (Unité des peuples, socialistes et écologistes) de Jean-Luc Mélenchon a remporté 131 sièges, selon les données du ministère. Cependant, au moins certains des 22 autres députés de gauche et certains représentants régionaux des partis pourraient rejoindre le groupement. L’Association nationale d’extrême droite de Marine Le Pen a terminé troisième avec un record de 89 sièges. C’est un succès historique pour le parti, et pour la première fois il aura le pouvoir de former un club parlementaire ou de déposer un vote de défiance envers le gouvernement.

En quatrième position se trouve l’alliance républicaine de droite avec le parti du centre UDI, qui peut compter sur au moins 64 mandats. C’est sur cette alliance que les médias spéculent le plus en tant que partenaire du gouvernement du bloc présidentiel.

La coalition Spolu a obtenu environ huit millions de voix au second tour, tandis que la NUPES a obtenu 6,6 millions de voix. La troisième association nationale a reçu 3,6 millions de voix.

Les prévisions post-électorales publiées dimanche, alors que se déroule le second tour des élections législatives françaises, laissaient déjà entendre que Macron perdrait le contrôle de l’Assemblée nationale.

Selon Reuters, les résultats des élections pourraient paralyser la politique française si Macron ne parvient pas à s’entendre sur une coopération avec d’autres partis. La Première ministre française Lisabeth Borne a déclaré que les résultats des élections constituaient un risque pour la France. Il a ajouté que son gouvernement contacterait des partenaires potentiels et tenterait d’obtenir le soutien de la majorité. « Nous voulons assurer la stabilité de notre pays et mener les réformes nécessaires », a-t-il déclaré.

Cependant, le gouvernement fait maintenant face à des changements de personnel. Trois femmes ministres ont échoué aux élections et, selon la coutume constitutionnelle, elles démissionneront. Il s’agit de la ministre de la Santé Brigitte Bourguignon, de la Transition écologique Amélia de Montchalin et de Mer Justina Bénin. Les 12 autres membres du gouvernement, dont le Premier ministre Bornová, en revanche, ont remporté des mandats lors des élections.

Des négociations attendent la France, et un parlement paralysant n’est pas exclu

Accords de coalition, gouvernements minoritaires ou chaos. Selon Reuters, ce sont trois scénarios possibles après les élections législatives en France, où la coalition présidentielle conjointe n’obtient pas la majorité mandatée. Cela a créé une situation politique dans le pays qui était inhabituelle pour la cinquième république. Selon les analystes, les électeurs ne souhaitent pas donner un chèque en blanc au président français pour un second mandat. L’opposition a célébré le succès de dimanche, mais elle n’est pas non plus assez forte politiquement.

« Alors que le mandat présidentiel vient de commencer, l’électorat veut équilibrer le pouvoir et ne pas donner la liberté à Emmanuel Macron », a déclaré le politologue Bruno Cautrès à France Info. Le bloc présidentiel a perdu une centaine de mandats par rapport à l’élection de 2017, et certains proches de Macron, comme l’ancien ministre de l’intérieur et chef du caucus gouvernemental, Christophe Castaner, ou le président de la chambre basse du parlement, Richard Ferrand, ont également échoué aux élections.

Les raisons de l’échec du camp gouvernemental font toujours l’objet d’une enquête. Selon son représentant, c’est à cause du petit bastion du pouvoir gouvernemental au niveau local. Le nouveau gouvernement de la Première ministre Elizabeth Bornéo n’a pas suscité de nouveaux espoirs et de surprises chez les électeurs. « En 2017, le camp de Macron incarnait la jeunesse et la réforme, mais maintenant cette dynamique s’est déplacée vers la NUPES (Nouvelle Union populaire, écologique et socialiste) », a déclaré Cautrès. L’opposition a également reproché à Macron d’avoir effectué de longs voyages à l’étranger entre le premier et le second tour, où il s’est rendu en Ukraine, par exemple.

L’opposition, en revanche, s’est montrée satisfaite du résultat, même s’il ne s’agissait dans la plupart des cas que d’une victoire partielle. Les NUPES de gauche ont largement donné le ton de la campagne et ont le deuxième rendement le plus élevé. Mais son chef, Jean-Luc Mélenchon, veut être Premier ministre, dont les 140 à 150 mandats ne suffisent tout simplement pas au pouvoir politique. Les républicains se sont également réjouis d’avoir évité un mauvais résultat à l’élection présidentielle, alors que leur candidate Valérie Pécresseová n’a même pas atteint les 5 % de préférence. Cependant, après cinq ans dans l’opposition, ils ont perdu 40 % du mandat.

Le seul vrai gagnant semble être l’Association nationale. Ses politiciens ont déclaré lors d’une émission télévisée post-électorale que leurs électeurs auraient enfin une représentation au parlement digne de leur nombre. Il semble aussi que le « deal républicain », qui garantit que les partis de gauche et de droite voteront contre la droite au second tour des élections, connaît de moins en moins de succès.

La répartition actuelle du pouvoir au parlement ouvre un scénario inhabituel pour la politique française. Le président Macron pourrait quitter le gouvernement actuel et espérer que la majorité ne s’opposera pas à sa suppression. Dans de tels cas, le cabinet doit à tout moment négocier un soutien avec les députés de l’opposition. Cette situation n’était pas tout à fait inhabituelle même pendant la cinquième république. À la fin des années 1980, sous le mandat du président François Mitterrand, un cabinet socialiste dirigeait, s’appuyant alternativement sur les votes des partis communistes et centristes.

Les accords de coalition avec d’autres clubs ne sont pas non plus exclus. Les républicains sont cités le plus souvent, mais les déclarations de leurs responsables ces dernières heures suggèrent qu’il n’y a pas d’opinion claire à ce sujet au sein du parti. « Nous sommes l’opposition et nous resterons dans l’opposition », a déclaré le chef du parti, Christian Jacob, bien que d’autres responsables aient parlé favorablement d’un accord avec les forces gouvernementales. Cependant, le gouvernement de coalition est devenu un élément étranger à la politique française au cours des dernières décennies. La Ve République et le système semi-présidentiel sont nés pour limiter le style de gouvernement de coalition antérieur qui caractérisait la Quatrième République et aboutissait à un gouvernement fragile.

Cependant, les partisans du président français craignent le plus la paralysie du parlement. Dimanche soir déjà, le Premier ministre Bornová a évoqué la « situation inhabituelle », mais d’autres membres de la coalition ont choisi une expression beaucoup plus cinglante. « Ça va être l’enfer », a déclaré l’un d’eux au Monde. Si le DPR est vraiment paralysé, le président peut le dissoudre. Macron pourrait le faire pratiquement à tout moment, mais les médias parlent du fait qu’il ne franchira probablement pas le pas avant un an. Les politologues évoquent également des cas du passé où la dissolution de l’Assemblée nationale s’est retournée contre le président et les forces de l’opposition ont remporté la nouvelle assemblée.

Cependant, les politiciens de l’opposition n’évaluent pas la situation aussi négativement que le camp gouvernemental. Les représentants du NUPES ont exprimé à plusieurs reprises leur conviction que la nouvelle situation pourrait renforcer le rôle de l’Assemblée nationale. Dans les situations où le président dispose également d’une majorité parlementaire, il sert d’affirmation des décisions du chef de l’État et de son gouvernement. Désormais, le président, souvent critiqué pour son arrogance et son incapacité à comprendre les opinions des autres, doit aborder un type de gouvernement beaucoup plus consensuel. Selon les commentateurs, il doit montrer des qualités là où il n’a pas excellé jusqu’à présent.

Élections législatives françaises

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.