Il y a eu une ère glaciaire entre Paris et Washington

Le gouvernement américain a attendu le tout dernier moment. Quelques heures seulement avant l’annonce officielle d’un nouveau pacte de sécurité avec la Grande-Bretagne et l’Australie pour la région Pacifique, la Maison Blanche a reçu l’ambassadeur de France à Washington.

Ce que la France avait à apprendre menaçait de tendre durablement les relations entre la France et les États-Unis. Dans le cadre de ce partenariat, l’Australie recevra une technologie hautement sensible pour les sous-marins à propulsion nucléaire, ce qui signifierait également la fin d’un accord de près de 60 milliards d’euros sur les sous-marins avec le groupe naval français.

Pendant des mois, selon le journal français « Le Monde », le gouvernement américain a laissé son allié à Paris dans le noir. Même lorsque les Français sont devenus méfiants à l’égard des activités croissantes de politique étrangère de la Maison Blanche, ils se sont vu refuser des informations à Washington.

Les Australiens semblent également avoir tout fait pour dissimuler le complot. Dans une déclaration avec la France fin août, après des discussions avec les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des deux pays, ils ont souligné « l’importance du futur programme sous-marin ».

Le meilleur travail d’aujourd’hui

Trouvez les meilleurs emplois maintenant et
notifié par e-mail.

Le nouvel accord de sécurité d’Aukus, annoncé par les États-Unis, l’Australie et le Royaume-Uni la semaine dernière, pourrait avoir été fortement négocié d’ici là. Par conséquent, il est hautement improbable que le gouvernement de Canberra n’ait pas encore appris qu’il remplacerait la commande de sous-marins français par une offre des États-Unis.

Emmanuel Macron

Le président français et le président américain Joe Biden s’entretiendront au téléphone dans les prochains jours.


(Photo : Reuters)

Le mal est maintenant fait : des semaines après le retrait unilatéral d’Afghanistan, le nouveau président américain Joe Biden a démontré une nouvelle fois qu’une coordination étroite avec les alliés européens ne fait pas partie de ses priorités de politique étrangère. Limiter l’influence de la Chine dans la région du Pacifique, c’est ce qu’il recherche. Et pour cela, il est clairement prêt à accepter une crise diplomatique avec le plus ancien allié américain en Europe.

Les Français ont été trompés et en colère. L’ambassade à Washington a annulé une soirée de gala où ils voulaient en fait se souvenir du 240e anniversaire des batailles navales des caps de Virginie avec les Américains. La victoire française sur la flotte britannique à cette époque est considérée comme un moment charnière de la guerre d’indépendance américaine. Les Français ont perdu leur esprit de fête.

Le secrétaire d’État Jean-Yves Le Drian a rapproché Biden de son prédécesseur Donald Trump : la rhétorique à Washington a peut-être changé, le mode de prise de décision unilatéral reste sans égard pour les alliés. Vendredi soir, Paris a finalement aggravé le différend : l’ambassadeur de France à Washington a reçu l’ordre de rentrer chez lui pour des consultations. La France a également attiré un ambassadeur temporaire de Canberra. L’abus de confiance a pesé lourdement sur la France.

Dans tous les cas : le président français Emmanuel Macron et Biden se parleront au téléphone dans les prochains jours. Le président américain a demandé la conversation, a-t-il déclaré dimanche depuis le palais du lysée à Paris. Cependant, la date et l’heure n’ont pas été déterminées.

Après tout, on ne peut pas s’attendre à ce que les deux chefs d’État résolvent leur conflit. Selon le lysée, l’accord sur les sous-marins et les questions de stratégie européenne dans la région Pacifique ont également été évoqués lors de la visite à Paris de la chancelière Angela Merkel jeudi dernier.

L’Allemagne en première ligne

L’Allemagne a eu des problèmes avec le fossé entre ses deux alliés les plus importants. Traditionnellement, le gouvernement fédéral a tenté de concilier la lutte de la France pour l’autonomie européenne avec ses relations stratégiques étroites avec les États-Unis. Mais la France est tellement en colère contre le gouvernement américain qu’il sera difficile de maintenir cet équilibre.

La France considère cet incident comme la preuve finale que l’Europe ne peut plus dépendre des États-Unis – et que l’UE doit prendre en charge son propre destin. A Berlin, en revanche, ils voulaient éviter à tout prix de rompre les liens avec Washington, ne serait-ce que parce que le concept de sécurité allemand était basé sur le bouclier de protection nucléaire américain.

« La réaction de la France est compréhensible, mais nous avons encore besoin d’un partenariat étroit avec les États-Unis », a déclaré Bijan Djir-Sarai, porte-parole de la politique étrangère du groupe parlementaire FDP Handelsblatt. « Les États-Unis sont et resteront notre allié le plus important pour les futurs défis géopolitiques. » Le différend actuel entre la France et les États-Unis ne doit pas remettre en cause le pont transatlantique. Il faut donc que Paris « arrête de pleurnicher ».

Les Verts ont essentiellement soutenu la demande de la France de renforcer la politique étrangère de l’UE, mais ont également vu la nécessité de réaligner les politiques de la Chine en Europe et ainsi de s’adapter aux États-Unis.

« Ce n’est pas ainsi que vous vous traitez entre alliés », a déclaré Franziska Brantner, porte-parole de la politique européenne, en qualifiant l’incident. « Avec une Europe stratégiquement forte et souveraine, les États-Unis ne se permettront pas de faire quelque chose d’aussi sale. » Sa tâche est désormais de trouver une « politique commune de l’Occident vis-à-vis de la Chine ».

Encore: L’accord sur les sous-marins nucléaires entre les États-Unis et l’Australie a rendu furieux la Chine et ses alliés de l’Union européenne.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.