Il n’a jamais été aussi bon. Néanmoins, la guerre fait rage sur le flanc droit français

Guerre civile. Pour autant, la lutte actuelle de la droite française, qui a subi une primaire imaginaire avant l’élection présidentielle, peut être décrite. Les candidats qui partagent des opinions similaires sur la politique étrangère, l’immigration et de nombreux autres sujets se disputent les électeurs populaires et les politiciens.

Un exemple récent de défection de Marine Le Pen (chef de l’Association nationale) à Erik Zemmour était l’eurodéputé Nicolas Bay. Le politicien, qui avait été l’un des visages les plus visibles de Lepenovci au fil des ans, a quitté le parti dans des circonstances dramatiques. Mardi, la présidence l’a démis de toutes ses fonctions et l’a accusé d’avoir porté des informations au camp de Zemmour pendant plusieurs mois. Mercredi, Bay, un ancien parti des deux, a officiellement annoncé le soutien d’un ancien commentateur politique.

Le Pen évoque l’indifférence

« La candidature de Le Pen évoque une certaine indifférence », a-t-il dit, ajoutant que les nombreux « rebondissements et revers » du parti n’ont conduit qu’à une moindre mobilisation des électeurs.

Dans le même temps, Bay est loin d’être le seul membre influent du parti à être entré dans la compétition « plus pointue ». Depuis le 19 janvier, un autre député et chef de délégation de l’Association nationale pour le Parlement européen, Jérôme Rivière, a changé la couleur du parti. Piquant, c’est que jusqu’à son départ, il était l’un des porte-parole de la campagne de Marine Le Pen. Il a dit qu’il n’était « pas en mesure de gagner l’élection présidentielle ».

Deux jours plus tard, il a été rejoint par un autre député, Gilbert Collard, et début février, sa compagne, Maxette Pirbakas. Il n’a pas pris trop de serviettes : les gens autour de Le Pen n’étaient plus un parti politique, mais un clan, selon le serveur qui l’a cité. infos en français.

Le voyage de Pirbakas à Zemmour pourrait surprendre tout le monde – l’homme politique est originaire de l’île de Guadeloupe et est noir. Zemmour est souvent décrit par le spectre politique comme raciste et xénophobe, et a été puni à plusieurs reprises dans le passé pour avoir propagé la haine religieuse. Mais Pirbakas pense que Zemmour n’est pas raciste car « il a été en Guadeloupe ».

Après le départ de Bay, l’Association nationale a parlé de trahison et de Le Pen lui-même elle ditqu’il s’y attendait. Cependant, le chef du parti, Jordan Bardella, affirme qu’il ne s’agit pas d’un « bain de sang » – les lépreux sont habitués aux pertes. Selon le serveur d’enquête Rubrique média depuis 2017, le parti a perdu la moitié (!) de sa représentation locale.

Un récent sondage Ifop montre une résurgence de la campagne Zemmour. Alors qu’il suivait l’annonce de la candidature, l’essayiste controversé s’est rapidement hissé à la deuxième place et a dépassé l’habituel Le Pen. Récemment, il est à environ 15% à la quatrième place, derrière la candidate républicaine conservatrice Valérie Pécresse.

Pourtant, dans le sondage publié mercredi, il devançait Pécresse et se séparait de Le Pen d’un point de pourcentage.

Ainsi, trois candidats de droite ou de droite se disputent la deuxième place, la première étant occupée par l’actuel chef de l’Etat dans tous les sondages (26 % en dernière position).

Zemmoura est choisie par la classe moyenne, mais les femmes ne le sont pas

Bien qu’il existe de nombreuses intersections de programmation entre Le Pen et Zemmour, elles diffèrent également à bien des égards. Le président de l’Association nationale a longtemps parlé de la « dédiabolisation du parti », de son basculement vers le courant dominant et de sa prise de distance avec son père fondateur, l’antisémite Jean-Marie Le Pen.

Zemmour, en revanche, aime provoquer avec ses déclarations, et là où Le Pen apparaît modéré, il n’hésite pas à utiliser des déclarations scandaleuses en attendant son procès.

Un journaliste révèle le contexte de la campagne Zemmour

Vincent Bresson, reporter de 27 ans, est membre de Génération Z, l’association qui a soutenu la candidature d’Erik Zemmour, depuis plus de trois mois. Les journalistes pénètrent le cercle des proches collaborateurs politiques et décrivent le racisme qui règne en leur sein.

Zemmour aurait également employé l’équipe Facebook, qui a fait des centaines de contributions à divers groupes qui l’ont félicité. Dans le même temps, les trolls de Zemmour ont tenté à plusieurs reprises de réécrire ses articles sur Wikipédia.

Il existe également des différences dans les électeurs des deux dirigeants d’extrême droite. Comme expliqué au serveur efficace Mathieu Gallard, directeur de recherche à l’institut Ipsos, a des bases sociales et d’âge différentes.

Le Pen mise avant tout sur la classe ouvrière : 34 % des ouvriers voteront pour lui, mais seulement 6 % des cadres. Pour Zemmour, la différence est beaucoup plus faible, autrement dit, les électeurs tombent plus souvent dans la classe moyenne et plus aisée.

En termes d’âge, Le Pen a été choisi principalement par les personnes âgées de 30 à 50 ans, tandis que les seniors ont moins choisi. A Zemmour, la composition des électeurs de retour est plus variée.

Selon Gallard, cette différence s’explique en partie par le fait que Zemmour a été le favori de plusieurs anciens électeurs républicains, à savoir le conservateur François Fillon, dont les chances ont été brisées en 2017 par un scandale impliquant sa femme.

Le Pen avait notamment l’avantage d’être élu par des femmes aussi, les électeurs de Zemmour étant majoritairement des hommes. Bien que les hommes aient tendance à voter pour l’extrême droite, Le Pen a réussi à lever cet obstacle lors des dernières élections. Cependant, Zemmour, avec ses déclarations anti-féministes, ne convaincra probablement pas trop de femmes.

Le sociologue Gallard, malgré les divergences, pointe également la perméabilité entre les camps des deux candidats – pour de nombreux électeurs Zemmour, Le Pen est le second choix, et inversement. Il se coupera ainsi la possibilité de se créer une image aux yeux des électeurs qui ont une chance de battre Emmanuel Macron. Les deux candidats ont moins de deux mois.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.