« Il est armé d’une caméra. » Mais Israël nie avoir blâmé le journaliste

Les troupes israéliennes auraient abattu le journaliste de Shirin Abu Aklah, a annoncé mercredi matin le ministère palestinien de la Santé. Un autre journaliste palestinien, Ali Samudi, blessé au dos, est dans un état stable. La vidéo de l’intervention montre Aklah portant un gilet pare-balles bleu avec les mots PRESS (impression) clairement visibles.

Al Jazeera il a également témoigné à un autre journaliste qui voyageait avec Aklah dans une voiture : « Nous sommes quatre journalistes dans la zone exposée. Les combattants palestiniens (nous) ne tirent pas. L’armée d’occupation n’a pas cessé de tirer même après son effondrement », a déclaré atha Hanajšová.

La version palestinienne de l’incident a également été confirmée par un photographe du bureau français de l’AFP, également présent sur les lieux de la fusillade. L’Autorité palestinienne a déclaré que « le gouvernement israélien assume l’entière responsabilité de ce crime odieux ». Selon lui, tuer Aklah « fait partie de la politique de l’occupation visant à cibler les journalistes pour cacher la vérité et commettre secrètement des crimes ».

Le directeur d’Al Jazeera, Giles Trendle, a déclaré que la télévision était choquée et attristée par le meurtre de l’employé. Il a également rappelé qu’il y a moins d’un an, Israël avait bombardé un immeuble de grande hauteur à Gaza, qui abrite la branche d’al-Jazeera, ainsi que les bureaux de l’agence de renseignement américaine AP.

L’Autorité palestinienne a demandé à la communauté internationale de former une commission indépendante pour enquêter sur l’incident. Le porte-parole militaire Avi Kochav a déclaré que les Palestiniens avaient le corps d’un journaliste et ont refusé de procéder à un examen pathologique conjoint.

Le premier ministre Bennett soutient la version militaire

L’armée israélienne affirme qu’Aklah a probablement été tué par des militants palestiniens qui ont attaqué des soldats israéliens. « Au cours de l’opération au camp de réfugiés de Fetus, les suspects ont ouvert un feu nourri sur les soldats et lancé des explosifs. Les troupes israéliennes ont riposté. Nous avons identifié l’intervention », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Cependant, Kochavi a reconnu que le blâme pouvait incomber à Israël. Il a ajouté que le journaliste travaillait parmi des Palestiniens armés : « Il est armé d’une caméra, si je puis dire ». elle dit radio de l’armée.

Des Palestiniens en deuil portent un cercueil avec le corps d’un journaliste assassiné.

L’affirmation de l’armée a également été soutenue par le Premier ministre Naftali Bennett, qui a publié une vidéo dans laquelle l’un des combattants palestiniens criait : « Nous avons frappé un soldat, il est allongé par terre ». Mais Bennett soutient qu’aucun Israélien n’a été blessé lors de l’intervention. . Cependant, les vidéos publiées par al-Jazeera sont très différentes et prises d’endroits différents, il est très difficile de s’y retrouver dans les vidéos.

Dans un communiqué, le ministre des Affaires étrangères Jair Lapid a souligné la nécessité de protéger les journalistes dans les zones de conflit et a qualifié l’enquête sur la mort d’Aklaha de la responsabilité des deux parties.

Le gouvernement israélien risque de s’effondrer

Le meurtre d’un journaliste pourrait avoir un impact non seulement sur le conflit israélo-palestinien, mais aussi sur la scène politique intérieure en Israël. En dernier recours, cela pourrait entraîner la chute du gouvernement. Le parti islamiste Ra’am, dont le chef Mansour Abbas a récemment suspendu sa coopération avec d’autres partis du gouvernement, siège également dans la large coalition israélienne.

Il doit tenir une conférence de presse mercredi matin pour annoncer une réunion avec la coalition. Cependant, il a annulé l’annonce, qualifiant le meurtre d’Aklah de crime israélien et appelant à une enquête internationale sur l’incident.

L’intervention dans le camp de réfugiés de Fetus est l’une des nombreuses actuellement menées par l’armée israélienne en réponse aux attentats terroristes de ces dernières semaines. L’agresseur de la colonie d’Elad, qui a tué trois Israéliens la semaine dernière, était originaire de Janin. La ville et le camp de réfugiés attenant sont considérés comme le principal bastion de la résistance palestinienne contre l’occupation israélienne.

Aklah travaille pour al-Jazeera depuis 1997 et a acquis un grand respect dans le monde arabe grâce à son travail en Israël, à Jérusalem et en Cisjordanie. En plus de la citoyenneté palestinienne, il a la citoyenneté américaine, a déclaré l’ambassadeur américain en Israël, Tom Nides.

Quotidien israélien haarec il a mentionné les relations tendues entre les soldats israéliens et les journalistes palestiniens. Plusieurs journalistes ont été blessés par des balles en caoutchouc alors qu’ils couvraient des manifestations anti-israéliennes en Cisjordanie, et en 2018, l’armée israélienne a tué un journaliste qui filmait des manifestations dans la bande de Gaza.

Cette même année, le journaliste de l’AP Rashid Rashid, qui se tenait à environ 600 mètres de la frontière israélienne, a été abattu avec d’autres journalistes. Ils portaient tous des gilets PRESS. L’armée israélienne n’a jamais revendiqué la responsabilité de ses blessures.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.