Idalys rêve de Paris-2024 et tatami livre des nouvelles Sports› Granma

L’un des athlètes les plus aimés, ainsi que le plus courageux, le judoka Artemis Idalys Ortiz, a laissé entendre qu’il pourrait être à Paris-2024, pour ses cinquièmes Jeux olympiques. Médaillée lors des quatre éditions précédentes, bronze à Pékin-2008, or à Londres-2012, et argent à Rio de Janeiro-2016 et Tokyo-2020, l’actualité a illuminé les tatamis.

«En ce moment, nous sommes en vacances, nous ne pouvons pas prédire l’avenir, principalement à cause de ce que nous vivons avec la pandémie; mais l’idée est de s’allier et d’essayer de gagner la capitale française », a-t-il déclaré à Radio Rebelde qui, ce 4 janvier, était le Cubain le mieux classé au monde, à la 12e place, avec 2710 unités, à +78 kg.

Du nouveau vient aussi des tatamis, comme l’a annoncé la Fédération internationale de ce sport (IJF), en assurant que la période qualificative pour Paris-2024 débutera le 24 juin de cette année et se terminera le 23 juin de cette année. le même mois en 2024.

Neil Adams, superviseur de l’arbitrage IJF, a précisé que « Paris-2024 appliquera le même système que Tokyo-2020, attribuant 372 sièges ». Ils classeront immédiatement 17 athlètes de chaque catégorie, pour un total de 238 ; Cent le feront pour un tarif continental, 20 par invitation ou wild card et 14 en tant que local.

Concernant la Coupe du monde senior, les anciens médaillés olympiques ont souligné que seuls les athlètes classés entre le premier et le centième au classement mondial, et du premier au 16e dans la catégorie junior du classement mondial, peuvent participer.

Concernant les règles, Vladimir Barta, le directeur sportif en chef de l’IJF, a expliqué que, sur la base des propositions et recommandations des fédérations nationales, l’entité travaille à la modernisation du judo. De nouvelles règles sont entrées en vigueur et le principe est de protéger le sport dans son ensemble, tout en favorisant un plus grand dynamisme et en rendant le judo plus attractif pour le public et la presse.

Dans l’arbitrage, il est indiqué que les athlètes qui frappent plus d’une fois le judogi et les cheveux au cours d’un combat seront punis de shido et dans le cas de techniques utilisant des sauts de tête, le hansoku-make (disqualification) sera déclaré.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *