Hommage solennel en France au dernier héros de la Résistance contre les nazis | Publique

La France fait ses adieux avec tout le respect que je lui dois ce vendredi à Hubert Germain, dernier membre de l’Ordre des amis de la libération de la France pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), décédé mardi dernier à l’âge de 101 ans.

Le président français Emmanuel Macron a présidé le salut militaire tenu à Paris au complexe monumental des Invalides.

« La vie d’Hubert Germain est une anthologie d’engagement et de courage (…) C’est une vie de résistance et d’espoir », a-t-il déclaré lors d’une cérémonie en présence de plusieurs hauts responsables gouvernementaux, dont le Premier ministre Jean Castex.

Le héros de guerre sera finalement enterré le 11 novembre au Mont Valérien, un ancien fort militaire à deux kilomètres à l’ouest de Paris et où se trouve un mémorial aux plus d’un millier de personnes tuées par les nazis, la plupart insensibles à l’invasion allemande. beaucoup d’entre eux espagnols.

Le récipiendaire du prix est le dernier survivant d’une commande faite par le général Charles de Gaulle en 1940 pour honorer les 1 038 personnalités les plus éminentes de la lutte pour libérer le pays de l’occupation nazie qui a commencé la même année.

Fils d’un général de l’armée coloniale, Germain s’enfuit en Angleterre au début de l’occupation pour rejoindre l’Armée française libre dirigée par de Gaulle de Londres.

Il a participé à des batailles en Syrie, en Afrique du Nord, en Italie et en France, jusqu’à sa démobilisation en 1946, il a été promu officier et a reçu de nombreuses récompenses de France et d’autres pays.

Après une brève période comme cadre dans des entreprises privées, il entre en politique, d’abord au niveau municipal (il est maire de la petite ville de Saint-Chéron), et accède à deux reprises au poste de ministre entre 1972 et 1974, sous la présidence de le conservateur Georges Pompidou.

Avec sa mort, le dernier symbole significatif de la génération des années 1940 a disparu, même si certains anciens soldats ou résistants sont encore vivants, tous centenaires ou proches d’un siècle.

L’avant-dernière commande tardive est l’histoire de la résistance française : Daniel Cordier, décédé le 20 novembre 2020 à l’âge de 100 ans.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.