Guerre russo-ukrainienne, Marina Ovsyannikova da Fazio : « Maintenant, les informations sur lesquelles je travaille diffusent des informations avec une minute de retard. Aucune mention de mon nom »

« Bien sûr que j’ai peur, je suis une personne normale, résidente voler et j’ai deux enfants que j’ai élevés moi-même et je crains plus pour eux que pour moi ». Les journalistes anti-guerre russes l’admettent Marina Ovsyannikova Quel temps fait-il? la sienne Rai3répondre aux questions de Fabio Fazio. « J’ai peur que mes enfants » fassent l’objet d' »agressions à l’école, ou dans la rue ». Le journaliste a ensuite poursuivi : « Dès le début, depuis le début de la guerre, j’ai décidé de m’a viré du canalcar mon point de vue est très éloigné ». Le chef d’orchestre demande comment est née l’idée : « Deux jours avant ma semaine de travail – dit-il – je suis allé à la papeterie, je acheter un marqueur et j’ai fait la marque, dans Anglais pour les téléspectateurs occidentaux, de voir que tous les Russes sont anti-guerre, et en Russie pour que le public russe ne croie pas à la propagande russe et recherche d’autres informations ». Un brin de solidarité reçu : « Une seule personne m’a écrit quelques messages, et je ne le connaissais pas personnellement. Mais aucun de mes collègues ne m’a contacté. Canale Uno, (l’émission d’information pour laquelle il travaille), maintenant, « transmettre nouvelles une minute de retardet interdit de dire mon nom ». Il se souviendra plus tard avoir subi des gestes d’intimidation, suite à son mouvement de protestation : « J’ai trouvé que mon pneu de voiture était déchiré, et le lendemain il ne s’allumait plus. Les choses désagréables que je croyais être de la vengeance de la police ou des services de sécurité de la première chaîne pour tenter ainsi de m’intimider ». Et de poursuivre : « Si les personnes sur lesquelles je m’appuie ont disparu, les nouvelles se montrent solidaires avec moi. Il n’y a pas de licenciements massifs et il faut comprendre, cependant, que ces personnes se retrouvent dans une situation où si elles quittent la chaîne, elles ne peuvent plus trouver de travail, car la chaîne d’opposition est désormais fermée ou bloquée.Ce sont des personnes qui peuvent avoir des familles et ne peuvent pas se permettre de quitter les emplois qui font qu’ils soient vivants ».

Ovsyannikova il a été interrogé pendant 14 heures, puis, après avoir payé l’amende, il a été relâché. Il risque désormais jusqu’à 15 ans de prison. « Maintenant, les informations contenues dans Russie ils sont très réduits car tous les médias de masse de l’opposition sont bloqués, ou fermés et il en va de même pour les réseaux sociaux. Actuellement, la Russie ne sait pas où trouver les bonnes informations car elle n’a à sa disposition que les canaux d’État ». Et encore sur le régime : « Selon les dernières enquête sociologique 50% la population russe soutient cette guerre et 50% contre, et c’est une enquête indépendante. Mais si nous voyons enquêtes menées par les centres nationaux l’image est différente et on parle de 70% soutenir cette intervention : il faut rappeler que ce sont eux qui ont reçu lavage de cerveau par la propagande nationale. Maintenant, du matin au soir, nous avons une émission politique où l’on parle mal de l’Ukraine et où l’on dit que ce pays doit disparaître – a-t-il ajouté -. Les gens sont des ‘zombies’ par cette propagande ».

Le journaliste est apparu à la télévision avec une pancarte de protestation, se plaçant devant la caméra et derrière un collègue qui faisait l’actualité à l’époque. Son attitude est devenue un symbole de la répression médiatique en cours dans ce pays, considérant Novaya Gazeta a publié un écran de protestation, mais a supprimé le message écrit car « le contenu ne peut pas être redistribué en vertu du droit pénal ». Il a également été accusé d’être un « espion » britannique par le directeur de l’information lui-même, Kirill Kleimenov, qui est intervenu dans la vidéo en disant que son collègue « bien avant les manifestations » s’était entretenu « avec l’ambassade britannique ». Mais Londres a nié les allégations.

Interrogée par Fazio sur les sanctions, Ovsyannikova a une idée claire : « Ils frappent durement non seulement les oligarques, mais tous les Russes, même la classe moyenne qui regarde vers l’Occident. Là russophobie le plus largement. Et cette humeur peut provoquer la réaction inverse. Nous avons besoin de dialoguerpeut-être merci culturePour cette raison, a-t-il poursuivi, « Je pense que c’est une mauvaise approche de censurer des choses qui appartiennent à la culture russe ». Enfin, quand Fazio lui demande s’il envisage de fuir (il a récemment refusé une invitation de France), il répond non : « je suis un patrioteet mes enfants encore plus. Nous voulons vivre ici« .

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.