Guerre, mensonges et nouvelles | Entreprise ATLAS

Les premiers journalistes à mettre le pied sur le champ de bataille en tant que correspondants de guerre étaient irlandais. Il s’appelait William Howard Russell et en 1854 le Temps Dublin l’envoya en Crimée pour raconter l’histoire du conflit qui venait d’éclater entre la Russie tsariste et une large coalition internationale composée de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Empire ottoman et du Royaume de Sardaigne.

Le voir errer, un cahier à la main, au milieu de ce qui n’était jusqu’alors qu’un refuge réservé aux militaires, d’où les civils étaient exilés, a immédiatement suscité une profonde incrédulité. Et ce n’est pas un hasard si les généraux britanniques ont surnommé Russell un « mangeur de pain dangereux » à éviter et à surveiller. D’un autre côté, les guerres du passé ont toujours été et n’ont été racontées que par l’état-major général de l’armée, qui s’est bien amusé à célébrer les victoires et à censurer les mauvaises nouvelles – défaites et défaites en premier lieu – qui, à leur avis affaiblirait le moral des troupes, et par conséquent le soutien de l’opinion publique est compromis.

Imaginez alors la surprise de tous, lecteurs Temps et l’armée britannique, lorsqu’en octobre 1854 Russell décrivit en ces termes la malheureuse attaque de la cavalerie britannique à Balaklava, qui se termina par la mort de 400 soldats : « A 11 h 35, il ne restait plus un seul soldat britannique, à l’exception des morts et des mourants, avant le canon de Moscou saigne « . Il n’y a jamais eu un article de journal qui a mener si grossier et irrespectueux envers la fierté patriotique. Et en fait, Russell fut immédiatement renvoyé dans son pays natal, bien qu’il ait lui-même expliqué dans une correspondance précédente que le peuple britannique avait le droit d’entendre même la dure vérité : « Il devrait savoir – écrit-il – que le mendiant qui se traîne dans la pluie dans les rues de Londres vivent la vie d’un prince, comparée à celle des soldats qui se sont battus pour leur pays ». Mais il va sans dire que la guerre, telle qu’elle est racontée, ne peut que susciter l’incrédulité de ceux qui la font : mieux vaut pour adoucir l’histoire, plus bon pour cacher des aspects durs et des vérités inavouées.

Bref, depuis ses débuts, le journalisme de guerre est devenu un journalisme « qui dérange ». Et pour des raisons très simples, qui étaient évidentes dans l’Antiquité : Eschyle qui disait que « dans la guerre la vérité meurt la première » et Thucydide qui s’est rendu compte que pendant la guerre du Péloponnèse « les concurrents changent à volonté le sens des mots usuels en relation au fait ». Plus de deux mille ans après la guerre, la propagande est un art que les soldats ne détestent pas et en effet, à une époque où les guerres se gagnent sur le plan de l’information et la conquête de l’opinion publique internationale avant même sur le champ de bataille, la propagande est le sel d’un récit qui se veut efficace. De plus, la technologie l’aide également aujourd’hui, élargissant considérablement les possibilités de manipuler la vérité et de la déformer, avec la création de fausses nouvelles désormais endémique.

Il a fallu plus de quarante ans pour découvrir que le massacre de 22 000 officiers polonais enterrés dans la fosse commune de Katyn en 1940 était l’œuvre du régime soviétique et non des nazis, comme on le disait à l’époque. Heureusement, de moins en moins de temps s’est écoulé pour découvrir que l’histoire du charnier de Timișoara, qui en 1989 a donné l’impulsion décisive à la révolution roumaine, n’est plus qu’une mise en scène, destinée aux médias pour amplifier son influence. Cependant, les fausses informations sur les armes de destruction massive de Saddam Hussein l’ont repris dès le début lorsque la Seconde Guerre du Golfe a éclaté en 2003. Cependant, c’est le secrétaire d’État américain Colin Powell, dans son célèbre discours au Conseil de sécurité des Nations Unies, qui a vivement dénoncé le régime irakien – a agité un flacon de poudre blanche qu’il a qualifiée d’anthrax – et a demandé le soutien de la communauté internationale. partir en guerre avec lui.

Parfois, mais pas toujours, le journalisme peut être un antidote valable à la propagande de guerre. Un vrai journaliste se rendant sur le terrain et racontant ce qu’il a vu, comparant diverses sources et insatisfait des réseaux fournis par les belligérants, ne pourra peut-être dire que la vérité « sur le moment », celle que les historiens analyseront plus tard et ils comprendront parfaitement. Le problème est que la réalité d’aujourd’hui devient de plus en plus « floue » et n’est même pas à l’avant-garde pour assurer une compréhension approfondie.

Enfin – il ne faut pas l’oublier -, elle vous expose à un risque plus important. Avec la mort de la journaliste d’al-Jazeera Shireen Abu Akleh, tuée lors d’une opération militaire israélienne dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine, le 1er mai – elle portait un casque, un gilet pare-balles et un gilet d’identification -, c’est le nombre d’opérateurs de l’information tués en 2022 , tandis que le nombre de détenus s’élève à 477 . Sept ont été tués et 11 blessés lors de la guerre entre la Russie et l’Ukraine qui a éclaté le 24 février.

Image : Wilhelm Thony, Généraux et diplomates, vers 1930-40. Crédit : Musée du Belvédère, Vienne

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.