Google paiera plus de 300 médias européens pour l’utilisation des informations – poca Negócios

Google a signé un accord pour arrêter plus de 300 médias dans les pays de l’UE (Photo : unsplash)

Google d’Alphabet a signé un accord pour payer plus de 300 médias en Allemagne, en France et dans quatre autres pays de l’Union européenne pour les informations et lancera un outil pour faciliter l’abonnement d’autres médias également, a déclaré la société à Reuters.

Cette décision, qui sera annoncée publiquement mercredi, intervient après l’adoption des règles sur le droit d’auteur dans l’Union européenne il y a trois ans, qui obligeaient Google et d’autres plateformes à payer les musiciens, artistes, écrivains, éditeurs de presse et journalistes pour l’utilisation de leur travail. .

Les éditeurs d’actualités, qui comptent parmi les critiques les plus féroces de Google, demandent depuis longtemps aux gouvernements de veiller à ce que les plateformes en ligne versent une rémunération équitable pour leur contenu. L’Australie a rendu ces paiements obligatoires l’année dernière, tandis que le Canada a introduit une loi similaire le mois dernier.

« Jusqu’à présent, nous avons des accords couvrant plus de 300 publications nationales, locales et spécialisées en Allemagne, en Hongrie, en France, en Autriche, aux Pays-Bas et en Irlande, et d’autres discussions sont en cours », a déclaré Sulina Connal, directrice de l’information et des partenariats. une déclaration de Google vue par Reuters, devrait être publiée mercredi.

Les deux tiers de ce groupe sont des éditeurs allemands, dont Der Spiegel, Die Zeit et Frankfurter Allgemeine Zeitung.

« Nous annonçons maintenant le lancement d’un nouvel outil pour faire des offres à des milliers de médias, en commençant par l’Allemagne et la Hongrie et en le déployant dans d’autres pays de l’UE dans les mois à venir », a déclaré Connal dans un communiqué à bloguer. la société.

Cet outil offre aux points de vente un accord de visualisation d’actualités étendu qui permet à Google d’afficher des extraits et des vignettes moyennant des frais de licence.

James Bonnaire

"Pionnier d'Internet. Faiseur de troubles. Amateur passionné d'alcool. Défenseur de la bière. Ninja zombie."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.