France, Le Pen présente sa politique étrangère : « Rapprocher l’Otan et Poutine après la guerre ». Et sur la crise climatique : « Ce ne sera pas une priorité »

campagne électorale compte tenu du second tour de l’élection présidentielle française, il aura lieu. Candidat au Rassemblement National Marine Le Pen a présenté son programme diplomatique et sa politique étrangère à la presse. Et il a expliqué que s’il était élu président, ne serait-il pas Emmanuel Macron, encouragera « l’ajustement des relations stratégiques entre l’OTAN et la Russie dès que la guerre russo-ukrainienne sera résolue et résolue par un traité de paix ». Présentant son projet, il a déclaré que cela « est dans l’intérêt de la France et de l’Europe, mais je crois aussi que les Etats-Unis ne sont pas intéressés à voir émerger une union étroite entre la Chine et la Russie ».

Ces dernières semaines, Le Pen a tenté par tous les moyens de faire oublier sa proximité avec Vladimir Poutine et particulièrement dette 9 millions d’euros qu’il a payé aux créanciers russes. S’il a condamné la guerre de Poutine en Ukraine, il s’est néanmoins montré contre les sanctions adoptées par l’Europe et l’Occident. En 2017, les nominations au Rassemblement national sont venues reçu avec grand honneur au Kremlin par Vladimir Poutine. « La politique que je représente – a-t-il dit la même année – est la même politique que Trump et Poutine représentent. » La proximité exacte de Le Pen avec Moscou a fait l’objet de controverses lors des journées de campagne : aujourd’hui, un manifestant est apparu dans la salle avec un cœur en carton sur lequel étaient imprimés les visages du dirigeant français et de Poutine. La jeune fille, comme le montre une vidéo captée par des journalistes, a été rattrapée et traînée alors qu’elle était tenue par les mains et les pieds par deux hommes du service d’ordre du Rassemblement National.

Parlant toujours de ses propositions de politique étrangère, Le Pen a également dit vouloir relancer le débat sur éventuelle augmentation du nombre de membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. « Pour redonner de la légitimité au Conseil de sécurité, je relancerai l’idée d’élargir sa liste de membres permanents », a-t-il déclaré. En tant que nouveau membre permanent potentiel, Le Pen cite Inde, mais aussi « représentant de l’Afrique ou de l’Amérique du Sud ». L’organe exécutif de l’ONU calcule actuellement 15 membres permanente avec droit de veto. Les dix autres membres sont élus pour deux ans par l’Assemblée générale des Nations Unies. Dans ses vues sur la politique étrangère, Le Pen a déclaré qu’il préférait les « concerts nationaux » aux « prétendus ‘communautés internationales’ ou ‘gouvernements mondiaux’, pure utopie, sinon déguisant l’hégémonie d’une ou deux superpuissances », a-t-il protesté.

Enfin Marine Le Pen parle de crise climatique et dit clairement que « Ce ne sera pas une priorité » en termes de victoire. Mais Le Pen n’a pas l’intention de sortir de l’accord de Paris de 2015. « Je soutiens l’orientation de cet accord, car j’entends abandonner le plus possible les énergies fossiles pour le nucléaire civil », a-t-il conclu.

Narcisse Berger

"Introverti certifié. Fanatique d'Internet dévoué. Troublemaker subtilement charmant. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.