Farmer est plein de Fiala. L’étude critique la nouvelle subvention

Une étude de KPMG évalue l’impact de la nouvelle politique de co-agriculture, qui sera mise en œuvre à partir de 2023. C’est un paramètre très important pour la réforme.

KPMG a commandé l’analyse à l’Union agricole et à la Chambre agraire de la République tchèque, une organisation qui s’oppose fermement aux réformes agricoles promues par le gouvernement Petr Fiala (ODS). L’analyse utilise des données provenant de sources accessibles au public, telles que l’Office statistique tchèque, l’Institut d’économie et d’information agricoles, ainsi que des données non vérifiées fournies, par exemple, par l’Union agricole et la Chambre agraire.

L’étude était très sceptique quant au soi-disant taux de redistribution de 23 %, qui serait obtenu par les petites exploitations disposant de moins de 500 hectares de terres arables. Cependant, cela aurait un impact négatif sur les grandes entreprises et surtout 1959 les plus grandes. Tout le monde recevra des subventions accrues, mais seulement pour 150 hectares. Les acres au-dessus de ce plafond, en revanche, seraient moins subventionnées qu’aujourd’hui.

Dans notre cas, 23 % de l’électorat est un nombre très élevé, ce qui est très incompatible avec la structure agricole tchèque.

Radek Chaloupka, analyste chez KPMG

Selon KPMG, cette proposition vise à compenser les petites exploitations pour les économies d’échelle dont bénéficient les grands exploitants. Grâce aux remises sur volume, ils achètent du carburant, des semences et des machines agricoles moins chers, et ils peuvent également vendre leurs produits à des prix plus avantageux, par exemple en hiver, car ils ont leur propre entrepôt et les prix augmentent généralement après la récolte.

« Dans nos conditions, 23% des personnes sélectionnées représentent un nombre très élevé, ce qui est très incompatible avec la structure de l’agriculture tchèque. Contrairement à l’Europe occidentale, le centre de gravité de la production agricole ici est constitué d’entreprises relativement plus grandes », a déclaré Radek Chaloupka. de KPMG Republik. Tchèque.

La taille moyenne des exploitations en République tchèque est de 121 hectares, dans l’Union européenne de moins de 28 hectares.

Le risque, selon l’étude, réside dans la poursuite de la réduction de l’élevage, qui est le domaine des grandes entreprises agricoles. À court et à moyen terme, on fait valoir que la réforme des subventions peut se matérialiser par une pénurie de ressources financières.

Une réduction de 16 % des principaux paiements (maintenant appelés SAPS, à partir de 2023 seront appelés BISS) pourrait affecter la compétitivité des entreprises, ralentir l’innovation et réduire la production.

« Le risque qui peut survenir à long terme est le déclin et la réduction du nombre de grandes entreprises, qui fournissent actuellement 77% de la production en République tchèque, ce qui pourrait conduire à un désinvestissement (saisie immobilière, note éd.) », affirme l’étude.

L’agriculture tchèque en quantité

29 mille entité agricole

4,9 millions hectares de terres agricoles

63% le terrain est géré par une grande société

+60% consiste en la production végétale

159,8 milliards de couronnes tchèques La production agricole

121 hectares taille moyenne des terres (dans l’UE 28 ha)

« Un autre aspect important est la situation géopolitique actuelle (guerre en Ukraine, crise énergétique), dont les conséquences pourraient avoir un fort impact sur l’agriculture tchèque et sa production », indique le document.

L’UE ne devrait pas souffrir de pénuries en raison de la guerre en Ukraine et de la réduction attendue de la production de céréales et de tournesol dans ce pays. Cependant, les fluctuations de prix sur les marchés mondiaux peuvent être un problème.

« Le gouvernement prône des changements fondamentaux sans tenir compte des conséquences économiques de ses décisions. Le ministre sous-estime tout simplement nos calculs et les données de nos membres. C’est pourquoi nous avons une étude d’impact préparée par une firme d’experts-conseils bien connue », a déclaré le président de l’Union agricole de la République tchèque, Martin Pýcha, qui demande maintenant au gouvernement de réévaluer les paramètres de la stratégie proposée.

L’Association agricole privée (ASZ), qui regroupe les petits exploitants, a déclaré qu’elle étudierait l’analyse en détail et commenterait ensuite, mais a maintenu en principe les paramètres de la réforme, y compris le montant de redistribution de 23 %.

« Les plans stratégiques, en revanche, redressent les conditions et font de la place au plus grand groupe d’agriculteurs qui ont été systématiquement négligés ici, même si l’agriculture dépend d’eux partout en Europe et qu’ils sont l’essence principale de la politique agricole commune de l’UE », répondit le président de l’ASZ Jaroslav s’esquiva.

Il a ajouté, la structure actuelle qui a causé le désinvestissement mentionné ci-dessus. « L’agriculture est vendue à des étrangers et nous perdons de l’influence sur l’agriculture tchèque », a-t-il déclaré. Selon lui, l’autonomie actuelle dépend d’un très petit nombre d’entreprises. « En n’exploitant pas le potentiel de la campagne tchèque, nous avons des problèmes pour entretenir le paysage et donc l’agriculture n’est pas compétitive », a-t-il ajouté.

Le vice-président de l’ASZ, Jan tefl, a critiqué la recherche susmentionnée : « C’est une analyse avec beaucoup de données d’entrée qui est complètement fausse, inexacte et prouvée non vérifiée par les auteurs, ce que KPMG, en tant que processeur d’analyse, m’étonne, rapporte même directement sur. lui-même dans la spécification des objectifs du projet avec une déclaration d’alibi, qu’il « n’a pas audité les données d’entrée et n’est donc pas responsable de leur exactitude » « , affirme tefl, ajoutant que l’analyse contenait d’importantes références, numériques et numériques les erreurs. Selon lui, l’analyse « se concentre uniquement sur la controverse sur l’augmentation des paiements pour le premier hectare par rapport au minimum obligatoire de 10%, qui dans le volume total des subventions d’exploitation pour les agriculteurs n’est que d’environ 6% et qui dans l’ensemble le contexte ne peut en aucun cas menacer l’existence d’un groupe d’agriculteurs, et encore moins l’agriculture dans son ensemble ».

Sans subventions, le lait et les pommes de terre coûteront cher

Il y a 26,5 mille entités agricoles en République tchèque, qui ont reçu en moyenne 276 euros par hectare en 2019. Les exploitations autrichiennes reçoivent le plus des pays voisins (353 euros), qui, en raison de la plus faible part de terres arables, sont plus basent leur agriculture sur la production animale. Les agriculteurs en Allemagne et en France ont des subventions plus élevées, 292 et 293 euros respectivement. En revanche, la Slovaquie et la Pologne reçoivent moins des poches de l’UE par hectare que la République tchèque.

Selon l’analyse, il serait économiquement non rentable de produire du lait, du blé, des pommes ou des pommes de terre sans subventions agricoles.

Selon les données de l’Institut d’économie et d’information agricoles de 2020, la perte de lait sans subventions est de 2 653 CZK pour 100 jours d’alimentation. Le blé a été cultivé avec une perte moyenne de 8 554 couronnes par hectare, la production de pommes de terre était de moins 44 823 couronnes par hectare et les fruiticulteurs ont même fait 84 404 couronnes par hectare sur les pommes.

Mise à jour du 7 septembre, 13 h 51 : Nous avons ajouté une déclaration de l’Association agricole privée au texte.

Albert Gardinier

« Fan d'alcool incurable. Fier praticien du web. Joueur en herbe. Passionné de musique. Explorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.